dimanche 18 aot 2019 00:03:58

Militant de la lutte anti-colonialiste : Le cinéaste René Vautier n’est plus

Le père du cinéma algérien

PUBLIE LE : 04-01-2015 | 23:00
D.R

Le célèbre cinéaste anti colonialiste français René  Vautier est décédé dimanche dans un hôpital de Saint-Malo (Bretagne-France),  à l’âge de 87 ans, a-t-on appris auprès du réalisateur Ahmed Rachedi. Né le 15 janvier 1928 à Camaret-sur-Mer (Finistère), René Vautier a  utilisé sa caméra pour témoigner des luttes de son époque. Homme de terrain et militant de première heure en faveur des causes  justes, René Vautier avait soutenu la lutte armée pour l’indépendance de l’Algérie,  en lui consacrant plusieurs de ses films.

Le père du cinéma algérien
Considéré à juste titre comme le père du cinéma algérien, René Vautier ancien résistant contre le nazisme, très tôt engagé dans le combat anticolonialiste, était un cinéaste de combat. Il se signale dès l'année 1954, en réalisant un documentaire intitulé "Une nation, l'Algérie", titre qui était déjà un défi à l'ordre établi, et un pied de nez à l'histoire coloniale officielle.
 Il avait enfoncé le clou dans le commentaire en affirmant que l'Algérie allait être indépendante. Le film est interdit et René Vautier est condamné pour atteinte à la sûreté de l'Etat. De la fin de l'année 1956 au début de l'année 1958, il partage la vie des maquisards algériens, notamment dans la région des Aurès, où il sera d'ailleurs blessé. C'est durant cette période qu'il réalise son film-culte " Algérie en flammes", qui montre la réalité de la guerre coloniale, et qui sera considéré comme le premier film algérien. A l'indépendance en 1962, il se lance dans la formation des jeunes cinéastes, en créant un centre audiovisuel, pierre angulaire du cinéma national. Il met aussi en chantier le projet des cinémas populaires, destiné à faire connaître le cinéma, et les œuvres universelles aux populations de l'intérieur du pays. Revenu en France, au début des années 70, René Vautier se signale par une grève de la faim pour obtenir que le film de René Panijel "Octobre à Paris", qui dénoncé la répression des manifestations du 17 octobre 1961, soit enfin vu par le public. Invité en 2013 pour assister au colloque sur les photographes de guerre, organisé par le Musée des arts modernes à Alger, il n'avait pu se déplacer en raison de son état de santé.
 Il restera pour plusieurs générations d'Algériens qui ont vu ou qui verront ses films, le cinéaste incontesté de la guerre de libération.    S.A
 

  • Publié dans :
DONNEZ VOTRE AVIS

Il n'y a actuellement aucune réaction à cette information. Soyez le premier à réagir !

S'inscrire
Presedant
Suivent
 

Donnez votre avis

Aidez nous à améliorer votre site en nous envoyant vos commentaires et suggestions