dimanche 18 novembre 2018 03:45:30

M. Khatri Addouh, président du Conseil national sahraoui : « Maintenir la Minurso pour garantir notre droit à l’autodétermination »

Le président du Conseil national sahraoui, Khatri Addouh, a appelé, hier, à la nécessité de «maintenir» la Mission des Nations unies pour l'organisation d'un référendum au Sahara occidental (Minurso), de manière à réunir «les conditions favorables» à l'organisation du référendum d'autodétermination du peuple sahraoui.

PUBLIE LE : 25-04-2016 | 0:00
D.R

 Le président du Conseil national sahraoui, Khatri Addouh, a appelé, hier, à la nécessité de «maintenir» la Mission des Nations unies pour l'organisation d'un référendum au Sahara occidental (Minurso), de manière à réunir «les conditions favorables» à l'organisation du référendum d'autodétermination du peuple sahraoui.

Dans une  déclaration à la presse, à l'issue de ses entretiens avec le président du Conseil de la nation, Abdelkader Bensalah, M. Addouh a indiqué : «Nous attendons une nouvelle résolution du Conseil de sécurité de l'ONU pour prolonger le mandat de la Minurso, et appelons ce dernier à la maintenir pour lui permettre d'accomplir sa mission initiale et principale consistant à réunir les conditions favorables à l'organisation du référendum d'autodétermination du peuple sahraoui.» Rappelant que l'autodétermination est un droit «légitime», M. Khatri a affirmé que «le règlement de la question sahraouie passe par l'exercice  de ce droit», car il s'agit, a-t-il dit, d’«une question de décolonisation». Le responsable sahraoui a insisté, dans le même contexte, sur la nécessité «d'accélérer le processus de règlement de la question sahraouie, conformément à  la légalité internationale». Appelant les autorités marocaines à «ne pas perdre du temps et à respecter les décisions de la légalité internationale», M. Addouh a souligné que la solution de cette question consiste à «admettre qu'il y a un peuple lésé dont les territoires ont été spoliés», et «de permettre à ce peuple de jouir de tous ses droits, y compris l'autodétermination et l'indépendance». Le responsable sahraoui a en outre exhorté la communauté internationale «à exercer des pressions sur le Maroc pour l'amener à se conformer à la légalité internationale». La rencontre entre MM. Khatri Addouh et Bensalah a permis aux deux parties de passer en revue des derniers développements de la question sahraouie, notamment  la visite du secrétaire général de l'ONU, Ban Ki-moon, dans les territoires sahraouis  libérés et dans les camps de réfugiés sahraouis. M. Addouh a imputé les derniers développements de la question sahraouie à  «l'échec du plan d'autonomie», ajoutant que «cet échec a mis le Maroc  devant le fait accompli et l'obligation de se plier à la légalité internationale». Il a rappelé que le gouvernement et le peuple sahraouis «ne ménageront  aucun effort pour défendre leur position et dénoncer les violations des droits de l'homme par le Maroc et son pillage des ressources naturelles du Sahara occidental»,  ajoutant que le «peuple sahraoui est prêt à faire face à toutes les options». Pour sa part, M. Bensalah a réaffirmé «la position de l'Algérie en faveur  du droit du peuple sahraoui à l'autodétermination, conformément aux décisions du Conseil de sécurité de l'ONU». Une position de principe et historique qui émane, a-t-il dit, «de la souffrance du peuple algérien du joug colonial, mais aussi de son combat pour le recouvrement de sa souveraineté sur son territoire et ses richesses». M. Bensalah a souligné enfin que «la sécurité de la région reste tributaire d'une solution juste de la question du Sahara occidental».

  • Publié dans :
DONNEZ VOTRE AVIS

Il n'y a actuellement aucune réaction à cette information. Soyez le premier à réagir !

S'inscrire
Presedant
Suivent
 

Donnez votre avis

Aidez nous à améliorer votre site en nous envoyant vos commentaires et suggestions