dimanche 18 novembre 2018 03:40:20

7e festival international de la bande dessinée d’Alger : Un événement devenu une tradition

Le 7e festival international de la bande dessinée d’Alger (FIBDA), le plus important évènement annuel consacré au 9e art, a été inauguré officiellement en fin d’après-midi d’hier, par la ministre de la Culture, Mme Nadia Labidi.

PUBLIE LE : 24-09-2014 | 0:00
D.R

Le 7e festival international de la bande dessinée d’Alger (FIBDA), le plus important évènement annuel consacré au 9e art, a été inauguré officiellement en fin d’après-midi d’hier, par la ministre de la Culture, Mme Nadia Labidi.

La cérémonie d’ouverture a eu lieu à l’esplanade de Riadh El Feth — espace qui accueille toutes les activités du Fibda depuis sa première édition en 2008 — dans une ambiance festive rehaussée par un lâcher de ballons colorés sous les rythmes d’une musique traditionnelle exécutée par une troupe de kerkabou, « Ouled Hadja Maghnia ». La particularité de cette édition, hormis le programme riche et varié tracé, c’est le nombre impressionnant du public qui a formé une file interminable pour suivre même de loin l’ouverture de cet événement culturel. Cette rencontre a été ponctuée par la présence sur place d’artistes bédéistes venus de tous les continents ainsi que d’une délégation d’ambassadeurs des pays représentés en Algérie et le président de festival d’Angoulême. Mme Nadia Labidi a procédé à la visite des différents stands, en premier lieu celui du Brésil, l’invité d’honneur de cette édition, pour ensuite se diriger vers  le reste des stands. Une visite au cours de laquelle Mme Labidi s’est informée de toutes les nouveautés des pays hôtes qui ont ramené avec eux plus d’une centaine de planches, en compagnie de la commissaire du festival.
En cette occasion, et lors d’une déclaration à la presse, la ministre a salué le « sens de la continuité et de la persévérance » de la commissaire du festival pour avoir assuré la continuité annuelle de cet événement devenu une habitude et une tradition. «  On encourage ce genre de festivité destiné beaucoup plus aux jeunes, et on essayera à l’avenir de compléter et de réparer ses carences, notamment travaillé pour sa généralisation à l’échelle nationale », précise la ministre en ajoutant l’engouement du public témoigne de l’avenir et de la place de la bande dessinée en Algérie.
Elle a entre autres, souligné, que « la bande dessinée est un excellent moyen pour encourager les jeunes à la lecture d’autant que cela est aussi le souhait du Président de la République qui encourage la réalisation de la fiche de lecture chez les jeunes, donc je trouve que c’est un bon moyen pour les pousser à rentrer dans le monde de la lecture.»
Des créateurs venus de 32 pays participeront au 7e Festival international de la bande dessinée d’Alger (Fibda) qui se tiendra du 23 au 27 septembre, sous l’intitulé « Le Mondial des Bulles d’Alger » avec le Brésil pour invité d’honneur.
Pour ce qui est du choix du slogan « le mondial des bulles d’Alger », Mme Dalila Nadjem, commissaire du festival, a précisé qu’ « après le Mondial du Brésil qui a fait braquer les médias du monde entier sur le Brésil, on voulait faire découvrir notre beau pays aux étrangers, notamment, sa bande dessinée »,  précise-t-elle.
 Plusieurs activités ont été inscrites au programme du 7e Fibda, focalisant sur le tournoi éliminatoire qui mettra en compétition plus de 130 créateurs venus de 32 pays, qui affronteront quelque 80 jeunes artistes représentant la nouvelle génération d’auteurs algériens. Le 7e Fibda qui a élu domicile à l’Esplanade Riadh El Feth, également lieu de son siège, invite à la découverte du Brésil par sa bande dessinée avec la série « Monica », créée par la légende vivante des « Quadrinho » Mauricio De Souza. Par ailleurs, pas moins de douze expositions sont organisées, celle de « L’Emir Abdelkader » de Djilali Defali, auteur à l’honneur du 7e Fibda, et Azouz Begag constitue une des attractions majeurs de l’évènement. Trois grands auteurs seront honorés par le 7e Fibda, distinguant Djilali Defali du prix d’honneur et Hiahemzizou Noureddine ainsi que Benattou Mesmoudi du prix du patrimoine « Sid Ali Melouah », avec la présentation d’une rétrospective de tous leurs travaux. Des tables rondes, des rencontres-débats dont une sur le métier d’agent artistique, plusieurs ateliers pour enfants, des concerts et des projections de films sont au programme du 7e Fibda, avec également des activités ponctuelles, prévues dans les quartiers populaires et deux écoles du centre-ville.
Kafia Ait Allouache



 

  • Publié dans :
DONNEZ VOTRE AVIS

Il n'y a actuellement aucune réaction à cette information. Soyez le premier à réagir !

S'inscrire
Presedant
Suivent
 

Donnez votre avis

Aidez nous à améliorer votre site en nous envoyant vos commentaires et suggestions