dimanche 17 juin 2018 22:59:07

Dialogue et esprit de dialogue

PUBLIE LE : 04-03-2018 | 0:00 | EL MOUDJAHID

L’absence de dialogue et de concertation, autant entre Etats et nations qu’entre les différents acteurs de la vie économique et sociale au sein d’un pays, complique souvent les problèmes posés et la recherche d’une solution satisfaisante. C’est pour cette raison que, convaincu des vertus du dialogue et de sa nécessité, le Président de la République en a fait un axe majeur de sa philosophie et de son action.
A maintes reprises, il en a souligné les bienfaits. D’abord face à la crise économique qui a frappé le pays dans les années 1990 du fait de la chute des prix des hydrocarbures, les travailleurs, le patronat et le gouvernement ont solidairement fait face à cette situation difficile, « par la voie du dialogue, de la concertation et de la négociation au sein de la Tripartite, qui est un modèle salué mondialement par l'Organisation Internationale du Travail ». Bien plus, « le système des conventions de branches, les évolutions du salaire minimum garanti, la révision du statut général de la Fonction publique ainsi que sa grille salariale, les avancées enregistrées par la médecine du travail, et tant d'autres progrès survenus au bénéfice de nos travailleurs et de nos retraités, sont de surcroît les fruits du dialogue et de la concertation », avait-il encore souligné, il y a une année, lors de la tenue de la 20e session de la Tripartite à Annaba.
Les actes ont toujours suivi la vision. Dans tous les domaines, politique bien sûr quand il a fallu initier des réformes couronnées par l’adoption de la Constitution amendée mais aussi ceux économique et social. Cette démarche « consensuelle » est de nature à ne pas aiguiser les conflits et à renforcer davantage la cohésion nationale et la stabilité, sans lesquelles tout processus de développement ne peut qu’être altéré ou freiné, sinon reporté.
Il reste, bien entendu, que le dialogue possède ses propres exigences, et ce n’est guère superflu de parler du respect de l’esprit du dialogue dont dépendent tout succès et toute issue positive. Cela suppose l’admission de certaines règles et de certains principes, sans lesquels le dialogue serait stérile, sans résultat palpable et, parfois, à l’enfermement, à l’entêtement et aux dérives. Si l’observation de la loi est primordiale, parce que cela constitue des garde-fous et donc évite le désordre, la conduite à tenir ne l’est pas moins, celle de présenter avec clarté les revendications, de ne pas vouloir imposer exclusivement son point de vue et savoir ce qui relève du raisonnable et de l’impossible. Car, au fond, l’esprit de tout dialogue c’est évidemment de s’aider mutuellement à trouver des solutions aux problèmes posés comme à éviter le pire, c’est-à-dire l’impasse, la surenchère et l’exacerbation des conflits dont, souvent, les conséquences sont aussi graves qu’imprévisibles. D’où un sens aigu de la sérénité et de la responsabilité est un impératif de succès.
EL MOUDJAHID

Presedant
Suivent
 

Donnez votre avis

Aidez nous à améliorer votre site en nous envoyant vos commentaires et suggestions