lundi 23 septembre 2019 16:39:25

Formation des femmes à l’entreprenariat : De la qualification à la création d’entreprise

L’Association des femmes en économie verte «AFEV» a organisé en avril et mai 2016 des sessions de formation au profit des femmes défavorisées et peu qualifiées, dans la création d’entreprise et le renforcement de leurs capacités dans les domaines financiers et de gestion, à l’aide des produits de l’Organisation Internationale du travail (OIT).

PUBLIE LE : 29-05-2016 | 23:00
D.R

L’Association des femmes en économie verte «AFEV» a organisé en avril et mai 2016 des sessions de formation au profit des femmes défavorisées et peu qualifiées, dans la création d’entreprise et le renforcement de leurs capacités dans les domaines financiers et de gestion, à l’aide des produits de l’Organisation Internationale du travail (OIT).

Ces produits (Get Ahead ou Aller de l’Avant), spécialement conçus pour la création,  l’accompagnement et le suivi des femmes dans leur démarche d’insertion et de création de micro-entreprises, sont mis en œuvre par l’OIT à travers son projet «Women for growth» qui a été déployé en Algérie depuis octobre 2015, et qui vise à augmenter le nombre de femmes chefs d’entreprise notamment en économie verte. Pour rappel, les formateurs de l’association AFEV ont eux même été formés sur les produits de l’OIT, et prévoient la multiplication de cette formation pour les femmes futurs entrepreneurs. Ce programme de formation au profit des femmes ayant un niveau moyen d’instruction d’une durée de 04 jours leur permettra de générer leur propre revenu, et de connaitre les notions de base de la gestion d’entreprises.  D’autres sessions de formation seront organisées par l’association AFEV dans les prochains jours, dans les autres wilayas afin de renforcer le développement local et encourager la participation des femmes rurales dans la croissance économique durable. Les femmes algériennes chefs d’entreprise  comptent bien s’approprier le concept d’économie verte et  profiter des immenses opportunités d’entreprenariat qui s’offrent à elles  dans les filières vertes. L’association des Femmes en Economie Verte (AFEV) ambitionne justement à canaliser cet intérêt et  à accompagner cet entreprenariat  en initiant des rencontres de sensibilisation et d’information sur cette nouvelle notion de protection de l’environnement.

