mardi 25 avril 2017 19:21:02

Nouvelles du sud, de Khelifa Benamara : Histoires poignantes et disparates du Sud algérien

Mille et une nouvelles ne pourraient jamais décrire la beauté et la magie du sahara algérien.

PUBLIE LE : 19-03-2015 | 0:00
D.R

Mille et une nouvelles ne pourraient jamais décrire la beauté et la magie du sahara algérien. Et, pourtant, l’auteur algérien Khelifa Benamara vient de publier un recueil de nouvelles intitulées Nouvelles du Sud, et dans lequel des histoires sont narrées en toute honnêteté, des aspirations, des folies et des tranches de vie inspirées du Sud natal de l’auteur.

L’opuscule de 174 pages s’ouvre avec une photographie d’un mont de dune doré démontrant toute la féerie du Ténéré algérien. Un désert plein de sagesse et d’histoire, mais surtout de personnages ayant beaucoup de choses à transmettre.
L’auteur a conçu son ouvrage en deux parties : la première, dont certains événements sont inspirés de faits réels, comporte huit nouvelles, à commencer par l’ancien officier et héros de la Révolution algérienne qui se voit rattraper par son passé sombre, l’artiste virtuose qui sait manier la flute mieux que ses semblables et dont la paresse et la jalousie de son ami le clouent au pilori.
La troisième nouvelle, intitulée la Double déchéance de Zineb, est un texte poignant qui met l’accent sur la tradition tribale algérienne et l’incident qui a fait perdre Zineb sa virginité et sa stérilité suite à une opération pour éviter le scandale. Elle se voit contrainte de rejoindre une maison de plaisir à Oran avant de s’engager avec le Front de libération nationale en tant qu’informatrice auprès des officiers français.
La quatrième histoire est celle d’Abdelatif et de son expérience de prouver l’existence de Dieu, un texte fortement philosophique et qui a comme une unité de lieu la ville d’Aïn Sefra, largement citée dans l’œuvre de l’auteur.
Khaled et sa phobie de l’uniforme, le grincheux ennemi du bruit, le singulier destin de la pauvre nomade Daouïa et la probité du nouveau fonctionnaire sont des nouvelles tirées d’un vécu réel, passé quelque part au sahara algérien et dont l’auteur s’est inspiré pour remodeler des histoires fascinantes.
La deuxième partie du livre traite des thèmes diverses inspirés des ouvrages antérieurs de l’auteur, retravaillés et réarrangés, avec de nouvelles structures.
«Le nombril du monde» constitue la première histoire que l’auteur a tirée de son roman «extraits de journal d’un insurgé» et qui relate la vie et les pratiques des habitants vaniteux et avares d’un certain village, l’épuisement de la manne nationale et le mode opératoire d’une guérisseuse chevronnée sont également trois nouvelles poignantes inspiré de son roman, la Parole étranglée, en 1990 aux éditions ENAL. Khelifa Benamara a terminé son ouvrage par une nouvelle intitulée la Fête de Sidi Bounya, qui est une description fidele de la fête d’un saint.
Auteur prolifique, Khelifa Benamara compte à son bibliographie une dizaine d’ouvrages, dont le sahara et sa beauté constituent une inépuisable source d’inspiration, et une unité de lieu quasi présente dans son ouvrage.
Kader Bentounès

  • Publié dans :
DONNEZ VOTRE AVIS

Il n'y a actuellement aucune réaction à cette information. Soyez le premier à réagir !

S'inscrire
Presedant
Suivent
 

Donnez votre avis

Aidez nous à améliorer votre site en nous envoyant vos commentaires et suggestions