samedi 19 aot 2017 06:31:06

Centre culturel algérien de Paris : Hommage au talent d’artistes algériennes

A la faveur de la célébration de la journée internationale de la femme, le Centre culturel algérien (CCA) à Paris rend hommage à des artistes femmes qui par leur talent ont confirmé, non sans courage, leur détermination à consacrer l’égalité des genres.

PUBLIE LE : 07-03-2011 | 20:11
D.R

Cet hommage qui s’étale sur une semaine, met à l’honneur des battantes  qui vont se relayer pour dérouler avec brio, leur génie créateur dans une ambiance  festive et partager avec leur public la richesse de leur parcours aux multiples  facettes. Expositions picturales, soirées musicales, rencontres littéraire, lectures  de poésie et projections de films, sont autant de miroirs des talents artistiques  de femmes ordinaires qui se sont imposées de manière extraordinaire dans des  bastions, qui dans un passé récent, étaient essentiellement réservés aux hommes.         
Nassima, la chanteuse qui continue de défendre l’art musical de la mythique  Andalousie, et dont la sortie de son album "Des racines et des chants", est  prévue en février aux Etats-Unis, se produira samedi devant son public. Le talent de cette virtuose la portera aux cimes d’une carrière professionnelle  qui fera d’elle l’ambassadrice du patrimoine musical arabo-andalous. Suède,  Italie, Belgique, Espagne, Hongrie, Etats-Unis, sont les quelques escales qui  ont émaillé sa carrière internationale. Après plus de 30 ans de carrière et d’efforts continus, Nassima dira  qu’au-delà de la musique qui la passionne, le chant reste, pour elle, un espace  de liberté. Parmi les auteurs féminins que le centre accueille, à la faveur de cette  célébration, Kaouther Adimi, une jeune révélation de la littérature algérienne  dévoilée à l’occasion de la sortie de son premier roman "Les Ballerines de  Papicha", une histoire où plusieurs drames et petitesses se croisent et se côtoient  dans la promiscuité d’une famille dans un quartier d’Alger. Son inspiration lui attira de nombreuses reconnaissances en obtenant  en 2006 le Prix du jeune écrivain francophone et en 2008, le Prix du festival  du livre et de littérature jeunesse d’Alger. Louisa Nadour sera également présente lors de cette semaine dédiée  à la reconnaissance des talents féminins et donnera au public l’occasion de  découvrir son recueil de poésie où elle exprime l’attachement filial, l’exil,  les turpitudes de la vie, de même que Béatrice Roman, comédienne française  née en Algérie, qui offrira aux cinéphiles le plaisir d’apprécier la projection d’un documentaire autobiographique intitulé "Ma mère".          
L’artiste-peintre Leïla Ferhat, une pionnière de l’Ecole des Beaux-arts,  qui expose ses toiles au CCA depuis le 23 février, va clore quant à elle, son  exposition le 8 mars dans une ambiance musicale animée par Kahina Afzim qui  dévoilera alors son répertoire andalou et de  musique berbère où elle excelle  également, dans une atmosphère poétique marquée par la présence tant attendue  de  la jeune poétesse  Kaliam. Le 8 mars, cette journée hautement symbolique que vont célébrer toutes  les femmes d'Algérie et d’ailleurs au nom du respect des droits fondamentaux,  est le résultat de nombreuses années de lutte pour consacrer un statut égalitaire,  de justice, et de paix et symbolise en même temps une reconnaissance de leurs  apports indéniables à la société.
L’hommage que le CCA s’est engagé à rendre aux artistes femmes algériennes  à la faveur de cette semaine dédiée à leurs talents sera l’occasion de leur  exprimer sa considération pour leur combativité, saluer leur parcours et honorer  leur engagement  pour la parité.
 

DONNEZ VOTRE AVIS

Il n'y a actuellement aucune réaction à cette information. Soyez le premier à réagir !

S'inscrire
Presedant
Suivent
 

Donnez votre avis

Aidez nous à améliorer votre site en nous envoyant vos commentaires et suggestions