mercredi 13 dcembre 2017 06:37:24

Association nationale des échanges entre jeunes : Le projet « Bab El Amel » à la rescousse des entrepreneurs de demain

Des jeunes ayant réussi à monter leurs propres entreprises, ont été à l’honneur hier à l’occasion d’une rencontre organisée à Alger par l’Association nationale des échanges entre jeunes (ANEJ).

PUBLIE LE : 17-02-2015 | 0:00
Ph. : T. Rouabah

Des jeunes ayant réussi à monter leurs propres entreprises, ont été à l’honneur hier à l’occasion d’une rencontre organisée à Alger par l’Association nationale des échanges entre jeunes (ANEJ).

Issus de quatre wilayas pilotes (Bejaia, Tizi-Ouzou, Adrar et Annaba), ces nouveaux entrepreneurs gèrent aujourd’hui des micro-entreprises après avoir bénéficié de l’accompagnement de l’ANEJ et de son appui, du premier jour jusqu’à la finalisation du projet. De quoi donner des idées à ceux qui hésitent encore à franchir le premier pas ou qui ne croient tout simplement pas à ces dispositifs. «Notre association est porteuse d’un projet ambitieux au profit des jeunes en quête d’un soutien et d’orientation pour la création de leurs propres activités génératrices de revenus», a indiqué son président qui précise que le projet en question, intitulé «Bab El Amel» (la porte de l’espoir), reflète un dispositif associatif d’accueil, d’appui et d’accompagnement, non financier, qui assure l’accompagnement dans le processus de l’aide à la création de l’entreprise, à titre gracieux, des jeunes hommes et femmes, porteurs d’idée de projet, et qui souhaitent les concrétiser. Ali Sahel, explique que les missions principales tracées pour ce projet visent à contribuer efficacement aux côtés des autres organismes (ANSEJ, CNAC) chargées de l’insertion des jeunes à assurer la validation des idées de projets ou l’orientation des jeunes concernés, puis l’appui et l’accompagnement des porteurs de projets en vue de la création de leurs micro-entreprises. Concrètement, et en tant que partie responsable sur l’atteinte des objectifs de ce projet, l’ANEJ joue le rôle de trait d’union et est considérée comme une passerelle entre les jeunes et les responsables. Elle veille à assurer une meilleure communication sur l’offre d’accompagnement auprès des jeunes porteurs d’idées de projets puis auprès des responsables des organismes d’aide et de soutien aux jeunes et des banques aussi..
Depuis son lancement en juin 2012, le projet «Bab El Amel» qui s’étale sur trois ans, a assuré à sa deuxième année l’appui et l’accompagnement individuel et personnalisé pour plus de 310 porteurs de projets dont 121 femmes alors que 143 dossiers de projets ont été déposés au niveau de l’ANEJ. «Parmi les 36 dossiers arrivés à terme et déposés auprès des différents dispositifs d’aide tels l’ANGEM, l’ANSEJ et la CNAC, 30 d’entre eux ont reçu l’accord de financement», a révélé le président de l’association qui souligne qu’un suivi post-création est garanti au profit des bénéficiaires, recevant de ce fait, l’appui nécessaire au renforcement de leur capacité de gestion de leurs micro-entreprises. «L’ANEJ n’a pas cessé d’encourager par le biais de ses accompagnateurs les jeunes porteurs de projets à s’approprier des démarches et des évaluations de leurs projets dans le but d’enrichir leurs pratiques en construisant leur personnalité de chefs d’entreprises», a-t-il ajouté.
Grâce à cette démarche et surtout aux résultats «positifs» réalisés au bout de deux années, l’ANEJ est désormais perçue comme un partenaire «incontournable» dans le processus d’accompagnement des jeunes pour la création de la micro-entreprise.
    S. A. M.
 

  • Publié dans :
DONNEZ VOTRE AVIS

Il n'y a actuellement aucune réaction à cette information. Soyez le premier à réagir !

S'inscrire
Presedant
Suivent
 

Donnez votre avis

Aidez nous à améliorer votre site en nous envoyant vos commentaires et suggestions