dimanche 25 juin 2017 02:50:57

Mascara, Agriculture : contraintes et perspectives

La wilaya de Mascara est une région à vocation agricole par excellence, elle recèle d’importantes potentialités dans ce secteur dont la surface agricole utile (SAU) est de l'ordre de 312.800 ha.

PUBLIE LE : 23-08-2016 | 0:00
D.R

La wilaya de Mascara est une région à vocation agricole par excellence, elle recèle d’importantes potentialités dans ce secteur dont la surface agricole utile (SAU) est de l'ordre de 312.800 ha.

Il est indéniablement établi que la wilaya de Mascara est une région à vocation agricole par excellence, elle recèle d’importantes potentialités dans ce secteur dont la surface agricole utile (SAU) est de l'ordre de 312.800 ha. Le wali de Mascara, M.Affani Salah, a mis le doigt lors de ses différentes sorties d’inspection sur le terrain sur la plaie déplorant un déficit en moyens de stockage céréaliers qui se font souvent à l’air libre. Il a été décidé pourtant l’inscription d’un dock-silo pour renforcer les capacités d’emmagasinage lors de la dernière visite du ministre de l’Agriculture dans la wilaya de Mascara mais le projet n’a pas encore vu le jour jusqu’à présent et les mêmes problèmes de stockage de céréales restent entièrement posés lors des campagnes de livraison  à travers les différentes localités de la wilaya. La contrainte du manque flagrant de main d’œuvre qualifiée est posée avec acuité et pour remédier à cela, un institut de formation professionnelle spécialisé en agriculture a ouvert ses portes depuis plus d’un an à Tighennif pour la formation des jeunes dans les métiers de l’agriculture. Le périmètre de la Habra qui englobe une partie de Hacine, y compris les deux pôles les plus importants à savoir : Sig et Mohammadia, assemble des avantages primordiaux pour la wilaya de Mascara, où beaucoup reste à faire dans ce domaine d'une importance vitale en sus de l'autosuffisance alimentaire et ce, à condition que les gros terriens qui ont été financés par l'Etat qui a dégagé des sommes colossales soient mises au chapitre de ces derniers. La question des grandes lignes indispensables pour une dynamique cohérente pour un maintien participatif du métier de l'agriculture. Le rendement, malgré des sommes colossales octroyées par les banques en faveur de ces gros propriétaires terriens demeure éphémère au vu de la bonne volonté de l'Etat où les prix des fruits et légumes connaissent des flambées les plus inconcevables. Dans ce cadre bien précis, à la question de cette flambée des prix décréter par les différents intermédiaires et autres spéculateurs, cette flambée des prix répétitifs est- elle due aux intempéries ou à la liberté des prix qui ont pris des proportions. Ou s'agit-il de détrousser les consommateurs ? La population de Mascara constate, à contrecœur cette flambée des prix qui touche toute l'alimentation à grande consommation, notamment les fruits et légumes, qui ont atteint un seuil imaginaire, mettant à rude épreuve, les gens aux faibles bourses, les capacités de froid sont faibles et ne répondent pas aux besoins de la récolte de la pomme de terre qui se situe, bon an mal an, entre 3.500.000 q et 5.000.000 q et ce qui aura un impact sur les prix affichés aussi bien au marché de gros qu’à celui du détail. Une virée au marché des fruits et légumes, confirme cette situation. Le consommateur est obligé d'acheter malgré les prix élevés affichés par les revendeurs. Ces derniers justifient cette hausse