mercredi 14 novembre 2018 23:51:06

Hommage à Chebbah El-Mekki et Abdelkader Farah : Deux géants du théâtre algérien

Avec comme conférencier Abdelhamid Rabia, comédien et dramaturge, converti en chercheur dans l'histoire du théâtre algérien, l'orateur a utilisé sa méthode habituelle, à savoir des présentations poétiques en prose et en vers rimés pour dire tout l'estime qu'il voue à ces deux géants du théâtre algérien.

PUBLIE LE : 15-08-2016 | 0:00
Ph: Nesrine T.

En hommage aux prédécesseurs ayant fortifié le socle de la culture algérienne, la librairie Chaïb-Dzaïr de l'ANEP a abrité, samedi soir, une conférence hommage à deux figures de proue du théâtre algérien, peu médiatisées et inconnues par le public algérien, à savoir Abdelkader Farah et Chebbah El-Mekki.

Avec comme conférencier Abdelhamid Rabia, comédien et dramaturge, converti en chercheur dans l'histoire du théâtre algérien, l'orateur a utilisé sa méthode habituelle, à savoir des présentations poétiques en prose et en vers rimés pour dire tout l'estime qu'il voue à ces deux géants du théâtre algérien.
Le premier était Chebbah El-Mekki, cet homme natif de Biskra qui s'est distingué par l'ingéniosité de sa pensée et la volonté inébranlable de son militantisme à être proche d'Abdelhamid Ibn Badis, d'Ahmed Rédha Houhou et de l'élite du mouvement nationaliste intellectuel à l'aube du mouvement nationaliste algérien à partir de 1924. Défendant l'idée que le communisme et l'islam pourraient cohabiter dans la même pensée, l'interlocuteur indique que Chebbah El-Mekki était un fervent anticolonialiste et un militant coriace, ce qui lui vaut plusieurs peines d'emprisonnements dont la plus célébré en compagnie d'autres militants communistes lorsqu'il a défié et insulté le féodal Bengana qui le puni en le ligotant d'une corde et en le traînant à cheval de Biskra à Ouled Djellal, sur sur distance de 100 km.
Dramaturge et homme de théâtre, Chebbah El-Mekki est une icône du théâtre algérien sans sculpture, il a fait du théâtre politique une arme secrète de sensibilisation et d’éveil des valeurs du nationalisme et de l'identité. Témoin de la naissance de l'État algérien, de la guerre de Libération national, mais aussi de l’époque coloniale, Chebbah El-Mekki a écrit, adapté et traduit une dizaine de pièces de théâtre, à l'exemple de Waâd el-hak,  adaptation de Taha Hussein, Hassan el-hchaychi, Batel essahra, il a édité un livre intitulé Mémoires aurassiennes, tout en étant le créateur d'une dizaine de troupes et de coopératives théâtrales. Abdelkader Farah, quant à lui, est considéré comme un des plus grands talents du théâtre algérien qui ont hissé le drapeau de l'Algérie à l’étranger. Le talent et la créativité de l'enfant de Ksar El- Boukhari l'a emmené jusqu’en Angleterre, pour devenir l'un des scénographes les plus prestigieux du mouvement théâtral anglais des années 1970 et 1980. Abdelhamid Rabia a précisé que Farah était passionné d’écriture, de peinture, mais aussi de musique, du moment où il a composé 17 morceaux pour le théâtre. Le talent de l'enfant de l'Algérie s'est fait respecter dans le pays de Williams Shakespeare, en devenant même le principal scénographe de la prestigieuse Royal Shakespeare Company de Londres. Décédé en 2005 après avoir collaboré avec les plus grands metteurs en scène du monde et après avoir visité le monde entier, sa famille a respecté la volonté du défunt en léguant à l'ambassade d’Algérie à Londres sa bibliothèque personnelle, pour en faire don à la bibliothèque nationale d'El-Hamma.
Kader Bentounès
 

  • Publié dans :
DONNEZ VOTRE AVIS

Il n'y a actuellement aucune réaction à cette information. Soyez le premier à réagir !

S'inscrire
Presedant
Suivent
 

Donnez votre avis

Aidez nous à améliorer votre site en nous envoyant vos commentaires et suggestions