lundi 11 dcembre 2017 19:56:00

Réalité et réalisme

PUBLIE LE : 20-04-2017 | 0:00 | El Moudjahid

Le Premier ministre, en visite de travail à Oran, a inauguré un certain nombre de réalisations, dont le complexe industriel de raffinage de sucre à Tafraoui qui vient participer à la diversification de la filière — et donc mettre fin à un monopole qui n’a que trop duré — et va consacrer une partie de sa production à l’exportation. On peut y ajouter la pose de la première pierre d’un projet de 6.000 logements AADL à Misserghine, faisant partie du nouveau pôle Ahmed-Zabana qui devrait abriter plus de 50.000 logements, avec toutes les infrastructures nécessaires comme les écoles, les structures sanitaires, des espaces verts et des aires de jeux et de loisirs, ainsi que des équipements de service. Ce ne sont que des exemples parmi des dizaines ou des centaines d’autres quant à la démarche de l’Exécutif de traduire sur le terrain, de façon concrète et palpable, le programme présidentiel qui vise l’amélioration des conditions de vie des citoyens et d’affirmer, sans excès de langage, que l’Algérie va mieux. Cela ne veut en aucun cas dire que les difficultés manquent ou qu’elles ont été entièrement surmontées. Ce n’est pas dans les habitudes du Chef de l’État ou de son Premier ministre de ne pas dire la vérité aux citoyens ou même de l’amoindrir, mais, à chaque occasion offerte, elle est exposée et expliquée de la manière la plus claire, pour, à la fois, un besoin pédagogique, mais surtout pour en trouver des solutions pragmatiques tenant compte de la réalité du pays et de la conjoncture mondiale. Oui, c’est ce sens très développé de la réalité du terrain et du réalisme des solutions proposées et mises en œuvre qui a permis à l’Algérie de ne pas sombrer, comme l’espéraient ceux qui ne lui voulaient pas du bien malgré la forte amplitude de la crise à laquelle nous sommes confrontés suite à l’effondrement du prix du pétrole sur le marché mondial. Les marchands de la démission et les prêcheurs du désespoir nous ont prédit tous les maux, en conjuguant le verbe «effondrer» à tous les temps, sans parvenir pour autant à démoraliser le citoyen algérien conscient de la situation et de l’enjeu.
En un laps de temps relativement court, la capitale de l’Ouest est devenue une véritable métropole, grâce à des projets structurants en matière d’infrastructures de base ou d’implantation d’industries pourvoyeuses d’emploi. Elle n’est pas la seule à connaître de telles mutations, et ce dans tous les domaines, comme la mécanique, la pétrochimie, l’acier ou l’agroalimentaire, parce que l’une des constantes de la philosophie du Président de la République est de veiller à ce que le développement soit partagé et profite à toutes les Algériennes et à tous les Algériens, quelle que soit la région où ils sont installés, au Nord, dans les Hauts Plateaux ou dans le Sud.  
Bien que la campagne législative encourage bien de surenchères de diverses natures, à l’occasion d’une compétition ouverte et libre entre les formations politiques ou les candidatures indépendantes, il est clair, aujourd’hui, que la société en général et la jeunesse en particulier n’a pas besoin de promesses sans lendemain et déconnectées de la réalité, mais d’engagements fermes qui sont traduits sur le terrain, au quotidien, et conduisant le pays vers davantage de progrès, de stabilité et de démocratie. D’où d’ailleurs cet appel de M. Sellal, à partir d’Oran, pour le vivre ensemble et le mieux vivre : «Notre union dans la diversité constitue une force que nos ennemis veulent altérer. C’est pourquoi, je vous demande, le 4 mai prochain, de montrer que nous sommes algériens et fiers de l’être.»    
    EL MOUDJAHID
 

Presedant
Suivent
 

Donnez votre avis

Aidez nous à améliorer votre site en nous envoyant vos commentaires et suggestions