par les prix qui leur sont imposés par les grossistes du marché de gros de Khessibia. Parmi ces produits à large consommation, on cite à titre exemple la pomme de terre, dont le prix du kilo varie entre 33 à 55 DA, alors qu'au marché de gros, elle est cédée entre 28 à 33 DA le kg. Par ailleurs, la campagne de plantation de la pomme de terre de saison qui  débute à partir du mois janvier et se poursuivra jusqu'en février et a connu jusqu'alors une superficie de 12.350 ha pour une production de 3.300.000 q, selon M. Boulenouar Ghali, sous-directeur à la DSA  au moment où, selon ses propos, un autre plan pour la multiplication de la pomme de terre de semence a touché une superficie importante.
La récolte de la pomme de terre de saison réalisée à ce jour a touché 3.000 ha sur les 4.000 emblavés, soit un taux record de 75%. La production locale a atteint une quantité de 960.000 q soit un rendement de 320 q/ha. Comparativement à la campagne passée, le rendement de cette année est considéré comme positif reflétant les efforts déployés par les services concernés. Concernant le stockage de ce produit, afin de régulariser sa commercialisation, la direction de Services agricoles (DSA) vient de conclure une convention avec 08 opérateurs économiques pour un entreposage frigorifique d'une quantité dépassant les 227.800 q, alors que celle prévue par le programme arrêté par la direction est de 345.000 q. Ce secteur qui s'est dégradé à partir des années 1980 où Mascara a perdu son titre de leader en production pomme de terre, oignons et autres maraîchages, et auparavant la perte de l'ensemble de son vignoble pour laisser des étendues de terre à nu, le manque d'eau est la cause de la dégradation de la faune arboricole faisant de la plaine de Ghriss et son prolongement jusqu'à la limite des hauteurs d'El Bordj et d'Oued El Abtal une zone presque déshéritée, la répartition des terres agricoles n'a pas donné ce qu'on espérait, au contraire on a vu un genre de spéculation et la main basse de barons qui se sont emparés de ces terres illégalement pour en faire leur ranch au vu des constructions sauvages sur les terres fertiles, et ce n'est qu'après l'application de la régularisation des terres privées de l'Etat à travers des actes de jouissances que les choses s'améliorent. Les responsables du secteur agricole font  de ce secteur leur cheval de bataille , pour instruire et suivre de plus près les banques et les infrastructures d'accompagnement d'accorder plus d'attention au secteur et accorder des facilités aux fellahs à travers des crédits financiers et en nature, c'est pourquoi plusieurs vergers d'arbres fruitiers ont vu le jour et surtout le développement des oliviers, produits que seule Sig retenait le record, voilà que d'autres daïras comme Oued Taria et Hachem prennent le relais pour un développement important. Des facilités de la procédure pour donner des autorisations d'épuisement d'un puits pour 50 ha a ouvert la voie devant des fellahs qui se sont constitués en groupe pour bénéficier de permis d'épuisement, de curage ou d'aménagement de puits. Au niveau des agences d'octroi de crédits pour les jeunes (ANSEJ-CNAC-ANGEM) le secteur de l'Agriculture est favorisé en particulier l'élevage et la collecte de lait. Les ressources en eau font défaut au niveau de la wilaya de Mascara et en particulier au niveau de la région de Ghriss c'est ce qui a créé un exode des fellahs vers les wilayas limitrophes et parfois dans l'extrême Est.

