dimanche 20 octobre 2019 17:55:48

M. Abdelkader Ouali, ministre des travaux publics : « Mobiliser le potentiel national »

Le ministre des Travaux publics, Abdelkader Ouali, a procédé hier, à l’inauguration des 57 km regroupant plusieurs tronçons à savoir, celui de chiffa à Sidi Madani sur 2,4 km, Ksar el Boukhari-Bougzoul sur 23,2km, le contournant de Hassi Bahbah sur 7 km et Bellil Hassi Rmel sur 24 km.

PUBLIE LE : 27-04-2016 | 23:00
D.R

De notre envoyée spéciale
Kafia Ait Allouache

Le ministre des Travaux publics, Abdelkader Ouali, a procédé hier, à l’inauguration des 57 km regroupant plusieurs tronçons à savoir,  celui de chiffa à Sidi Madani sur 2,4 km, Ksar el Boukhari-Bougzoul sur 23,2km, le contournant de Hassi Bahbah sur 7 km et Bellil Hassi Rmel sur 24 km.  
A cet effet, le ministre a rappelé que «le projet de la pénétrante des Hauts-Plateaux à travers la RN1 entre Chiffa (Blida) et El Ménéa (Ghardaïa) demeure parmi les priorités du programme du gouvernement et sur lequel le Président de la République, Abdelaziz Bouteflika, insiste beaucoup». En entamant sa visite au niveau de la wilaya de Blida, le ministre a écouté un exposé sur l’état d’avancement du projet qui porte sur l’aménagement et le dédoublement de la route nationale n°1, un axe autoroutier d’une longueur de 850 km qui est une partie intégrante de la Transaharienne qui participe à la promotion des échanges euro-africains. Il s’agit d’une liaison de désenclavement par excellence des régions du Sud et des Hauts-Plateaux, qui continuent à dépendre fortement du Nord, notamment en approvisionnement, ce qui explique le fort taux de poids lourds, atteignant parfois 40% sur certaines sections. Lors de son intervention, M. Ouali indiquera que la pénétrante des Hauts-Plateaux devrait encourager l’investissement, avant de préciser que ce type de projet nécessite la création d’un comité de suivi de l’état d’avancement du projet. A ce propos, il insistera sur l’établissement d’un planning de livraison de chaque projet, tout en indiquant qu’il n’admettra pas de se rendre sur un chantier sans planning.
En affichant une satisfaction quant à l’avancement des travaux, notamment la qualité du travail, Il n’a pas manqué l’occasion d’exhorter les entreprises réalisatrices au respect du cahier des charges qui contient des dispositions rigoureuses, notamment en ce qui concerne la précision et l'efficacité dans la réalisation des projets ainsi que le respect des délais de réalisation.
Il a également, insisté  sur la nécessité de restituer tous les projets qui ont été réalisés jusqu’ici dans le cadre du programme du secteur. «Il y a une dynamique à mettre en place. Une dynamique veut dire des objectifs et non pas des chiffres», a estimé le ministre tout en soulignant que les projets tracés visent à conforter des objectifs de développement économique et non pas pour des raisons de disponibilité de moyens financiers.
Il a demandé  aux entreprises d’inclure les jeunes universitaires dans les travaux de cette autoroute afin de leur permettre d’acquérir l’expérience en raison que les objectifs tracés sont une conception autoroutière 100% algérienne dans l’avenir.
M. Ouali a par ailleurs jugé impératif de réfléchir en termes d’impacts socio-économiques et non en kilomètres réalisés. «Il est impératif de réfléchir en termes d’impact socio-économiques et non en nombre de kilomètres réalisés», a souligné le ministre, affirmant que le réseau routier national doit être mis «au service de l’investissement et du développement de nos villes».
Le secteur des travaux publics «doit évoluer encore davantage et ne plus se limiter au développement horizontal du réseau routier national», a-t-il encore déclaré, expliquant que l’optique en question devrait permettre de contribuer à l’essor économique des régions frontalières du pays et à favoriser l’investissement dans les villes desservies par le réseau routier national. Le ministre a insisté en outre sur la nécessité d’aller vers une démarche cohérente, même lors des phases d’exécution des projets, de façon à éviter d’éventuels retards ou surcoûts des projets, tout en mettant l’accent sur la coordination et la complémentarité dans les relations entre les régions et les responsables des chantiers afin de donner plus d’impact aux projets.
M. Ouali a préconisé, à cet égard, la mise en place d’une démarche intersectorielle capable de surmonter, à travers sa composante humaine, les contraintes rencontrées d’habitude sur le terrain et garantir une bonne exécution des projets.
K. A. A.


