dimanche 22 octobre 2017 07:36:31

Les casbahs de Dellys et de Cherchell : Un patrimoine en voie de disparition

Il n’existe pas de meilleure façon de comprendre le passé que de se référer à l’histoire. Ce véritable musée en plein air, que sont les casbahs d’Algérie (Dellys, Cherchell... ), attend toujours que les autorités prennent des mesures pour les reconstruire et les protéger.

PUBLIE LE : 13-08-2016 | 0:00
D.R

Réalisé par : Makhlouf Ait Ziane

Il n’existe pas de meilleure façon de comprendre le passé que de se référer à l’histoire. Ce véritable musée en plein air, que sont les casbahs d’Algérie (Dellys, Cherchell... ), attend toujours que les autorités prennent des mesures pour les reconstruire et les protéger.

Les  casbahs sont un pan de l’histoire de la nation. Elles représentent la personnalité du peuple. Si rien n’est fait pour les  sauver, elles finiront certainement par basculer dans l’oubli, dans les secrets de l’ignorance.

Dellys : le secret d’un passé glorieux

Printemps 2016. Par un beau samedi, l’horloge affiche 7h30. Destination : la Casbah de Dellys. Distante de 80 kilomètres de la capitale. Elle est la plus ancienne d’Algérie. Fondée en 1068 par Moaz Edawla Ben Samadah, qui accosta à Tadless chassé d’Almeria en Espagne par les Mourabitine. Le ciel est couvert de nuages éparses, une pluie tranquille et fine tombe. Un moment agréable. Au sein du groupe composé de journalistes et d’étudiants de l’École nationale supérieure du tourisme, invités, par l’association nationale du Touring club d’Algérie, la joie est de mise. Ce jour-là, la route menant à Dellys nous parut interminable car de longs cortèges de véhicules touristiques et de poids lourds circulaient tout doucement dans différents directions. Après deux heures de route, Dellys enfin ! El Hadj Kouider Mustapha, notre guide, chef de bureau du service promotion du patrimoine culturel à Dellys, nous attendait à l’entrée de la casbah. Il a la soixantaine bien établie. Un homme plein d’énergie. La casbah de Dellys vous fera sûrement voyager dans un temps lointain, en visitant ses maisons, ses mausolées et ses ruelles reconstruite illuminant la vie de ses habitants. Parcourez les 16,25 hectares du site et engagez la conversation avec ses habitants  qui ont tous une histoire à vous raconter.

La Basse-Casbah : patrimoine en ruine

Notre première halte : la Basse-Casbah construite sur 7 ha. Cette ancienne médina a été divisée en deux, en 1844, lors de l’occupation française. Elle est séparée en deux par la nationale 24. Notre guide pointe du doigt l’autre côté de la médina en indiquant « en face, c’est la Haute-Casbah construite sur 9,25 ha. Dès l’entrée de cette ville millénaire, les signes de dégradation apparaissent dans les différentes maisons. Les murs et les toits sont complètement en ruines. L’état d’abandon ne se voit pas seulement dans les rues bordées de façades très vieilles, mais même l’infrastructure physique et sociale de la citadelle tombe  en ruines. La casbah nous a ouvert son grand portail pour nous laisser découvrir toute sa diversité. Notre voyage dans les entrailles de cette ancienne ville commence par le mausolée Sidi M’hamed transformé en musée, juste en face, la ruelle de Si El Hafi, riche de son passé culturel, nous invite. Des signes de marginalisation et de dévalorisation apparaissent de loin. Si on remonte dans l’histoire, cette médina historique a émerveillé tous ceux qui l’ont approchée. Malgré les marques du temps, elle nous invite à poursuivre la lecture de son histoire. Une histoire qui nous mènera certainement dans un autre monde d’où la beauté de l’architecture et la nature s’enchevêtrent. Pour découvrir ce que cache cette ville historique, le guide nous invite à visiter une maison. Sa porte d’entrée comporte une petite fenêtre couverte par des grilles ce qui permet, selon notre guide, « l’aération des étages inférieurs d’air frais des ruelles. » Nous pénétrons à l’intérieur et subitement le temps bascule, nous nous mettons à vivre une autre époque. Les souvenirs apparaissent dans  différents coins. Notre guide sans tarder, nous plonge au cœur de ces souvenirs. A l’intérieur, la plupart des chambres sont effondrées surtout après le séisme. Malgré les efforts déployés par le propriétaire pour la restaurer, elle reste toujours en mauvaise état. « La restauration de ces anciennes maisons demande des spécialistes pour garder et préserver son cachet originel », a souligné le propriétaire de la maison. Le patio de la maison, c’est-à-dire ‘‘west dar’’ est considéré comme le cœur de la vie, un puits prône en son milieu, il sert à alimenter en eau les habitants. Selon El Hadj Kouider Mustapha dans chaque maison il y a un puits.  « Le patio, c’est un grand espace de convivialité pour les familles, qui sont jusqu’à 5 à occuper une maison, mais c’est aussi l’espace traditionnel d’accueil des visiteurs », explique-t-il. Ce qui a attiré notre attention, c’est la façon dont les murs ont été construits notamment celui de l’extérieur  qui est très épais. Il est constitué de briques de terre et un mortier comprenant la terre et de la chaux pour protéger  la maison du froid de l’hiver et de la chaleur de l’été. Le temps de quitter les lieux est déjà arrivé. Après la prise des photos souvenirs nous poursuivons la randonnée. La maison nous offre, en silence, sa détresse dans l’espoir qu’un jour les autorités daignent prendre des mesures pour la restaurer.

