mardi 21 novembre 2017 22:17:25

Evocation : La bataille d’El Hourane

El Hourane est un site qui abritait une caserne de l’armée française qui se trouvait à 3 kilomètres au nord de la commune de Hammam Dhalaa dans la wilaya de Msila.

PUBLIE LE : 01-11-2015 | 0:00
D.R

El Hourane est un site qui abritait une caserne de l’armée française qui se trouvait à 3 kilomètres au nord de la commune de Hammam Dhalaa dans la wilaya de Msila. La batisse qui actuellement appartient aux services des forêts, a été le théatre d’une grande bataille qui a eu lieu 4 février 1958. Cette bataille a non seulement jeté le doute dans les esprits des membres de l’armée coloniale. Mais elle a été l’une des victoires les plus éclatantes de l’ALN . Les moudjahidines qui étaient dirigés par l’officier Said Ouskitch ont traversé l’oued qui sépare les montagnes de Ouled Sidi Amar pour surprendre l’ennemi qui se croyait à l’abri avec la hauteur du site ainsi que les mines qui étaient placées aux abords du cours d’eau .
Le moudjahid Mohamed Zernouh a joué un grand rôle dans ce passage par sa parfaite connaissance des  lieux. A la tombée de la nuit, le responsable de la katiba chargée de l’attaque avait divisé celle-ci en plusieurs groupes, attaque la caserne. Alors que le premier devait abattre le gardien, le second de s’infiltrer dans le local de l’armement, le troisième celui des vivres et le quatrième la surveillance des lieux, Saïd Ouskitch a pris la tête de celui qui devait faire irruption dans la cantine où les officiers français qui ne se doutaient de rien dîner tranquillement. Quand il cria haut les mains, l’un des officiers eu le réflexe de lui tirer dessus  blessé à l’épaule, le valeureux Ouskitch riposta avec son fusil mitrailleur tuant l’officier français et plusieurs de ses pairs. Les autres n’ont eu d’autres choix que de se rendre.
Cette bataille a été facilitée rappelons le par l’aide d’un Algérien qui avait le grade de caporal chef dans l’armée française. Cet Algérien du nom de Mohamed Hourani avait donné aux assaillants toutes les informations relatives à la caserne. Il a ensuite donné le feu vert pour l’assaut grace à une lampe. Il a enfin guidé les moudjahidines dans leurs mouvements et même dans leur retrait. Cette victoire a permis aux moudjahidines de subtiliser un lot important d’armes et de munitions qui ont été chargées sur des mulets et envoyé au poste de commandement de la wilaya III dont dépendait la katiba. 22 officiers français ont été faits prisonniers également. Ils ont été remis avec les armes aux responsables de la meme wilaya.
Les moudjahidines qui n’avaient enregistré aucune perte à part la blessure de leur chef Said Ouskitch se sont dirigés au lever du jour à la localité voisine de Beni Ougague  ou ils pouvaient compter sur le relief difficile et la disponibilité de la population pour prendre un peu de répit en attendant d’autres batailles et d’autres victoires.
F. D.

 

  • Publié dans :
DONNEZ VOTRE AVIS

Il n'y a actuellement aucune réaction à cette information. Soyez le premier à réagir !

S'inscrire
Presedant
Suivent
 

Donnez votre avis

Aidez nous à améliorer votre site en nous envoyant vos commentaires et suggestions