mercredi 05 aot 2020 22:55:42

Hadj : Convenir d’un spécimen de prêche à Arafat

M. Aïssa demande des explications sur les conditions d'hébergement

PUBLIE LE : 06-09-2016 | 23:00
D.R

Une réunion des cadres scientifiques de la Biâ'tha  (mission), présidée par le ministre des Affaires religieuses et des Wakfs, Mohamed  Aïssa, a été convoquée hier afin de convenir d'un spécimen de prêche à Arafat. "Le travail est déjà fait en amont et ça m'a donné l'occasion pour commenter les propositions et pour demander la réadaptation des propositions selon les nouvelles données (saoudiennes)", a précisé  M. Aïssa qui a fait en outre, l'éloge de la commission religieuse "qui s'est très bien déployée cette année" en copiant les appels des antennes périphériques médicales pour faire un travail de proximité. "Auprès de chaque antenne périphérique, il y a une antenne de fatwa  algérienne", a précisé le ministre dans une déclaration à l'APS, au sortir d'une réunion d'évaluation avec les différentes commissions de la mission Hadj et Omra. "Nous avons réussi à convaincre les hadjis algériens à ne pas aller vers les kiosques diffusant des orientations différentes de notre référent national  religieux, et permis aux docteurs d'Etat ayant formé la commission de fatwa de sortir sur le terrain et de connaître de très près la culture algérienne grâce au contact direct et l'interactivité avec les pèlerins", a soutenu M. Aïssa. Le terrain a permis également aux imams, a-t-il dit, de sortir de leur  état "d'inertie" pour faire un travail de proximité, d'accompagnement, d'orientation et d'assistance en cas d'égarement des hadjis et en cas de maladie de ces derniers". "C'est une dynamique qui sera bénéfique à mon sens pour l'imamat en Algérie. Ils seront plus efficaces parce qu'ils auront appris à établir un contact direct social avec la population". Par ailleurs, le ministre a indiqué avoir remarqué que les tentatives d'invasion idéologiques "ont toutes été cadrées", même celles qui venaient auparavant sous l'intitulé de la bienfaisance distribuer des livres, dépliants et CD, a-t-il  précisé. "Nous ne distribuons que ce que nous avons produit en Algérie. Nous  avons nos manuels, nos guides et nos dépliants", a indiqué M. Aissa, avant de souligner "il faut que les Algériens ressentent qu'ils ont une histoire, une appartenance parce qu'il n'y a pas de volonté de la part des pèlerins d'accaparer ces donations parce qu'ils savent pertinemment que nous vivons une époque  d'invasion sectaire, idéologique et rituelle", a ajouté le ministre des Affaires religieuses.

M. Aïssa demande des explications  sur les conditions d'hébergement    

 Le ministre des Affaires religieuses et des Wakfs,  Mohamed Aïssa, a sommé tous les responsables de la mission hadj à faire un exposé sur les anomalies constatées sur le terrain concernant les conditions d'hébergement et de restauration des hadjis, à La Mecque. "Je veux savoir de quoi il en retourne. C’est pourquoi j’ai interpellé tous les responsables à faire un exposé, à détecter et énumérer les anomalies et d'expliquer comment ils ont procédé pour y remédier", a déclaré M. Aïssa  à la fin des travaux des commissions de la mission Hadj et Omra.  Le ministre a expliqué que cette démarche est motivée par le souci de savoir "ce qui se passait à La Mecque vu que son département recevait "au  niveau de la commission de suivi installée à cet effet, des doléances, des demandes d’intervention ainsi que des observations relatives aux conditions de séjour  des hadjis", en plus du suivi, a-t-il ajouté, à travers certains médias. Il a précisé que l’intervention de tout un chacun est clôturée par des suggestions afin d'améliorer la deuxième phase ou saison du hadj, c’est-à-dire l’après-Arafat, Mouzdalifa et Minan, expliquant que ce sont des propositions à prendre en considération pour le perfectionnement du pèlerinage. "Vous savez pertinemment que la réforme s’étale sur cinq années, depuis son début en 2014, beaucoup de chapitres ont connu des avancées très encourageantes", a fait remarquer le ministre, citant en exemple de la restauration, de la prise en charge sanitaire et des personnes égarées". Dans ce sens, il a fait savoir que l’hébergement et la restauration, "sont les deux défaillances citées par la presse et auxquelles nous avons été le plus interpellés au niveau de la commission ministérielle. Hormis cela, j’ai remarqué que les problèmes ont été résolus".          
Si pour la restauration le ministre a indiqué avoir recommandé d’imposer la prochaine saison Hadj, des restaurateurs algériens auprès des compagnies, il a exprimé sa satisfaction quant à l'hébergement électronique, soulignant  d'ailleurs la volonté de le reconduire les prochaines années.          
"Cette expérience, a précisé le ministre à l’APS, nous permettra l’année prochaine d’être plus performants", avant d’ajouter avoir compris de la part du ministère saoudien du Hadj qu’il veut imiter l’expérience algérienne et imposer à tous les hadjis du monde l’hébergement électronique". APS           

 

  • Publié dans :
DONNEZ VOTRE AVIS

Il n'y a actuellement aucune réaction à cette information. Soyez le premier à réagir !

S'inscrire
 

Donnez votre avis

Aidez nous à améliorer votre site en nous envoyant vos commentaires et suggestions