samedi 07 dcembre 2019 06:19:14

Lutte contre la violence faite aux femmes ! Novembre, mois de communication et de sensibilisation

16 jours d’activité pour lutter contre la violence faite aux femmes.

PUBLIE LE : 18-11-2014 | 0:00
D.R

Conscients de l’importance de la communication et de la sensibilisation dans le processus de lutte contre les différentes formes de violences, notamment celles faite aux femmes, les pouvoirs publics ont décidé de dédier, tout le mois de novembre à ce phénomène social qui représente un véritable problème de santé publique.
Contacté par nos soins, Mme Soumeya Chaïb, membre de la commission nationale chargée de la mise en œuvre de la stratégie nationale de lutte contre la violence à l’égard des femmes au niveau du ministère de la Communication, a justifié le choix du mois de novembre en référence à la célébration de la journée internationale pour l’Élimination  de la violence à l’égard des femmes, qui  coïncide avec le 25 du même mois.
Dans ce contexte, Mme Chaïb a rappelé que l’Algérie a adhéré aux diverses conventions et accords internationaux portant sur les droits de l’homme, en particulier, celles qui concernent les droits des femmes, précisant que les violences qui leur sont faites constituent l’une des priorités majeures du gouvernement.
A ce sujet, elle a indiqué que la ligne directrice de la politique nationale ainsi que les divers programmes élaborés prennent en considération les aspects liés à l’autonomisation des femmes et à l’égalité entre les citoyens.
En effet, une importance particulière a été accordée à la femme et ce, selon les orientations du Président de la République, afin de favoriser son autonomie et son épanouissement.
Pour ce faire, une stratégie nationale de lutte contre la violence à l’égard des femmes a été adoptée par le gouvernement en 2007 et dont la mise en œuvre repose sur l’application de plan d’action multisectoriel nécessitant la contribution de plusieurs acteurs concernés par ce dossier.
Selon Mme Chaïb, le suivi de la mise en œuvre de la stratégie nationale de lutte contre la violence à l’encontre des femmes est assuré par une commission nationale installée le 25 novembre 2013, et regroupant les représentants des différents secteurs ministériels dont le représentant du ministère de la Communication, des associations et des experts.
Notre interlocutrice a mis l’accent sur l’importance du volet communication en tant que vecteur principal de la stratégie en vue d’endiguer ce fléau qui ne cesse de prendre de l’ampleur au sein de la société.
A cet effet, le ministère de la Communication s’est lancé dans un processus de campagne de sensibilisation afin de lutter contre toutes formes de violences.
Dans ce contexte, dira Mme Chaïb, un plan de communication assez pointu a été arrêté, visant à assurer la visibilité ainsi que l’accompagnement effectif de la mise en œuvre de la stratégie nationale, à travers la mise en place d’un riche programme d’activités.
Il s’agit de sensibiliser le grand public sur les conséquences dévastatrices des violences faites aux femmes à travers l’organisation d’émissions audiovisuelles ainsi que des reportages et articles de presse.
Il y a lieu de rappeler que dans ce même cadre, les associations Aids Algérie, El Hayet, Femmes en Communication, Santé Sidi El houari et Jeunesse Plus avec l’appui de l’ONUSIDA, l’UNFPA et le ministère de la Santé organisent la campagne « 16 jours d’activisme pour lutter contre la violence à l’égard des femmes » qui a débuté le 14 du mois courant et se poursuivra jusqu’au 30 novembre dans les wilayas d’Alger, Oran, Saïda et Tamanrasset. Cette campagne a pour objectif de sensibiliser les femmes sur les questions de vulnérabilité au VIH/sida dans les situations de violence qu’elle soit verbale, physique, émotionnelle, sexuelle ou économique afin qu’elles puissent prendre connaissance de leurs droits et de la protection que les différents textes de lois et mécanismes mis à leur disposition en Algérie leurs garantissent.
A travers cette action, les associations organiseront des journées de sensibilisation dans les rues, les marchés, les lieux de rassemblement des femmes en particulier les salles d’attente, les quartiers vulnérables, les centres de formation professionnelles, les universités.
L’initiative sera aussi accompagnée d’actions novatrices comme les concours photos sur la violence, le ciné-club, les groupes de discussion avec les femmes victimes de violence y compris celles vivant avec le VIH/Sida et aussi le renseignement d’un questionnaire sur la violence du partenaire intime, la collecte de témoignages des femmes victimes de violence et le lancement de plusieurs discussions et messages sur ce thème sur les réseaux sociaux.
Kamélia H.

---------------------------------

Pourquoi une Journée Internationale
Les trois sœurs « Mirabal », militantes politiques dominicaines ont été affreusement assassinées le 25 novembre 1960.  A cette occasion l’assemblée générale de l’Organisation des Nations unies a adopté la Déclaration sur l’élimination de la violence à l’égard des femmes le 20 décembre 1993 (Résolution n°48/104) et a défini la notion de violence faite aux femmes comme étant « tout acte de violence fondé sur le sexe qui entraîne de possibles ou réels dommages physiques, sexuels ou psychologiques, y compris les menaces, la coercition ou l’interdiction arbitraire de liberté, que ce soit dans un lieu privé ou sur la voie publique. Les gouvernements, les organisations internationales et les ONG ont été invités à organiser des activités pour sensibiliser le public afin de lutter contre toutes formes de violence.    
K. H.
 

  • Publié dans :
DONNEZ VOTRE AVIS

Il n'y a actuellement aucune réaction à cette information. Soyez le premier à réagir !

S'inscrire
Presedant
Suivent
 

Donnez votre avis

Aidez nous à améliorer votre site en nous envoyant vos commentaires et suggestions