jeudi 21 septembre 2017 11:25:09

M. Chihab Bahloul, président de la fédération Algérienne des sports mécaniques, au forum d’El Moudjahid : « Le Challenge Sahari International marque le retour du Rallye Raid sur sa terre d’origine »

Le Rallye Raid est de retour sur sa terre natale. La Fédération algérienne des sports mécaniques organise, du 1er au 8 novembre prochain, le «Challenge Sahari International».

PUBLIE LE : 15-07-2015 | 0:00
Photos: Wafa

Le Rallye Raid est de retour sur sa terre natale. La Fédération algérienne des sports mécaniques organise, du 1er au 8 novembre prochain,  le «Challenge Sahari International».

Invité du forum El Moudjahid, le président de la FASM, M. Chihab Bahloul, accompagné de son staff, a révélé, hier, les grandes lignes de cette compétition internationale de grande envergure, ainsi que le parcours de cette course mécanique dont les dimensions dépassent le cadre sportif. «Le Rallye Raid est une compétition qui a vu le jour dans notre pays, dans les années 1970. C’est un label algérien que nos voisins exploitent depuis quelques années déjà. Il était de notre devoir de reprendre nos droits, en marquant le retour de cette discipline sportive chez nous. L’Algérie dispose largement des moyens techniques, matériels, logistiques et financiers et humains, pour l’organisation d’une telle compétition dans notre Grand Sud. Sous le haut patronage de son Excellence le Président de la République, M. Abdelaziz Bouteflika, la Fédération algérienne des sports mécaniques a œuvré à réinstaurer cette traditionnelle course. On doit absolument reprendre la flamme. Cette première édition se veut expérimentale. Un test qui nous permettra une meilleure maîtrise pour les années à venir. Dès la saison prochaine, cette compétition sera retenue dans le calendrier de la Fédération internationale. C’est un défi pour l’Algérie qui, pour rappel, a largement contribué au lancement du plus important rallye au monde, à savoir le Paris-Dakar», a déclaré le premier responsable de la FASM, soulignant les objectifs visés par l’organisation d’un tel événement. «En plus du défi sportif, c'est un véritable circuit touristique. Durant cette grande compétition, les participants de différentes nationalités, qui seront les ambassadeurs de leurs pays respectifs, pourront visiter et découvrir les caractéristiques de notre Sahara et ses différents paysages, pour le moins uniques et magnifiques. L’occasion aussi pour eux de constater le calme et la tranquillité par lesquels se distingue cette région importante de notre pays.» Pour ce qui est de l’aspect technique de cette compétition, M. Bahloul a indiqué: «Le Challenge Sahari International se disputera en six étapes. Le coup d’envoi sera donné le 2 novembre à Ryadh El-Feth. L’arrivée des délégations étrangères se fera la veille pour le control technique obligatoire et la parade dans les rues de la capitale. Trois formules Rallye sont retenues pour le déroulement de cette compétition, à savoir les catégories Raid, Chrono et Régularité. Les différents participants devront ainsi parcourir plus 1.210 km de pistes et de dunes et environ 560 km de routes bitumées. Ce rallye mixte enregistrera la participation de 60 motos, 20 autos 4x4 avec pilotes et copilotes, 10 engins SSV, 10 camions avec un équipage de trois chacun et 15 Quads. En plus des moyens engagés par l’armée, la gendarmerie et la police pour assurer le bon déroulement et la sécurité de cette compétition, on disposera aussi d’un avion médicalisé ainsi que des véhicules 4x4 équipés pour d’éventuelles évacuations d’urgences. Pour ce qui est de l’aspect écologiques, nous sommes tenus par le respect des normes imposées par la FIA et la FIM auxquels nous sommes affiliés.» Pour ce qui est du coût global de cette compétition, M. Bahloul a souligné: «Nous auront une idée plus ou moins fixe sur les frais de cette compétition une fois que nous auront arrêté la liste des participants. Cependant, je peux vous dire que le coût global est estimé entre 60 et 100 millions de dinars. Bien évidement, ces frais seront couverts grâce au soutien de nos partenaires, à l’image du ministère de la Jeunesse et des Sports et celui du Tourisme, ainsi que l’apport de nos différents sponsors, à l’image de Ooredoo, l’ENMTV et RedMed. L’engagement des pilotes étrangers est payant. Chaque participant devra s’acquitter d’une somme de 1.000 euros. Par ailleurs, la FASM a décidé de consacrer une enveloppe de 4 millions de dinars pour récompenser les vainqueurs dans les différentes spécialités.» En conclusion, le président de la FIA a souhaité la contribution des concessionnaires autos implantés en Algérie dans le développement des sports mécaniques. «Dans le monde entier se sont les différentes firmes et écuries qui participent au développement des sports mécanique et à l’organisation des différents événements sportifs dans la discipline, afin de promouvoir leurs marques et produits respectifs. Chez nous, ce n’est pas le cas. Les athlètes affiliés à la FASM concourent avec leurs propres équipements. Ce sport nécessite d’énormes moyens. Les différents concessionnaires implantés en Algérie doivent s’impliquer dans le développement de cette discipline. Ils ont d’ailleurs été sollicités par nos soins, dans ce sens.»    
Rédha Maouche

 

  • Publié dans :
DONNEZ VOTRE AVIS

Il n'y a actuellement aucune réaction à cette information. Soyez le premier à réagir !

S'inscrire
Presedant
Suivent
 

Donnez votre avis

Aidez nous à améliorer votre site en nous envoyant vos commentaires et suggestions