dimanche 17 juin 2018 22:57:11

Apaisement

PUBLIE LE : 27-02-2018 | 0:00 | El Moudjahid

Deux pays méditerranéens, l'Algérie et la Turquie, n’ont eu de cesse de tendre à la coordination de leurs positions, à propos de la situation au Moyen-Orient, au Maghreb et au Sahel, et ce dans une nouvelle tentative d’apaiser les tensions persistantes dans ces ensembles géostratégiques.
Les entretiens avec le président turc, Recep Tayyip Erdogan, devraient justement permettre un partage des analyses sur ces dossiers, dans l’objectif d’œuvrer à l'approfondissement de la coopération politique et sécuritaire, afin d’influer sur le cours des évènements. Des plans de sortie de crise dans ces espaces — qui passent nécessairement par la recherche de solutions politiques susceptibles de concrétiser le projet porté par les deux pays visant un retour à la paix — ont déjà été élaborés, et des contacts incessants sont entrepris avec les parties engagées dans divers conflits, pour passer à leur application.
Déposer les armes et s’en remettre au verdict des urnes sont les deux piliers de ces plans. Le constat est valable, tout aussi bien pour la Libye, qui a déjà exprimé le vœu de réussir le lancement de ces processus, que pour la Syrie ou le Yémen. Les pays du Sahel sont confrontés aux mêmes défis politiques et sécuritaires, et l’Algérie a proposé depuis longtemps ses bons offices pour mettre fin aux tueries et à l’anarchie, et des Chefs d’État lui ont exprimé leur reconnaissance suite à ces démarches.     
Cette même gratitude a été affirmée par le président turc, considérant que l'Algérie joue un rôle essentiel dans l'instauration de la paix et de la stabilité. Cela n’aurait pu être le cas si le pays n’avait lui-même retrouvé ces deux fondamentaux préalables à toute initiative de conciliation dans une région confrontée à des troubles permanents. 
Y mettre fin fait appel à la nécessité, pour les deux nations, de joindre leurs efforts et de renforcer leur coopération, pour contribuer efficacement à extirper la haine et la violence de divers foyers de tension et remettre les pays concernés sur la voie du développement.
Au plan bilatéral, ce dernier point fait d’ailleurs l’objet de négociations pour donner un nouvel essor aux relations économiques enregistrant, ces dernières années, une dynamique particulière à travers des partenariats industriels multisectoriels et un renforcement des échanges commerciaux.
Il s’agit d’identifier les voies et moyens permettant de développer davantage la coopération en vue de la hisser au niveau de l'excellence des relations politiques et d'amitié.
    El Moudjahid

Presedant
Suivent
 

Donnez votre avis

Aidez nous à améliorer votre site en nous envoyant vos commentaires et suggestions