Inquiétude des habitants

Lors de notre randonnée, dans ses étroites ruelles, les clés de la construction et de l’histoire de Dellys, la ville légendaire, nous ont été livrées. Au détour d’une rue nous croisons Da Mouhand. Ancien armateur, septuagénaire né dans la casbah, il y vit depuis près de cinquante ans. La présence des caméras des journalistes l’attire, il veut exprimer son inquiétude quant à l’état dans lequel se trouve la médina aujourd’hui. Da Mouhand raconte, le passé de la casbah : « Avant le séisme de 2003, la ville était en bon état. Les toits des maisons étaient couverts de tuiles berbères, les maisons, malgré leurs âges avancés apparaissaient en bon état. La ville ne nécessite pas un grand budget pour la réhabiliter. Les ruelles et les boulevards grouillent de monde. Da Mouhand nous raconte, avec une grande charge d’émotion dans la voix, la casbah après le séisme de 2003 : cette tragédie fut aggravée par la destruction de la plus vieille casbah en Algérie. « Au soir même du drame, les habitants portèrent le deuil de leurs infortunés compatriotes et notre médina s’est transformée en site crépusculaire », a-t-il déploré. Mais aujourd’hui, Dellys doit soigner ses blessures et retrouver sa splendeur. En plus de l’impact de ce cataclysme naturel, la folie humaine a transformé cette ville millénaire en un immense ghetto, ses rues et ses habitants souffrent à petit feu. « Je ne reconnais plus la casbah. Je suis fou de rage de voir dans quel état la casbah de Dellys se trouve », explique  Da Said un homme de 60 ans. Les habitants de la ville ont exprimé à l’unanimité leur mécontentement quant à la situation catastrophique dont laquelle se trouve  la médina. Tout en regrettant de ne pas avoir pu préserver ce joyau. En tout cas, ce sont les propriétaires des locaux, et non le gouvernement, qui vont déterminer  l’avenir de leur patrimoine.

La haute casbah : un  tapis en herbes sauvages

Notre randonnée s’est poursuivie à la Haute Casbah où nous avons constaté la même dégradation. Cette partie est également  complètement délaissée et abandonnée. Celle-ci compte quatre quartiers notamment celui de Hammam Erroum, Sidi Yahya et Sidi Mansour. Chaque quartier abrite le tombeau d’un saint à savoir : Sidi Abdelkader (El Djillani) et Lalla Matouba. Certaines maisons sont complètement couvertes d’herbes sauvages. Ce qui explique que cette partie de la casbah est totalement  abandonner. Les ruelles sont dégradées. Une image qui fait vraiment mal au cœur. Ce patrimoine archéologique pleure, pleure, dans l’espoir qu’un jour, les pouvoirs publics prennent conscience de son importance. Chaque coin de cette médina lance un message de détresse. Notre attention est attirée par le paysage qui entoure la ville. Nous sommes vraiment ébahis par cette beauté naturelle. Le vent, caresse doucement nos visages. Le chef de bureau de promotion du patrimoine culturel à Dellys, El Hadj Kouider Mustapha, après avoir constaté notre chagrin au vu de la situation, nous a annoncé qu’une enveloppe financière de 17 milliards de centimes a été dégagée par les pouvoirs publics pour la restauration de la médina. Le responsable n’a pas manqué de souligner que « l’Etat a mis en place tous les moyens pour protéger ce patrimoine culturel. D’ailleurs, les différentes visites de hauts responsables et l’affectation de cette importante enveloppe financière confirment le grand intérêt accordé à la casbah de Dellys ».  Pour appuyer ses dires, El Hadj Kouider a souligné qu’ « après le séisme, un plan d’urgence a été mis en place, d’où le recours au changement des tuiles par de... l’éternit ».

Casbah de Cherchell :  Les derniers moments ?

Après Dellys, nous continuons notre voyage vers la casbah de Cherchell. Une ville distante de 100 kilomètre d’Alger. Une petite Casbah en voie de disparition. La plupart des anciens maisons sont remplacées par des maisons ‘‘modernes’’, pour ne pas dire avec des bidonvilles ‘‘modernes’’. D’ailleurs, le fait qu’ils restent que quelques maisons la visite ne va pas nous prendre  beaucoup de temps. Notre guide ne cesse d’exprimer son malaise, son désarroi de voir la disparation de la médina et surtout de l’absence totale des pouvoirs publics. Selon lui, les concernées sont censés donner des instructions pour stopper, dans un site pareil, la construction de maisons modernes. La Casbah de Cherchell à l’instar d’autre casbah, vit aujourd’hui sous la menace de la disparition. Avons-nous le courage de sauver les casbahs d’Algérie ? Nous lançons à cette occasion un appel aux autorités concernées de prendre conscience de la situation de ces villes millénaires et de préserver ce patrimoine.              
M. A. Z.
 

  • Publié dans :
DONNEZ VOTRE AVIS

Il n'y a actuellement aucune réaction à cette information. Soyez le premier à réagir !

S'inscrire
Presedant
Suivent
 

Donnez votre avis

Aidez nous à améliorer votre site en nous envoyant vos commentaires et suggestions