D’immenses opportunités dans l’économie verte pour les femmes
L’AFEV est une association régionale localisée dans la wilaya d’Alger, à vocation écologique, qui vise à contribuer activement au développement économique durable en Algérie, à travers la promotion de l’entrepreneuriat dans l’économie verte et tous les secteurs qui sont liés au développement durable et la protection de l’environnement. Présidée par Mme Karima Bergheul l’AFEV est composée de femmes et d’hommes investis de la séduisante mission de mobiliser jeunes porteurs de projets et femmes réalisatrices de ces projets vers un  développement durable axé sur une économie saine pour l’environnement. Elle se veut être un espace qui regroupe des femmes et des jeunes opérant dans le domaine de l’écologie et de l’économie verte, pour la promotion des bonnes pratiques sociétales et de Développement durable. L’association des femmes en économie verte est convaincue que les emplois verts constituent aujourd’hui une porte de sortie possible à la crise de l’emploi que connaissent nos sociétés.  «S’insérant dans les grands principes du développement durable, ces emplois représentent de nouveaux gisement d’activités dans tous les domaines économiques et sont un pont vers une économie plus respectueuse de l’environnement» . Et même si en Algérie, on ne peut quantifier les opportunités en l'absence d'études sur le sujet et en l'absence d'une nomenclature qui intègre les emplois verts, toutefois, divers secteurs d'activité, tels que les énergies renouvelables, l'hydraulique, le thermique, la gestion des déchets, sont pourvoyeurs d'emplois durables. Pour cela, l’AFEV ambitionne d’accompagner et d’orienter les femmes et les jeunes sur les aspects techniques et règlementaires pour promouvoir l’économie verte et les aider lors de la création de leurs entreprises sur les aspects de durabilité. L’association compte également aider à favoriser les collaborations fructueuses et tisser des liens à travers une plateforme d’échange et de communication, à valoriser les initiatives des femmes et des jeunes et les succss stories dans l’économie verte en Algérie, à développer une plateforme d’échange, d’informations et de données et enfin à œuvrer pour la mise en place d’un fond d'amorçage en faveur de développement des projets de création d'entreprises dans les domaines de l’économie verte. Il a été révélé lors d’un séminaire sur l’emploi des jeunes que 9.000 cadres et agents ont été formés dans l’environnement ces dernières années, et qu’il a eté procédé à la mise en place de 4.000 clubs verts et que 28 plans de formation dans l’emploi vert et les énergies renouvelables dans les métiers de l’environnement sont en vigueur. Les spécialistes en économie ont relevé l'importance des emplois verts, pourvoyeurs d'emplois et clés d'une croissance durable à long terme.  Ils affirment que «Même si à terme, tous les emplois devront contribuer à préserver l'environnement, la filière verte qui se développe de plus en plus dans le pays est encore mal connue et mal exploitée. D'ici à 2020, l'organisation internationale du travail évalue la création de 15 à 60 millions d'emplois dans ce secteur». Les métiers verts sont un chantier vierge en Algérie, et on a estimé qu'il serait pourvoyeur de 5.000 emplois dans chaque wilaya, il suffit juste que les jeunes  s'y intéressent. Il faut savoir que près de 600.000 personnes, dont beaucoup de jeunes travaillent actuellement dans des activités liées à l’économie verte comme le recyclage des déchets ménagers, l’agriculture ou les énergies renouvelables.

7,9% des femmes intégrées dans l’économie verte
Une étude élaborée par l'Agence de coopération allemande au développement (GIZ)  révèle que le créneau de ces emplois verts pourrait générer, en Algérie, un peu plus de 1,4 million d'emplois à l'horizon 2025. L’étude indique qu’en matière de statistiques, au titre de l’année 2010, il est indiqué que 273.202 entreprises étaient recensées dans le secteur, soit 3.407 entreprises pour la récupération et la valorisation des déchets, 1.470 dans le domaine de la gestion de l'eau, 168.648 dans le bâtiment vert, 68.631 dans la gestion des espaces verts, alors que 30.085 autres  étaient dans les services liés à l'environnement. Ces activités suscitent un intérêt grandissant, particulièrement chez les jeunes  et chez les femmes. Ainsi, 14.574 femmes sont intégrées dans les professions relatives à l’économie verte, soit 7,9% du nombre global de femmes inscrites au registre du commerce, dont 1.938 sont des gérantes. Les données de la GIZ indiquent que 7.376 femmes activent dans le secteur du bâtiment vert (50,61%), 3.123 dans les services (21,42%), 3.827 dans les espaces verts (26,25%), 146 dans le traitement des déchets, 51 dans le recyclage des déchets, et autant de femmes dans le secteur de l'eau.  Signalons que le Programme GIZ-DEVED apporte un appui aux acteurs des secteurs public et privé, au niveau national et régional, par la mise en œuvre d’instruments de promotion adaptés aux TPE/PME présentant un potentiel intéressant d’innovation et d’emploi. La conception et les objectifs du Programme sont conformes aux plans de développement du gouvernement algérien et s’intègrent dans le profil régional, adopté par la coopération allemande au développement, dans le cadre du pôle d’interventio «Développement économique durable Proche-Orient/Afrique du Nord».
Farida Larbi
 

  • Publié dans :
DONNEZ VOTRE AVIS

Il n'y a actuellement aucune réaction à cette information. Soyez le premier à réagir !

S'inscrire
Presedant
Suivent
 

Donnez votre avis

Aidez nous à améliorer votre site en nous envoyant vos commentaires et suggestions