dimanche 05 juillet 2020 17:28:17

Clôture du séminaire préparatoire à la conférence d’examen 2015 du TNP : Optimisme quant à la réussite du rendez-vous de New York

Après deux jours de discussions intenses et d’un échange fécond, le séminaire préparatoire à la 9e conférence d’examen du Traité de non-prolifération des armes nucléaires (TNP), qui doit se tenir du 27 avril au 22 mai 2015 à New York, s’est achevé jeudi dernier à Alger.

PUBLIE LE : 11-04-2015 | 0:00
D.R

Après deux jours de discussions intenses et d’un échange fécond, le séminaire préparatoire à la 9e conférence d’examen du Traité
de non-prolifération des armes nucléaires (TNP), qui doit se tenir du 27 avril au 22 mai 2015 à New York, s’est achevé jeudi dernier à Alger.

«Un esprit» très constructif a régné durant les travaux a indiqué l’ambassadeur conseiller, Mme Taos Ferroukhi dans son intervention  faite à l’issue des travaux, tout en souhaitant que «l’esprit d’Alger puisse prévaloir à New York».   La présidente désignée de la conférence d’examen de 2015, a déclaré avoir perçu lors de ce séminaire, qui est une contribution de l’Algérie aux efforts internationaux en matière de désarmement et de non prolifération des armes nucléaires, «une bonne volonté de l’ensemble des participants».
Une volonté dira-elle qu’elle «testera» lors de la conférence d’examen, qui se tiendra à la fin du mois d’avril courant. Mais pour l’heure, l’optimisme est permis. «On est très satisfait des résultats obtenus, nous avons eu  beaucoup d’encouragement et beaucoup d’appui et de soutien à la présidence d’Algérie» a-t-elle indiqué en marge de la séance de clôture. Mme Taos Ferroukhi  estimera, également, que l’objectif assigné à la conférence d’examen 2015 du TNP «est réalisable» pour peu que «tous travaillent dans le même sens». Il s’agira de sortir avec une décision consensuelle entre les pays nucléaires et non nucléaires qui permet de respecter l’intégrité du TNP et en trouvant un équilibre entre ses trois piliers. D’autant à indiqué la présidente désignée de la conférence 2015 qu’il y a «des attentes positives, de grands défis et des enjeux communs»  sur lesquels la communauté internationale est attendue. Pour sa part, ll indiquera poursuivre les consultations et œuvrer en toute transparence afin d’établir la confiance entre les pays nucléaires et non nucléaires. Pour autant, la mission  n’est pas gagnée d’avance en raison du caractère « sensible» des questions abordées. Elles touchent aux arsenaux nucléaires, à la sécurité régionale et internationale et à la paix dans le monde. Des questions sur lesquelles, fera remarquer Mme Ferroukhi existent des «perceptions et des nuances dans les positions et des divergences dans les points de vue». C’est pourquoi les participants au séminaire d’Alger ont fait en sorte qu’il ait «une meilleure compréhension» des points de vue des un et des autres pour «atténuer aux maximum ces divergences». Car si le séminaire, tiendra à rappeler Mme Ferroukhi «n’a pas vocation à produire des recommandations en tant que telles à la conférence,  il a eu toutefois «l’avantage de rapprocher les points de vue, de donner  un certain dynamisme et contribuer à créer une excellente atmosphère au niveau de la conférence d’examen de 2015». Un avis partagé par les participants à cette rencontre, à laquelle ont pris part, 19 pays et plusieurs organisations régionales et internationales. Ils ont estimé que ce rapprochement des points de vue ne manquera pas de se faire ressentir à New York. Mme Ferroukhi dira que son but  en tant que présidente de la conférence de 2015 «est d’obtenir un consensus qui fera avancer le désarmement et le régime de non prolifération des armes nucléaires». Tout en souhaitant la création d’une zone exempte d’armes de destruction massive au Moyen-Orient, Mme Ferroukhi a indiqué «être préparée à être flexible», mais a-elle tenu à préciser «la responsabilité est partagée et collective».   Sur le déroulement de la conférence de New York, elle dira que lors de la dernière semaine des travaux, le comité de rédaction aura à finaliser le travail. De son côté, le représentant de l’Union Européenne, l’ambassadeur Jacek Bylica  qui s’est félicité du « sens de responsabilité» qui a animé les participants au séminaire d’Alger, a déclaré qu’un résumé des principales idées qui ont émergé durant ce séminaire sera fait et soumis à la conférence de 2015». Il dira que l’UE encourage les Etats parties du Traité «à contribuer à sa réussite». Quant au représentant du consortium de non prolifération des armes nucléaires, qui réunit 60 Think-tank, il a souligné «l’engagement positif de tous les participants et a affirmé qu’ils ont «montré comment les ONG pourraient jouer un rôle constructif» dans la mise en œuvre du Traité». Ainsi, il fera part de son assurance quant à la réussite de la conférence de New York pour peu que l’esprit d’Alger soit reproduit lors de la 9e conférence d’examen.   
Nadia Kerraz

  • Publié dans :
DONNEZ VOTRE AVIS

Il n'y a actuellement aucune réaction à cette information. Soyez le premier à réagir !

S'inscrire
 

Donnez votre avis

Aidez nous à améliorer votre site en nous envoyant vos commentaires et suggestions