« L’Algérie est un pays fort et stable »
 

«Une économie en plein développement et croissance, un gouvernement laborieux et exécutif, une armée solide et fidèle à la défense de la patrie, et un peuple confiant en son Etat», sont les maîtres  mots d’un message fort qu’a voulu transmettre le ministre des Travaux publics, Abdelkader Ouali, pour montrer l’image actuelle d’une Algérie solide, stable, forte et souveraine, qui se tient et se tiendra toujours debout, en réponse à ceux qui veulent installer le doute sur  la stabilité du pays, sa croissance, en raison de la maladie du Président de la République, M. Abdelaziz Bouteflika, qui se trouve actuellement en Suisse pour des soins.
Le  ministre s’est montré «confiant» en les capacités des cadres, des citoyens et du gouvernement  pour relever les défis. «Ce que j’ai toujours constaté sur le terrain et qui me laisse toujours optimiste, c’est que l’Algérie va bien et elle le sera pour toujours par la force de ces hommes et femmes, le développement de ces projets» a relevé M. Ouali en précisant que c’est tout le pays, qui est «reconnaissant envers les efforts déployés par le Président de la République, M. Abdelaziz Bouteflika, depuis son élection en 1999, pour permettre au pays de retrouver sa stabilité et son unité», a-t-il témoigné.   
Ainsi et après avoir retracé les différents acquis et sauts quantitatifs et qualitatifs du développement de l’Algérie, il a relevé la «détermination du gouvernement» à renforcer le développement local, nonobstant la crise économique et financière du pays en raison de la chute des cours du pétrole.
«On est là pour relever les défis», dira t-il. De la situation du pays, il relève que l’Algérie est «en paix». Sa stabilité actuelle, explique-t-il, puise sa source dans «les efforts consentis par la force de son armée nationale» en ajoutant «notre pays est aujourd’hui, fort dans tous les domaines».
 A cet effet, le ministre, juge nécessaire de multiplier les efforts pour «combler nos lacunes», soulignant «les orientations importantes du Chef de l’Etat», réitérées, par le premier ministre,  M. Sellal. «Toute l’Algérie est reconnaissante quant aux efforts déployés par Abdelaziz Bouteflika qui a permis au pays de retrouver sa stabilité et son unité». C’est cet effort du Président de la République qui «a permis à l’Algérie d’être ce qu’elle est aujourd’hui». Et de poursuivre : «Sans un bon meneur comme lui, il aurait été difficile d’atteindre ce stade de développement, n’oublions pas que nous avons démarré de presque rien».
S’appuyant sur des faits probants, comme celui de la résorption du chômage, du développement des secteurs clés…. M. Ouali a indiqué que l’important est de «maintenir cette dynamique».
Répondant à certaines allégations selon lesquelles les estimations données par le gouvernement sont «un peu exagérées», le ministre dira que «le terrain en a prouvé le contraire». M. Ouali,  rassure que l’«Algérie dispose de tous les moyens pour réussir un meilleur saut qualitatif, notamment pour que l’Algérie demeure toujours debout.
K.A.A.

  • Publié dans :
DONNEZ VOTRE AVIS

Il n'y a actuellement aucune réaction à cette information. Soyez le premier à réagir !

S'inscrire
Presedant
Suivent
 

Donnez votre avis

Aidez nous à améliorer votre site en nous envoyant vos commentaires et suggestions