jeudi 27 avril 2017 00:24:10

Paris : Des étudiants américains hôtes du Centre culturel algérien

Une rencontre conviviale a réuni vendredi soir au Centre culturel algérien à Paris, le directeur du centre, le romancier Yasmina Khadra, et un groupe de 14 étudiants de l’université de San Diego (Californie)

PUBLIE LE : 08-01-2011 | 19:53
D.R

Une rencontre conviviale a réuni vendredi soir au Centre  culturel algérien à Paris, le directeur du centre, le romancier Yasmina Khadra,  et un groupe de 14 étudiants de l’université de San Diego (Californie) venus  en France dans le cadre d’un voyage d’étude à travers l’Europe portant sur la  relation entre le monde occidental et le monde musulman.   Ce rendez-vous intellectuel, sous forme de table ronde, a permis à  ces étudiants d’interpeller le romancier sur plusieurs points relatifs à l’actualité  nationale et en Europe, ainsi que sur son parcours littéraire et sur ses œuvres  qui sont intégrés dans le programme d’enseignement dans plusieurs universités  américaines.  Les questions relatives à l’immigration, l’intégration et l’identité  ont été longuement exposées par M. Yasmina Khadra qui a dénoncé l’attitude de  certains pays qui font de l’immigré le bouc émissaire indiqué pour détourner  les regards sur les véritables problèmes de société qui se posent en Europe. "Nombre d’entre eux ont affirmé avoir déjà lu les romans de ce grand  nom de la littérature francophone dont les romans sont traduits dans plusieurs  langues à travers le monde", a-t-il expliqué.  Cette rencontre avec le romancier est la troisième que cette université  organise depuis 2009 pour des groupes d’étudiants qui poursuivent leur post-graduation  en relations internationales, littératures francophone et hispanique dans le  cadre de ce voyage qui les conduira également en Espagne et en Turquie.  "Yasmina Khadra est surtout un grand nom de la littérature mondiale  qui a choisi d’écrire sur des thèmes fondamentaux pour tous ceux qui étudient  les sciences politiques, et pour ces étudiants, cette rencontre est un cours  concret  de sciences politiques", a indiqué  à l’APS M. Randy Willoughby, professeur  au département de sciences politiques et relations internationales de cette université et accompagnateur du groupe.  Il a affirmé également que "dans chaque département de littérature qui se respecte on ne peut pas parler de littérature contemporaine sans évoquer  le nom de Yasmina Khadra".  Il a cependant reconnu la totale ignorance des Américains de tout ce  qui concerne l’Algérie et regretté que leur relations avec ce pays se limitent  aux questions énergétiques.  Des étudiants, qui avouent n’avoir jamais visité l’Algérie, ont quant  à eux estimé que des rencontres avec des romanciers sont "intéressantes à plus  d’un titre" car, ont-ils dit, ils sont les témoins directs d’évènements. Un autre étudiant, qui lui aussi n’a jamais visité l’Algérie, a qualifié  de "lumineuse", sa rencontre avec le romancier dont il a lu bon nombre de  titres, soulignant qu’à travers les propos de l’écrivain, il a retrouvé ce qu’il  a lu et qu’il apprécie "énormément" cet auteur chez qui il constate "une concordance  entre ce qu’il écrit et ce qu’il dit", saluant la richesse de son expérience  "qu’il met à la disposition du lecteur".  C’est le troisième contingent d’étudiants de San Diego qui viennent  en France et rencontrent le romancier. D’autres sont venus de l’université  de New York, de Columbia, Miami, sans compter des enseignants chercheurs qui  viennent  d’autres universités pour essayer de découvrir l’Algérie à travers  ses écrivains.
 

DONNEZ VOTRE AVIS

Il n'y a actuellement aucune réaction à cette information. Soyez le premier à réagir !

S'inscrire
Presedant
Suivent
 

Donnez votre avis

Aidez nous à améliorer votre site en nous envoyant vos commentaires et suggestions