samedi 18 aot 2018 00:01:19

Raison

PUBLIE LE : 13-02-2018 | 0:00 | EL MOUDJAHID

La grève illimitée décrétée par l’un des syndicats de l’Éducation suscite bien des interrogations et, bien entendu, des prises de position. Il s’agit d’une extrémité dont on ne peut évaluer les graves conséquences sur une grande partie de la société. À commencer par les élèves qui se voient ainsi privés de leur droit à la scolarité. Les associations des parents d’élèves sont montées au créneau, ces derniers jours, pour la dénoncer et appeler au dialogue, pour résoudre toutes les revendications professionnelles. Pas moins de cinq autres syndicats du même secteur se sont prononcés contre cet «usage abusif» du droit de grève, et accusent les grévistes de vouloir ainsi entraver l’aboutissement du nouveau statut des travailleurs de l’Éducation. Plus grave, pour eux, le débrayage qui n’est pas motivé par une revendication réelle ne serait qu’une sorte de fuite en avant du syndicat gréviste afin de ne pas présenter le bilan de sa gestion des œuvres sociales réclamé par les travailleurs.
À l’issue d’une rencontre avec les dirigeants de ce syndicat, le ministre du Travail a expliqué que la grève illimitée n’existe pas, et qu’il est impératif, en vue d’éviter des dérapages dont le contrôle serait bien difficile, de se conformer à la loi, de faire des recours au besoin, de reprendre le travail, tout en continuant à demander la satisfaction de ses revendications.
À l’évidence, le jusqu’auboutisme du Cnapeste est de nature à rendre le dialogue stérile, car on décèle une volonté, non pas de résoudre des problèmes, mais d’imposer ses propres solutions. En n’écoutant que lui-même, en faisant la sourde oreille aux demandes toutes aussi légitimes à la fois des élèves et de leurs parents, de beaucoup d’enseignants et des autres syndicats de la même corporation, le Cnapeste, en bravant la loi, ne mesure-t-il pas suffisamment la gravité de son intransigeance ? Et c’est bien là peut-être le paradoxe pour une organisation syndicale composée d’une élite censée former les jeunes générations à la citoyenneté et au civisme.
Dans tous les cas de figure, il est souhaitable que l’appel sincère à la raison et à la responsabilité exprimé soit entendu.
EL MOUDJAHID
 

Presedant
Suivent
 

Donnez votre avis

Aidez nous à améliorer votre site en nous envoyant vos commentaires et suggestions