Dans l’attente du MAO

La wilaya se penche déjà sur le MAO qui sera affecté à la consommation domestique et les barrages seront consacrés à l'irrigation des terres fertiles de Ghriss, les oliviers de la plaine d'El Habra et les agrumes de la région de Mohammadia où de nouveaux postes de travail seront créés dans cette région. Le directeur de l’agriculture de wilaya est dit prêt à  aider les agriculteurs à acquérir les équipements modernes, tout en mettant l’accent sur l’imprégnation des expériences étrangères, citant l’exemple de la Chine, où une superficie d’un million d’ha satisfait les besoins de 50 millions d’habitants. D’autre part, il  exhorte les arboriculteurs, dont les oléiculteurs, à chercher des opportunités d’exportation, notamment en Afrique. Les potentialités agricoles de la wilaya et des ne sont plus à démontrer, sur 250 ha, dont 100 réservés à la culture de pomme de terre, en coopération avec la ferme pilote dans cette commune.
Elle est également versée dans la céréaliculture sur 50 ha et la viticulture sur 100 ha. La production annuelle de cette exploitation est de 75.000 quintaux de pomme de terre, 3.500 de céréales et 30.000 de raisin. Cette exploitation agricole irriguée dispose de 3 forages et 3 bassins de stockage d’eau, soit une capacité de 300 mètres cube, en plus d’un système d’irrigation par goutte à goutte pour la viticulture et d’un réseau d’irrigation par aspersion pour la pomme de terre et la  céréaliculture sur 150 ha. Elle emploie 50 travailleurs de la terre permanents et 100 autres saisonniers et dispose d’un important matériel agricole, de deux unités de stockage de 4.000 m3 et de 12 chambres de froid (7.600 m3).Le  projet de transfert d’eau à partir du barrage de Ouizert vers la plaine de Ghriss pour les besoins de l’irrigation des terres agricoles est significatif pour un meilleur rendement. L’exploitation agricole des frères Derouiche, qui active dans le cadre d’un partenariat avec la ferme pilote «Maoussa» de cette commune. Les travaux de réalisation du barrage d’Oued Taht concernera le transfert des eaux, à partir de ce barrage, vers trois communes, ainsi que vers le périmètre irrigué Kachout. La mise en service de ce périmètre irrigué de 500 ha, qui a fait l’objet d’une opération de réhabilitation. La société El-Ziraâ, un modèle d’exploitant agricole L’exploitation agricole El Ziraâ, de la Société GGI Filaha, filiale de PromoInvest des frères Sahraoui de Mascara, a de gros moyens financiers investis dans l’exploitation agricole et les équipements de pointe utilisés pour réussir, en peu de temps, la mise en valeur d’un périmètre agricole. Le groupement a obtenu, en 2010, la concession de 200 ha, qu’il devait mettre en valeur. En deux ans, l’investisseur privé est parvenu à réhabiliter quasiment la totalité du périmètre qui lui a été concédé, en procédant, par phase, au rootage, à l’épierrage et au broyage de la roche sur 70 cm de profondeur ; et à la mise en place du réseau d’irrigation (principal et secondaire souterrain ainsi que le goutte à goutte à la parcelle réalisée sur 50%). Il a avancé aussi dans la plantation d’olivier, l’arboricole (pommier et cerisier) et de brise-vent (cyprès et casuarina). Il est prévu, à moyen et long terme, la mise en place d’une huilerie d’une capacité de production de 5 millions d’huile d’olive extra-vierge par an. Le coût global de cet investissement avoisine les 4 milliards de dinars.
Ce projet de réhabilitation, dont l’intérêt majeur est le recours aux méthodes d’irrigation modernes, telles que le goutte-à-goutte sur la base d’un système de transmission par satellite. «200 hectares est une superficie trop petite pour un projet aussi ambitieux qu'il  il faut l’élargir , nous précise M. Boudjellal, ingénieur hydraulicien chargé de ce dossier qui regrette amèrement que l'on ne recoure plus au plan de culture d'antan dans le choix spécifique des spéculations à cultiver durant les quatre saisons de la saison agricole et la mise en place des statistiques avec utilisation de l’outil informatique et de technologie , une valeur ajoutée dans ce domaine et le groupe Sahraoui est, dans ce sens, un exemple, le précieux apport des technologies de pointe dans la fertilisation de terres, qui paraissaient, jusqu’alors, non exploitables pour l’agriculture. La wilaya occupe les premiers rangs en matière de production de l’oignon, de la pomme de terre, des olives, des agrumes et raisins. Tous les facteurs handicapant s ont été levés car la wilaya, comme nous l’a clairement expliqué le DSA  de la wilaya, la région n’est pas seulement agricole, c’est un agropole. Elle remplit, ajoute t-il, toutes les caractéristiques d’une agriculture avec ses différentes variétés .Les plaines de Ghriss, Sig, Habra et les autres terres sont d’une importance foncière qui n’est plus à démontrer. La réalisation du système d’irrigation de la plaine de Ghriss par le barrage d’Ouizert a permis d’assurer une meilleure gestion de l’eau  et éviter les pertes dues à la casse des canaux ou l’évaporation, nous indique en substance le DSA qui ajoute qu’à propos du retour massif des agriculteurs, le directeur nous ivre son argumentaire : «cet engouement s’explique par la participation de l’état qui a mis tous les moyens , tous les encouragements nécessaires et les mesures incitatives pour permettre à l’agriculture de s’épanouir et aux agriculteurs de produire plus. Le fellah s’est désormais senti dans son milieu en trouvant tout ce qu’il cherche dans l’agriculture grâce, notamment à l’habitat rural et les autres formes d’aides à travers les différents programmes et plans dédiés  à l’agriculture, nous souffrons toutefois du manque d’investissements dans la transformation de produits importants de certaines cultures comme la pomme de terre même si une première unité dans ce créneau a vu le jour dans la commune de Sidi Kada  , non loin du chef lieu de la wilaya de Mascara, celle de chips appartenant à un privé de la région », précise M. Khaled, directeur des services agricoles de la wilaya. LES différentes terres connaissent non seulement de meilleurs rendements et une meilleure qualité, mais ont poussé les fellahs à faire preuve de plus d’ingéniosité pour diversifier leurs productions. Une émulation et une compétition à produire quantitativement et qualitativement ses ont emparés des agriculteurs de la wilaya de Mascara et les résultats probants parlent d’eux-mêmes. L’agriculture a eu un impact social très important par des emplois permanents et d’autres saisonniers lors de la cueillette du produit. L’on déplore néanmoins l’absence d’une démarche de marketing de ces producteurs pour faire connaître leurs produits  avec nom, origine pour une éventuelle labellisation en une AOP (appellation d’origine protégée) ou AOC (appellation d’origine contrôlée).

