mercredi 08 avril 2020 16:41:47

Cérémonie officielle en présence du Président Bouteflika : La femme sur tous les fronts du développement

C’est sous le haut parrainage du Président de la République, déclinant la thématique du renforcement des capacités des femmes en faveur de l’entreprenariat local et national que la journée mondiale de la Femme a été célébrée hier

PUBLIE LE : 08-03-2011 | 21:53
D.R

C’est sous le haut parrainage du Président de la République, déclinant la thématique du renforcement des capacités des femmes en faveur de l’entreprenariat local et national que la journée mondiale de la Femme a été célébrée hier dans l’ensemble des wilayas pour revêtir un caractère national au Palais des nations, à Club des pins lors d’une cérémonie officielle ayant regroupé des centaines de femmes représentant toutes les catégories socioprofessionnelles de la société.
Une occasion marquée par l’attribution des prix symboliques à quatre femmes, originaires d’Alger, de Tizi Ouzou, de Mostaganem et de Béchar, ayant apporté des innovations et montré des performances inédites.
La veille, le premier magistrat du pays a adressé un message à la seconde moitié de la société, exprimant ses félicitations tout en rappelant les acquis ayant marqué le parcours riche de la femme algérienne depuis un demi-siècle à l’aune de la souveraineté nationale et de la consolidation chaque jour davantage de l’égalité des droits et des libertés individuelles et collectives des membres de la société. Ce fut l’occasion pour le Président de la République rappeler  dans les paramètres de l’Etat de droit à la faveur de l’évolution des lois de la République et leur adaptation aux standards universels avec les amendements apportés à la révision de la Constitution de 1996 et les nouveaux acquis politiques qui viennent s’ajouter à ceux,  multiples au plan économique, éducatif, social que la femme algérienne a su engranger dans sa lutte au quotidien depuis la lutte de libération nationale en passant par sa contribution aux efforts de construction et de sauvegarde du pays, en étant la gardienne des valeurs de la famille et la citadelle de la société.  Des moudjahidate, des femmes en retraite après avoir tant donné au pays, des jeunes filles qui font l’apprentissage de la vie professionnelle étaient hier parmi l’assistance pour témoigner des liens complémentaires entre différentes générations et autant de passerelles dans une société qui donne la part grande à sa seconde moitié en quête de possibilités et de responsabilités.
La femme algérienne, acteur dans les efforts de relance économique et sociale, partenaire dans la construction et la renaissance de la nation dans ses fondements, était hier visible et ses objectifs palpables au Palais des nations avec l’exposition des échantillons de ses apports sur le terrain en matière de projets, d’entreprises et d’investissements productifs réalisés grâce à son labeur et son engagement au sein des différents segments de la vie nationale.
En traversant le hall du Palais des nations, le regard reste fixé sur les projets et la témérité des femmes de talent et d’initiatives innovantes, à l’instar de Zahia Badachi de la wilaya de Boumerdès, créatrice d’une crèche d’enfants initiée à la faveur du dispositif de la caisse nationale d’assurance chômage en fonction depuis 1999, d’une autre femme battante, en l’occurrence, Rabéa Benazouz,  qui a su profiter des mécanismes d’aides à la création des PME en installant sa propre société de diffusion et de distribution. Saliha Kara et son laboratoire de contrôle de la qualité à Tipasa, Rachida Mimoun et son laboratoire d’analyses à Alger, Djihane Affaf Ould Kablia et son agence de communication et de publicité à Birkhadem, Yamina Khalifati et son agence d’aménagement des espaces verts à Alger et bien d’autres femmes entrepreneurs, présentent leurs œuvres et font découvrir leurs capacités d’action et d’initiative quand elles saisissent les opportunités qu’offrent le marché national.
Au plan politique et exécutif, la femme algérienne connaît un nouveau tournant avec l’élargissement de sa participation aux assemblées élues et la conjugaison de ses efforts sur le terrain gagnera plus d’efficacité dans la gestion des affaires publiques de la cité. Des démarches qui vont fournir d’autres leviers à la promotion des conditions de la femme et lui permettre de la libérer des mentalités archaïques qui marginalisent son rôle  et sa place dans la société, comme a tenu à le rappeler le Chef de l’Etat dans son message.        
Au plan économique et  politique, la femme algérienne siège au gouvernement, au Parlement et au sein des départements sensibles et porteurs des affaires de l’Etat, viennent s’ouvrir d’autres créneaux de travail et de partenariat avec le concours et le soutien de l’Etat en vue d’encourager la création de l’emploi et de la richesse pour lutter contre le chômage  et ce, grâce à la mise en place de facilités exceptionnelles concernant la période  de pré-emploi dans les entreprises publiques et privées, la période d'insertion et les micro-crédits d'investissement à travers la satisfaction, par les banques, des demandes des jeunes sans contrainte bureaucratique aucune. C’est ce qui a été rappelé dans un discours prononcé par Nouara Djaâffar, la ministre déléguée auprès du ministre de la Population chargée de la Famille et des Affaires familiales.          
Au-delà de ces capacités pour plus d’autonomie financière et en amélioration des conditions de vie et de travail de la femme et d’émancipation des membres de la société, s’joutent les projets de création de sociétés, d’investissements rentables et créateurs d’emploi et de richesse où la gente féminine démontre sa performance et ses compétences managériales.
Enfin, la cérémonie, organisée hier en l’honneur de la femme algérienne en ce jour de commémoration d’une date symbolique à connotation universelle, charrie de multiples symboliques et une grande volonté nationale d’adhésion aux efforts à consentir en vue de parachever  le projet d'émancipation et d'intégration de la seconde moitié dans son environnement et au processus de développement  afin d’apporter son empreinte et  contribuer  à la prospérité de la société aux plans économique, politique et éducatif, dans un Etat de droit qui lui garantit ses droits en termes de  respect et de considération, de travail et de responsabilité.
Houria Akram
 

DONNEZ VOTRE AVIS

Il n'y a actuellement aucune réaction à cette information. Soyez le premier à réagir !

S'inscrire
 

Donnez votre avis

Aidez nous à améliorer votre site en nous envoyant vos commentaires et suggestions