mercredi 05 aot 2020 22:27:51

Mohamed Aïssa visite le centre de regroupement régional des hadjIs à Oran : En contact permanent

Négociations avec les autorités saoudiennes pour passer à 40.000 hadjis l’année prochaine

PUBLIE LE : 23-08-2016 | 23:00
D.R

Inspectant les conditions d’accueil des futurs pèlerins au centre de regroupement mis en place par l’Office National du Hadj et de la Omra (ONHO) à l’aéroport international d’Oran Ahmed-Benbella,  le ministre des Affaires religieuses et des Wakfs, Mohamed Aïssa, a salué les efforts consentis par l’ensemble des institutions publiques ayant contribué à la préparation du pèlerinage de cette année.  S’adressant aux 370 pèlerins ayant pris le départ, hier après-midi, vers les lieux saints, le ministre a souligné le grand intérêt dont jouit le Hadj dans le programme du Président de la République et celui du gouvernement. Ce dernier a placé l’amélioration des conditions de prise en charge des hadjis sous la règle«le pèlerinage de la dignité », a déclaré Mohamed Aïssa. A propos de ce programme, il y a lieu de savoir qu’il s’étend jusqu’en 2019 et se fixe comme objectif d’offrir aux pèlerins la possibilité d’accomplir le Hadj dans les meilleures conditions possibles. « Au terme de  la mise en œuvre du  programme du gouvernement, nous espérons que le hadji puisse choisir lui-même l’agence de voyage, la compagnie aérienne et son lieu d’ hébergement à partir de son domicile », a indiqué le ministre.  A ce propos, le même responsable  a rappelé les avancées réalisées pour le  hadji 2016: « Le ministère de l’Intérieur et des Collectivités locales a permis, pour la première fois, au citoyen algérien de s’inscrire au tirage au sort à partir de son domicile via internet.  Aussi, la banque centrale a permis le transfert électronique au profit des futurs pèlerins et nos hadjis seront logés dans des cités presque algériennes », a-t-il dit. Il a, en outre, souligné que le Premier ministre a ordonné la création d’une cellule d’écoute et de suivi au sein du ministère des Affaires religieuses. « Cette cellule a pris toutes les mesures pour entrer en contact  avec les familles des futurs pèlerins en cas de nécessité et elle est, à son tour, en contact avec d’autres cellules créées au niveau du ministère des Affaires étrangères et dans les lieux saints et elle est chargée, aussi, de répondre aux préoccupations des citoyens relatives à la campagne du Hadj», a déclaré le ministre, avant d’indiquer que deux agences de voyages ont été exclues de l’organisation du pélerinage cette année, après avoir failli à leur mission, l’année dernière. Il a ajouté que la tutelle « n’hésitera pas à prendre des mesures similaires contre d’autres agences ou des cadres qui n’accompliront pas la tâche qui leur a été attribuée ». Le groupe qui s’est envolé, hier après-midi vers les Lieux Saints est composé de 370 hadjis, 240 domiciliés à Oran et 130 à Aïn Témouchent. Au total,  24 vols à partir d’Oran  sont programmés du 18 au 4 septembre , 13 assurés par Air Algérie  et 11 par la Saoudia Airlines. Concernant la phase retour à l'aéroport d'Oran, elle est programmée du 19 septembre au 4 octobre. Pas moins de 80 encadreurs représentant les différents services intervenant dans cette opération, ainsi que la société civile sont mobilisés par la tutelle locale au  niveau de ce centre de regroupement régional. Ils ont pour mission d’informer les hadjis, avant leur départ, sur les mesures de prise en charge assurées par l’Etat sur les Lieux Saints et de leur donner les orientations et explications nécessaires au bon déroulement de leur séjour. Par ailleurs, trois accompagnateurs sont affectés à chaque vol, représentant  les services de la protection civile, de la santé et de la direction des affaires religieuses et des wakfs. Ces derniers devront aider le pèlerin à suivre correctement l’itinéraire interne dès son arrivée. Il convient de rappeler que dans le cadre des nouvelles mesures de prise en charge cette année, les agents de la protection civile ainsi que des volontaires porteront tous des gilets jaunes afin de faciliter toute demande de secours, et les camps de hadjis seront numérotés et dotés de plaques électroniques qui porteront les noms de hadjis affectés dans chaque camp à Arafat.
Amel Saher