Le goutte à goutte

Certains agricultures de la wilaya de Mascara qui développent d’autres cultures, la pomme de terre ou les semences ,l’oignon ou les céréales se sont hissées à un niveau très élevé sur le plan national, sont arrivés à un stade de professionnalisation avec l’introduction du goutte à goutte, le recours de recrutement d’ingénieurs et des bureaux d’études spécialisés qui leur apportent technicité et savoir faire. Pour le maraîchage, pour faciliter la procédure afin de  donner un nouveau souffle à ce secteur ; des autorisations de creusement d’un puits pour une superficie de 50 ha ont vu le jour, des fellahs se sont constitués en groupes pour bénéficier de cet avantage, de curage ou d’aménagement de puits. Au niveau des agences d’octroi de crédits pour les jeunes, les jeunes sont favorisés dans le secteur de l’Agriculture et en particulier l’élevage et la collecte de lait. Les ressources en eau font défaut au niveau de la wilaya de Mascara et en particulier au niveau de la région de Ghriss, c’est ce qui a créé un exode des fellahs vers d’autres régions limitrophes, parfois dans l’extrême Est, les fellahs dans la culture de la  pomme de terre et c’est ce qui permet a d’autres wilayas de prendre le relai pour concurrencer Mascara. La priorité a été accordée aux secteurs de l’agriculture et de l’hydraulique. Longtemps mis en veilleuse, le projet de réalisation du barrage appelé Oued Taht, situé dans la commune d’Aïn Ferah, est en cours de réalisation pour une enveloppe de 2.500 milliards de centimes, il y a lieu de mentionner la réalisation de 5 stations de lagunage et réservoirs construits à travers les communes de la wilaya. Ainsi, 450 milliards de centimes ont été débloqués pour la réalisation et le réaménagement du périmètre irrigué de Sig, et permettre le drainage de 4993 ha transformés et reconvertis en surfaces cultivables. Il en est de même pour le périmètre irrigué de Mohammadia, un projet qui a nécessité l’injection de 1.000 milliards de centimes. La wilaya de Mascara a été désignée pour faire figure de pôle régional agricole. Le choix n’est pas fortuit, car la région répond à toutes les conditions que demande un tel statut.
Cette idée a germé, dans un premier temps, vers les années 1990 sur proposition du wali de l’époque qui avait présenté un dossier solide, convaincant les autorités centrales à retenir Mascara sur la liste des grandes agglomérations candidates à assumer ce rôle. Cette distinction se matérialise périodiquement et d’une manière régulière sur le terrain par la réalisation de grands projets. Dans ce contexte, l’État n’a pas lésiné sur les moyens pour financer la concrétisation de cet objectif. à cet effet, la priorité a été accordée aux secteurs de l’agriculture et de l’hydraulique. Ainsi, 450 milliards de centimes ont été débloqués pour la réalisation et le réaménagement du périmètre irrigué de Sig, et permettre le drainage de 4.993 ha transformés et reconvertis en surfaces cultivables... Tant attendue par les populations de la région, la mise en œuvre de ce projet redynamisera le secteur agricole dans la plaine de la Habra, réputée pour ses agrumes et ses maraîchers. Parallèlement à cette opération, une enveloppe de 180 milliards de centimes a été consacrée à la réalisation d’une station d’épuration des eaux usées à Mohammadia.
L’exploitation de cette station, avec le traitement de 12.000 m3/jour, devra alimenter plus de 100.000 habitants. Dans le même ordre d’idées, les travaux de dévasement du barrage de Bouhanifia ont été lancés. De tous ces mécanismes, Mascara déplore un déficit en moyens de stockage céréaliers qui se font souvent à l’air libre. Le Directeur des services agricoles de la wilaya de Mascara auquel on a exposé le problème des terres mal utilisées ou inutilisées ainsi que ces milliers d’oliviers restant à l’abandon dit « La loi 8/16 nous autorise à veiller sur les terres pour qu’elles ne soient pas détournées de leur vocation de terre agricole, la DSA est également membre du conseil de développement, elle doit orienter les fellahs vers les aides, les fonds d’aides, quand il y a une agression sur les terres agricoles, elle doit aviser les services de l’ONTA. Ces services peuvent introduire une poursuite au niveau de la justice. A ce jour cinq cas demeurent au niveau de la justice ».

