dimanche 05 avril 2020 01:22:40

Ouverture de l’année internationale de la lumière : Sur les pas d’Ibn El-Haytham

La directrice générale de l’UNESCO : « L’éducation et la science pour combattre l’obscurantisme »

PUBLIE LE : 12-04-2015 | 0:00
D.R

Dans la lancée de la célébration de l’Année de la lumière, initiée par l’Unescon, le palais de la Culture a abrité hier une série de locutions et une vaste exposition dédiées à cet événement planétaire.
Une imposante assistance composée de membres du gouvernement, en l’occurrence messieurs Mebarki, Bedoui, Lamamra, Grine, et mesdames Benghebrit et Labidi, ainsi que la directrice générale de l’Unesco, Mme Irina Bokova, la représentante de l’Union européenne et plusieurs responsables et membres de la communauté scientifique nationale ont assisté au discours inaugural du ministre de l’Enseignement supérieur, Mohamed Mebarki.
Le ministre a tenu à placer cette rencontre sous le signe du traité d’optique Kitab el-manadhir, d’Ibn El-Haytham. «C’est dans ce cadre que nous nous réunissons aujourd’hui pour partager avec vous, en cet endroit, en ce merveilleux palais où rayonne la culture de tous ses éclats, le lancement des célébrations en Algérie de cet événement international consacré à la lumière et à ses applications, et entonner ensemble l’hymne universel à la Lumière en hommage à la parution, il y a 1.000 ans, du Traité d’optique, d’Ibn El-Haytham», dit-il en substance. Le ministre rappelle que «c’est donc l’œuvre du savant arabe, Hassan Ibn El-Haytham, qui a été la raison et la symbolique qui ont fondé, à la fois, l’initiative prise par l’Unesco lors de la Conférence générale des Nations unies, qui, en adoptant corrélativement la résolution du 20 décembre 2013, a proclamé l’année 2015, Année internationale de la lumière et des technologies fondées sur la lumière». Il a tenu aussi à remercier Mme Bokova qui «a trouvé le temps de participer avec nous, malgré ses nombreuses et lourdes charges».
Concernant l’Algérie, M. Mebarki a précisé que «le Président de la République, fervent défenseur de l’éducation, de la science, de la culture et des arts, a spontanément dédié son patronage et ses auspices à cet événement majeur, comme à chaque occasion célébrant les anniversaires des importantes découvertes pour l’Humanité», tenant à préciser qu’«à cet égard, l’heureuse coïncidence, en Algérie, de la célébration cette année, dans la ville de Constantine, de l’année de la Culture arabe, et de l’hommage au millénaire de la parution du Traité d’optique, du savant Ibn El-Haytham». Le ministre de l’Enseignement supérieur a aussi mis l’accent sur la nécéssité de « compléter le dispositif académique par l’instauration d’une culture scientifique visant à promouvoir la science et la connaissance dans la société, et à établir des traditions pour la diffusion du savoir dans un langage qui soit le plus approprié et le plus accessible possible».
Après avoir énuméré le chapelet d’activités à venir liés à cet événement de taille, M. Mebarki céda la parole à Mme Bokova qui remercia l’Algérie pour sa précieuse participation à cette Année de la lumière, et qui insista sur la nécéssité que la science prenne le dessus sur l’obscurantisme. La délégation s’est ensuite attardée dans les différents stands où étaient exposés maintes réalisations liées à la science de la lumière. L’événement se poursuivra aujourd’hui par une série de conférences dispensées par des éminences nationales, maghrébiness et internationales.
Kamel M.

La directrice générale de l’UNESCO :
« L’éducation et la science pour combattre l’obscurantisme »
S’exprimant à l’ouverture officielle des célébrations de l’«Année internationale de la lumière» (Ail 2015) en Algérie, la directrice de l’Unesco a appelé à combattre l’obscurantisme et l’extrémisme, «qui prennent l’islam et son image dans le monde en otage, brûlant les livres et détruisant le patrimoine  culturel de l’humanité en Irak».

Lancement prochain de trois palais des Sciences
Trois palais des Sciences seront prochainement réalisés, respectivement à Alger, à Constantine et à Oran, a annoncé le ministre de l’Enseignement supérieur et de la Recherche scientifique, Mohamed Mebarki. Le ministre a précisé que le projet s’inscrit dans le cadre d’un partenariat avec Universcience (France).
«La réalisation de ces palais vise à élever le niveau scientifique et culturel du citoyen, et à contribuer à le rendre plus réceptif aux avancées des sciences et des technologies», a-t-il expliqué. En outre, le ministre a fait savoir que son département a initié l’installation de structures de vulgarisation scientifique dans certaines universités, souhaitant que cette initiative soit généralisée à toutes les universités du pays.

  • Publié dans :
DONNEZ VOTRE AVIS

Il n'y a actuellement aucune réaction à cette information. Soyez le premier à réagir !

S'inscrire
 

Donnez votre avis

Aidez nous à améliorer votre site en nous envoyant vos commentaires et suggestions