mardi 21 novembre 2017 22:19:19

Gouvernance et décentralisation

PUBLIE LE : 05-11-2017 | 0:00 | EL MOUDJAHID

Au-delà de sa portée politique, l’échéance électorale du 23 novembre comporte des enjeux éminemment économiques imposés par les orientations d’une vision rénovée du développement. Une phase qui mettra les assemblées locales issues des urnes devant des responsabilités nouvelles, et des missions adaptées aux objectifs du plan d’action du gouvernement. Par conséquent, l’étape exige que les élus du peuple soient à la hauteur de leurs engagements et des exigences induites par la nature de la conjoncture. Aussi, l’Etat s’est engagé à consolider les moyens financiers des communes, dès 2018, en dépit des contraintes budgétaires, pour permettre aux assemblées d’assumer pleinement leur rôle dans la dynamique de croissance locale. Un défi majeur tant il reste essentiellement tributaire d’une décentralisation du pouvoir décisionnel, et d’une bonne gouvernance dans la gestion des affaires publiques. Dans cette optique, les acteurs locaux sont interpellés pour assumer un rôle déterminant dans la mise en œuvre des objectifs des réformes mis en route par l’Etat dans le cadre de la politique de diversification de l’économie nationale. En fait, tout l’enjeu assigné au prochain rendez-vous électoral réside dans son impact sur le processus de gestion des affaires publiques. Aussi, le gouvernement s’engage à poursuivre les réformes et les actions censées «améliorer la gouvernance territoriale et à promouvoir la démocratie locale», à travers notamment le «renforcement de la décentralisation dans tous les domaines d’exercice de la puissance publique, y compris dans le champ économique». Ainsi, l’action du gouvernement sera centrée sur «la promotion du rôle économique des collectivités locales qui seront dotées des instruments appropriés pour promouvoir l’attrait de l’investissement sur leur territoire». Une démarche adaptée aux impératifs de cette phase, aussi bien, délicate que décisive, qui prendra en compte la poursuite des efforts portant sur la réforme des finances et de la fiscalité locales, à même d’assurer «une meilleure valorisation des ressources et l’amélioration du recouvrement des impôts et taxes». Le gouvernement qui insiste sur la mobilisation des élus locaux dans la stratégie économique globale du pays, vise également, à travers son action, la modernisation de la gestion budgétaire et financière des collectivités locales, par le renforcement de leur encadrement et sa formation continue, une orientation devenue indispensable. En effet, l’action locale, qui jusque-là, n’a pas suivi les efforts financiers de l’Etat, en matière de développement, le rôle des communes étant confiné dans une mission fondamentalement sociale avec tout l’impact des charges induites sur le budget de l’Etat, devra désormais s’inscrire dans une fonction économique.
EL MOUDJAHID

Presedant
Suivent
 

Donnez votre avis

Aidez nous à améliorer votre site en nous envoyant vos commentaires et suggestions