Labellisation de la Sigoise

Concernant l’orientation des fellahs sur les spéculations utiles à l’économie nationale, le D.S.A. dira « La D.S.A peut conseiller le fellah sur les produits à large consommation et qui peuvent avoir un impact sur l’économie nationale comme les blés, la pomme de terre, les légumes secs, maintenant si le fellah est conscient, il applique l’orientation, s’il ne veut pas personne ne peut l’obliger, ce qui veut dire que nos fellahs échappent complètement à l’administration. » Que doit-on faire pour faire comprendre au fellah qu’il n’arrivera nulle part, s’il n’est pas accompagné par des services adéquats qui peuvent contribuer pour un développement moderne ? Notre certitude est qu’il y a un rôle à jouer pour la presse, oui avoir une presse agricole et de développement relatif au paysage de la communication dans notre pays et qui ouvre désormais des horizons meilleurs sur la vulgarisation. Nombre de fellahs restent aujourd’hui à l’écart des bonnes pratiques agricoles et même de la maîtrise de moyens simples qui peuvent pourtant être à leur portée. Certains observateurs avertis du secteur savent que des fellahs ne savent pas encore comment utiliser des engrais de façon adéquate, désherber leurs parcelles ou nourrir leurs cheptels ou encore utiliser les eaux d’irrigation. C’est l’heure de la mondialisation, ceux qui ne peuvent suivre risquent d’être abandonnés en cours de chemin, la bonne agriculture se fait sur les nouvelles données technologiques où, il est demandé, la qualité et la continuité. Une démarche a été entamée avec l'Union européenne (UE) pour la labellisation de la variété d'olive de table "Sigoise", qui fait la réputation de la région de Sig dans la wilaya de Mascara la démarche de labellisation de cette variété en vue de sa promotion, en présence d'agriculteurs, Cette opération intervient après que l'Algérie a proclamé, au mois de juillet 2013, une loi permettant aux produits agricoles algériens d'être compétitifs sur le marché intérieur et extérieur et encourageant la diversification des exportations. La wilaya de Mascara, nous précise L.Khaled, le DSA, peut faire face à grand nombre de contraintes pour se hisser à un rang qui lui sied  car  le secteur agricole est au cœur de l’économie, il emploie, dit- il, une proportion significative de la population active.
A. GHOMCHI
 

  • Publié dans :
DONNEZ VOTRE AVIS

Il n'y a actuellement aucune réaction à cette information. Soyez le premier à réagir !

S'inscrire
Presedant
Suivent
 

Donnez votre avis

Aidez nous à améliorer votre site en nous envoyant vos commentaires et suggestions