lundi 24 septembre 2018 17:24:21

Pédagogie

PUBLIE LE : 03-03-2018 | 0:00 | El Moudjahid

Le ciblage des ménages nécessiteux et la préservation des acquis sociaux sont les deux fondamentaux sur lesquels se base la politique de révision des subventions, en examen au département des Finances.
C’est le ministre en charge du secteur, M. Abderrahmane Raouya, qui en a fait l’annonce, tout en soulignant l'importance d'ouvrir un dialogue national pour expliquer la démarche sur laquelle planche un groupe de travail, même si sa finalisation et sa mise en œuvre prendront du temps. Le citoyen est ainsi informé que ce système, initié au début des années 1990, est toujours d’actualité, puisque les subventions en cours seront encore maintenues.
En effet, ce n’est que progressivement que la solution à adopter sera peaufinée, avant de voir le jour et d’être adoptée par le gouvernement qui ne décidera d'aucune mesure à ce sujet sans en avoir fixé les procédures et les étapes de mise en œuvre.
Toutes ces précautions trouvent leur genèse dans le fait que l'opération est loin d’être un exercice facile ou une chose aisée, à cause de ses répercussions sur le pouvoir d'achat des ménages à faible revenu et sur les entreprises qui doivent penser à de nouvelles méthodes pour écouler leurs services et marchandises.
Cette prudence découle du fait que le gouvernement veut éviter toute mauvaise compréhension de sa démarche et fait même recours à la pédagogie, en soulignant que l'opération a pour objectif de mettre fin aux inégalités sociales, tout en assurant la pérennité de la trésorerie de l'État durant la période de stagnation économique. Cette mission d’explication du contenu de la réforme aux citoyens sera confiée aux médias qui y seront impliqués. Des explications sont en effet nécessaires, pour que le gouvernement puisse parvenir à ses fins sans accrocs.
Mais avant même de boucler le dossier, il prévoit d’aligner différents scénarios élaborés par le groupe de travail qui doit tenir compte des données macroéconomiques et financières induites par le cumul des charges des transferts sociaux sur le budget de l'État.
Suite à quoi, il y aura la mise en place d'un mécanisme préalable pour cibler la subvention, à travers une aide aux familles, conséquemment à la réduction des transferts qui risque d’avoir un impact sur les acteurs économiques et les ménages. Le pouvoir d'achat de ces derniers pourrait effectivement être menacé par l'érosion due à la réduction progressive des subventions.
Même les entreprises publiques produisant des biens et des services seront aussi affectées par ces changements, d’autant qu’elles sont déjà confrontées à des pressions structurelles sur leurs budgets et leurs capacités concurrentielles internes et externes, illustrant toute la difficulté de l’exercice.
El Moudjahid

Presedant
Suivent
 

Donnez votre avis

Aidez nous à améliorer votre site en nous envoyant vos commentaires et suggestions