dimanche 19 novembre 2017 09:28:26

Annexe du musée du Moudjahid de Constantine : Un lieu à forte charge historique et émotionnelle

L’effet est toujours le même. En pénétrant dans l’enceinte de l’annexe du musée du Moudjahed de Constantine, située à l’entrée de la cité Chaâb Erssas, juste à côté du complexe Hamlaoui, on est comme happés, saisis par la majesté des lieux.

PUBLIE LE : 01-11-2015 | 0:00
D.R

L’effet est toujours le même. En pénétrant dans l’enceinte de l’annexe du musée du Moudjahed de Constantine, située à l’entrée de la cité Chaâb Erssas, juste à côté du complexe Hamlaoui, on est comme happés, saisis par la majesté des lieux. L’architecture est pourtant rustique et la conception basique : pas d’ornementations superflues ni de décors fastueux, comme si l’édifice voulait refléter la simplicité et l’humilité de ceux, héros reconnus ou anonymes, qui furent à la base d’une des plus grandes révolutions de l’histoire contemporaine. Le voyage dans le temps, celui de la bravoure désintéressée et du sacrifice de soi, est toujours une occasion pour les visiteurs, notamment les plus jeunes, d’être édifiés sur la foi et le courage de ces combattants de la liberté qui ont cru en un idéal, et tout donné pour l’atteindre. En effet, aussi bien les armes rudimentaires que les effets personnels exposés rappellent le grand déséquilibre des forces existant alors entre l’armée de Libération et les troupes surarmées de la France coloniale. À côté, c’est l’exposition de photographies de moudjahidine et de martyrs, ainsi que d’articles de presse d’époque, relatant des faits d’armes, parfois méconnus, qui constituent autant de jalons sur le chemin de l’indépendance. Cette annexe, inaugurée il y a treize ans, est de plus en plus fréquentée. Pour certains, venir se recueillir, se ressourcer en ces lieux à forte charge historique et émotionnelle est devenu plus qu’une habitude, un rituel. À en croire le personnel, l’établissement reçoit presque quotidiennement des délégations d’élèves issus de différentes écoles de la wilaya, et ce dans le cadre d’une convention signée entre le ministère des Moudjahidine et celui de l’Éducation. Cependant, la difficulté majeure concerne l’acquisition d’objets à exposer. Selon le directeur, M. Mohamed Khacha, il est devenu délicat de satisfaire la curiosité des visiteurs : « Nous avions lancé, à l’ouverture du musée, un appel aux dons auprès des moudjahidine encore en vie ou des familles possédant des photographies, des armes ou des effets pouvant être exposées, et même si nous avions pu réunir un certain nombre de ces objets, cela demeure, au vu de la capacité d’accueil des lieux et de l’intérêt grandissant de la population pour l’histoire de la Révolution, bien insuffisant. Nous ne pouvons que réitérer notre appel, notamment en direction de ceux qui veulent garder ce genre de souvenirs chez eux, en les assurant qu’ils seront conservés dans de bonnes conditions. » Il y a lieu de rappeler qu’outre l’exposition d’objets en rapport avec la guerre de Libération, l’activité de l’annexe de Constantine du musée du Moudjahed s’étale sur toute l’année, et consiste notamment en l’accueil de conférences thématiques regroupant anciens combattants, historiens et universitaires, l’organisation de visites de sites et monuments historiques, ainsi que le recueil, à l’effet de les consigner et de les archiver, de témoignages d’acteurs de la Révolution issus de la région.
Issam B.

 

  • Publié dans :
DONNEZ VOTRE AVIS

Il n'y a actuellement aucune réaction à cette information. Soyez le premier à réagir !

S'inscrire
Presedant
Suivent
 

Donnez votre avis

Aidez nous à améliorer votre site en nous envoyant vos commentaires et suggestions