vendredi 22 septembre 2017 03:44:48

Démarche consensuelle

PUBLIE LE : 17-07-2017 | 0:00 | EL MOUDJAHID

Comme en témoignent ses commentaires sur l’avancement des travaux de la grande Mosquée d’Alger ou en inaugurant la deuxième tranche du programme de logements de la ville nouvelle de Sidi Abdellah, M. Tebboune, qui a effectué avant-hier sa première visite d’inspection dans la wilaya d’Alger en tant que Premier ministre, a laissé la nette impression d’un homme qui compte aller vite et bien. Conscient de la délicate conjoncture caractérisée par une raréfaction de la ressource financière et aguerri par sa longue expérience des chantiers, il estime que les retards dans la réalisation des grands projets de l’État et le non-respect des délais de réalisation et de livraison constituent une lourde responsabilité, qu’il appartient à chacun de l’assumer pleinement. Il le dit avec ses propres mots et l’exprime de la manière la plus franche, même si, à l’évidence, cela peut mettre mal à l’aise certains. Une chose est sûre, c’est qu’il est convaincu que bien mener sa mission et faire en sorte que le programme présidentiel avance à un rythme plus soutenu exigent un suivi régulier et une action appropriée au moment qu’il faut, afin d’honorer les engagements publics dans tous les domaines.
Durant cette visite, le chef de l’Exécutif s’est de nouveau prononcé sur la nouvelle politique publique qui sera consacrée par l'État pour la protection et la consolidation des acquis sociaux, notamment en ce qui concerne le soutien des franges vulnérables, à même de permettre une égalité sociale plus large. Fidèle aux orientations du Président de la République quant à la nécessité d’obtenir un consensus sur toutes les grandes questions qui engagent l’avenir de la nation, il a fait savoir que le dialogue dans cette direction est en préparation, et qu’il associe aussi bien les formations politiques représentées au sein des deux chambres du Parlement, que les partenaires sociaux et économiques, qu’il s’agisse de syndicats des travailleurs ou patronaux ou du mouvement associatif. En effet, sur un sujet aussi sensible et afin d’éviter toute surenchère et toute manipulation, une consultation à caractère national s’avère impérieuse. La révision de la politique des aides de l'État, rendue nécessaire par le niveau atteint par notre développement et, bien entendu, par une rationalisation de toute dépense publique, vise plus à redresser l’effort social de l’État qu’à réduire tout acquis social. Privilégier la démarche consensuelle ne signifie pas forcément ne pas trancher un problème, mais tout faire pour que la solution préconisée ne soit pas imposée, mais discutée, argumentée, expliquée et acceptée, dans le but d’inscrire les avancées dans la durée.
        EL MOUDJAHID

Presedant
Suivent
 

Donnez votre avis

Aidez nous à améliorer votre site en nous envoyant vos commentaires et suggestions