mardi 24 octobre 2017 10:29:40

Japon : un singe paralysé remarche grâce aux cellules souches pluripotentes

Une équipe de chercheurs japonais a affirmé mercredi avoir redonné l'usage de ses membres à un petit singe paralysé à la suite d'une lésion, grâce à l'injection de cellules souches pluripotentes induites (iPS).

PUBLIE LE : 14-12-2010 | 19:37
D.R

 Une équipe de chercheurs japonais a affirmé   mercredi avoir redonné l'usage de ses membres à un petit singe paralysé à la   suite d'une lésion, grâce à l'injection de cellules souches pluripotentes   induites (iPS).  "C'est la première fois qu'un animal de cette espèce recouvre ses fonctions motrices de cette façon", a expliqué  le professeur Hideyuki Okano de   l'université Keio.  
Son équipe, qui était déjà parvenue à ce résultat avec une souris, a   procédé à une injection de cellules souches pluripotentes induites dans la   colonne vertébrale blessée de l'animal.  Les cellules souches ont été administrées neuf jours après la lésion qui a   endommagé la colonne vertébrale. Le primate a recommencé à bouger ses membres   environ deux à trois semaines plus tard, selon le professeur Okano.  
"Au bout de six semaines, il a retrouvé une faculté de sauter proche de la normale", a précisé le scientifique. "La force de préhension de ses membres   antérieurs est aussi
revenue à 80%", a-t-il ajouté.    Les cellules utilisées ont été créées par l'implantation de quatre types de   gènes dans des cellules de peau humaine pour les reprogrammer.   Les cellules souches pluripotentes induites ainsi créées sont presque   revenues au stade embryonnaire (non différencié).    "Nous menons des expériences avec la volonté d'utiliser des cellules plus   sûres et de meilleure qualité, afin que des essais cliniques sur les humains   soient un jour possible", a par ailleurs souligné M. Okano lors d'une   conférence sur la biologie moléculaire à Kobe (ouest).   Le Japon est très impliqué dans ce type de recherches qui constituent un   enjeu majeur depuis qu'une équipe conduite par le professeur Shinya Yamanaka,   de l'université de Kyoto (ouest), était la première parvenue à reprogrammer des   cellules de la peau en iPS.
   Cependant, les résultats des travaux sont encore notablement insuffisants   pour permettre un usage médical. Il faut vérifier les risques, développer les   techniques et élaborer à terme des dispositifs thérapeutiques.  
  La méthode actuelle de création des cellules iPS, qui fait appel à des   rétrovirus pour transporter les gènes reprogrammateurs, est ainsi susceptible   de réveiller des gènes iniateurs de cancers.      
 

DONNEZ VOTRE AVIS

Il n'y a actuellement aucune réaction à cette information. Soyez le premier à réagir !

S'inscrire
Presedant
Suivent
 

Donnez votre avis

Aidez nous à améliorer votre site en nous envoyant vos commentaires et suggestions