mercredi 05 aot 2020 22:22:09

A propos des hadjis arnaqués : M. Mohamed Aissa Met en garde contre les déclarations aventurières

Davantage d’efforts en prévision des rituels d’Arafat et Minan

PUBLIE LE : 07-09-2016 | 23:00
D.R

Le ministre des Affaires religieuses et Wakfs, Mohamed Aïssa, a affirmé avoir attiré l'attention de ses collègues aux «déclarations aventurières» concernant les pèlerins algériens arnaqués et «dont la polémique est ouverte dans un pays qui n'est pas le nôtre». «L'enquête se fait à Alger en vérité, les visas étant octroyés à Alger. L'opérateur est un Algérien qui a agi à partir de l'Algérie, c'est pourquoi j'ai interpellé tout le monde pour ne plus commenter», a précisé le ministre dans une déclaration à l'APS.

Cet incident, «parce que nous le considérons ainsi comme un incident, car, en règle générale, ce genre de pèlerin ou pseudo-pèlerin ou candidat au pèlerinage est refoulé carrément avec des commentaires médiatiques très négatifs. Ce n'est pas le cas pour nous, donc autant ne plus commenter et attendre les enquêtes qui sont déjà engagées au niveau d'Alger avec premièrement la commission de suivi au niveau du ministère des Affaires religieuses et la cellule de crise au niveau du ministère des Affaires étrangères».
L'information, a précisé le ministre à ce propos, «nous savons où la dénicher parce qu’il y a deux ou trois portails pour activer ce processus. Nous pouvons être en mesure de connaître les responsabilités en temps opportun. Les médiatiser ou pas, cela reste du ressort des autorités chargées de l'enquête», a affirmé M. Aïssa. Le ministre a également souligné avoir interpellé ses collègues ainsi que les journalistes à s'intéresser au pèlerinage que «nous réussissons de mieux en mieux» et aux observations qui détectent les anomalies pour les médiatiser. «Je n'ai rien contre parce que cela nous permettra de nous corriger, de nous critiquer, de réajuster notre démarche et de revoir notre copie.» Le ministre a effectué, mardi soir, une visite inopinée dans certains lieux d'hébergement des hadjis algériens pour s'enquérir de leur état d'hébergement et de restauration notamment. Mohamed Aïssa s'est entretenu, à l'occasion, avec certains hadjis qui lui ont exprimé leur satisfaction quant à leur prise en charge, alors que certains parmi eux se sont plaints de leur situation, notamment pour ce qui concerne l'hébergement, et l'état d’insalubrité dans certains hôtels. En réponse à leurs doléances, le ministre a promis de régler leur situation dans les plus brefs délais. Le ministre était accompagné par le directeur général de l'Office national du hadj et de la omra et coordinateur général du hadj.

Davantage d’efforts en prévision des rituels d’Arafat et Minan

Le ministre des Affaires religieuses et des Wakfs, Mohamed Aïssa, a appelé, hier à La Mecque, à davantage d’efforts à fournir à Arafat et à Minan, dernier virage nécessitant des éléments des différentes commissions de mettre les bouchées doubles pour un pèlerinage réussi. Lors d'une réunion de coordination et d’explication, en présence du directeur général de l’Office national du hadj et de la omra (ONHO) et coordinateur de la mission, Youcef Azouza, du chef de centre de la mission de l’ONHO, Messaoud Bouledjouidja, et des responsables chargés des différentes commissions de la «biâ’tha», le ministre a mis l'accent sur la réussite de cette étape décisive pour les 28.800 hadjis algériens. Le ministre, qui a exprimé sa satisfaction du travail accompli jusque-là par les responsables des commissions, a précisé que «tout bon travail nécessite davantage d’efforts parce qu’il y a une confiance déclarée, mais il y a aussi une peur de la part de pèlerins par rapport à ce qui s’était passé l’année dernière à Minan». «J’ai transmis cette préoccupation pour avoir plus d’engagement. Et cet engagement ne sera pas bénévole, ne sera pas dispersé et ne sera pas personnalisé, car c’est un effort institutionnel qui va jaillir d’une organisation minutieuse, laquelle se base sur des plans d’action qui concernent tous les corps qui constituent la biâ’tha», a-t-il ajouté. Chaque corps, a-t-il affirmé, saura «quel est le rôle précis de chacun de nous, quelle est la permanence requise, quel est l’objectif à atteindre et l’impératif de s’intégrer dans la biâ’tha et de ne point faire de discernement ou de discrimination entre un corps et un autre. Nous représentons tous la mission algérienne, nous représentons tous l’Algérie», a-t-il martelé à ce propos.
Le hadj de cette saison, le meilleur depuis ceux organisés précédemment, «sera fêté inchallah», a-t-il dit. Pour sa part, le directeur général de l’ONHO, Youcef Azouza, a assuré qu’aucun effort n’a été épargné pour faciliter aux hadjis leur passage à Arafat, Mouzdalifa, puis Minan.
M. Azouza a appelé tout un chacun à prendre à cœur sa tâche et à s’y astreindre pour une meilleure coordination entre toutes les parties, «car le jour le plus pénible est celui de Minan, à savoir l’opération de lapidation». «Un plan a été ficelé pour que tout aille dans le bon sens et sous de bons auspices», a-t-il souligné. Aps

  • Publié dans :
DONNEZ VOTRE AVIS

Il n'y a actuellement aucune réaction à cette information. Soyez le premier à réagir !

S'inscrire
 

Donnez votre avis

Aidez nous à améliorer votre site en nous envoyant vos commentaires et suggestions