--------------/////////////////

Affluence vers Médine 

Les hadjis algériens continuaient  d'affluer hier vers Médine (Lieux Saints de l'Islam) où ils devront accomplir le pèlerinage, cinquième pilier de la religion musulmane, au titre de la saison  2016. Ainsi, 6.785 hadjis présents actuellement à Médine sont hébergés dans les 21 hôtels qui leur ont été réservés, soit 7 par l’Office national du hadj et de la omra (ONHO) qui prend en charge 3.199 pèlerins et 14 par les agences de voyages qui se chargent de l’hébergement de 3.586 hadjis, a déclaré  le chef du centre de la mission du hadj et de la omra, Abderrezak Sebgag.  Depuis leur arrivée à Médine, les hadjis ont été bien pris en charge,  selon le même responsable, qui a affiché sa satisfaction totale quant aux  efforts déployés par les membres de la mission depuis l’accueil à l’aéroport, l’hébergement, la restauration jusqu’à la prise en charge sanitaire. Pour sa part, le Dr. Mohamed Zineddine Bettarcha, chef d’antenne médicale  à Médine, a relevé que le problème qui se pose avec acuité chez les hadjis  est celui de l’âge, relevant que durant la journée de lundi, deux personnes  âgées de plus de 90 ans présentant des pathologies chroniques ont été hospitalisées. Ce que nous appréhendons le plus, ce sont les insolations, les diarrhées  et les déshydratations, notamment chez les personnes âgées et les malades chroniques  et ce, en dépit de l'existence de médecins biologistes qui suivent à la lettre  l'alimentation des hadjis et leur prodiguent des conseils à ce sujet, a-t-il  souligné.  De leur côté, de nombreux hadjis ont exprimé leur satisfaction quant aux conditions d'hébergement, de transport, de restauration et de prise en charge  médicale mises à leur disposition pour rendre agréable leur séjour dans les  Lieux Saints de l'Islam.

Départ vers les Lieux Saints
Le premier groupe de hadjis s’est envolé  de  l’aéroport Sidi- Mohamed-Belkebir d’Adrar en direction de Médine, en Arabie   Saoudite, pour accomplir le cinquième pilier de l’Islam. Composé de 296 passagers, ce groupe de hadjis a été transporté en deux  vols de départ, programmés par la compagnie nationale de transport aérien Air Algérie, via l’aéroport international Ahmed- Benbella d’Oran, ont  indiqué les responsables de la délégation d’Air Algérie à Adrar. Au total, 619 hadjis de la wilaya seront transportés en direction des  Lieux Saints de l’Islam.  Le second groupe, composé de 295 hadjis, s’embarquera jeudi prochain  en deux vols à partir des aéroports Sidi-Mohamed-Belkebir d’Adrar et du Gourara (Timimoune), alors que le troisième contingent (28 hadjis), s’envolera  à partir d’Adrar, a-t-on fait savoir de même source. Les services de la wilaya ont pris, avec le concours du secteur des  Affaires religieuses et des Wakfs, toutes les dispositions nécessaires pour  le transport des hadjis, ainsi que l’organisation des rencontres de sensibilisation sur les conditions du rituel du Hadj. APS

-----------------////////////////////

Négociations avec les autorités saoudiennes pour passer à 40.000 hadjis l’année prochaine
Le ministre des Affaires religieuses et des Waqfs,  Mohamed Aïssa, a annoncé que des négociations sont en cours  avec les autorités saoudiennes pour porter, l’année prochaine, le quota algérien  des hadjis à 40.000 personnes. "Nous sommes en négociation avec le ministère saoudien du Hadj pour  augmenter, l’année prochaine, le quota algérien de hadjis à 40.000 personnes",  a annoncé, Mohamed Aïssa, en marge du départ du 8e contingent de pèlerins  pour les Lieux Saints de l’Islam à partir de l’aéroport international Ahmed -Ben-Bella d’Oran. Mohamed Benaïssa a souligné que la demande des Algériens pour le Hadj  est en hausse d’année en année et que le quota actuel (30.000 hadjis) ne suffit  plus. "Près d’un million de personnes se sont inscrits, cette année, pour le  hadj. Les négociations en cours permettront d’augmenter le quota à 40.000 hadjis",  a indiqué le ministre qui n’exclut pas à l’avenir l’organisation d’un "tirage  au sort électronique", puisque la technologie actuelle le permet.  A une question de la presse concernant le rapport américain sur la liberté  du culte en Algérie, Mohamed Aïssa a souligné que l’Algérie a pris acte avec  satisfaction de la teneur de ce rapport, mais a souligné, néanmoins, que "l’Algérie  n’a aucune leçon à recevoir en matière de libertés". S’adressant aux futurs hadjis, le ministre des Affaires religieuses  et des Wakfs les a exhortés d’être dignes de l’histoire de  leur pays. "Soyez  les ambassadeurs de votre pays et donnez une bonne image de la nation algérienne  et de son Islam modéré qui préconise l’entraide et le respect d’autrui", a-t-il  insisté.

  • Publié dans :
DONNEZ VOTRE AVIS

Il n'y a actuellement aucune réaction à cette information. Soyez le premier à réagir !

S'inscrire
 

Donnez votre avis

Aidez nous à améliorer votre site en nous envoyant vos commentaires et suggestions