lundi 23 octobre 2017 14:26:20

Algérie-France, Point de presse de Laurent Fabius : « Assurer un suivi partagé de la relation économique avec l'Algérie »

Médiation dans les conflits, M. Lamamra : « La transparence, une règle pour l'Algérie »

PUBLIE LE : 10-06-2014 | 0:00
Ph. : Wafa

Le Premier ministre, Abdelmalek Sellal, se rendra à Paris, en décembre prochain ou en janvier 2015.*

«C’est une visite chaleureuse et positive». C’est en ces termes que le ministre français des Affaires étrangères et du Développement international a qualifié son séjour de deux jours à Alger. M. Fabius qui a animé hier, au salon de l’aéroport international d’Alger un point de presse en présence de son homologue algérien M. Ramtane Lamara, a aussi exprimé la volonté de son pays «d’être et de rester le premier partenaire économique de l’Algérie.  Pour le ministre français cette visite aura permis au deux pays d’œuvrer ensemble pour  consolider le partenariat d’exception qui les lie. «Nos relations, dira l’orateur sont à l’image de ce ciel sans nuages» a-t-il affirmé. Pour le locataire du quai d’Orsay, cette visite aura été «positive» car elle a permis aux deux parties de «faire le point sur les relations politiques et un tour du monde et de la région». de même qu’il affirmera que les deux parties ont eu à axer leurs discussions sur «l’analyse des grandes questions» et «d’appréhender» les questions liées à l’actualité régionale, soulignant dans ce sens «le rôle de faiseur de la paix de l’Algérie» à l’occasion de la rencontre à Alger des groupes maliens. Sur la question malienne, le ministre français indiquera que «les choses avancent», espérant «qu’une plate-forme sera trouvée» entre les parties pour relancer «le dialogue inter-malien et trouver une solution à la situation du nord Mali. Le dossier libyen a été abordé également lors de cette visite. M. Fabius relèvera à ce sujet «la grande convergence d’analyses» entre Alger et Paris. Mais l’essentiel de la visite aura été consacrée aux relations bilatérales entre les deux pays. Ainsi, au plan économique, «but de ce voyage» les deux parties ont évalué ce qui est de l’ordre de l’acquis est qui déjà «considérable» de l’avis de M. Fabius. Il citera ainsi le partenariat dans le secteur de l’automobile, celui des transports ou encore la pharmacie et l’agroalimentaire. Dans ces domaines estimera le diplomate français «les choses ont beaucoup  avancé depuis deux ans» date à laquelle le partenariat d’exception a été décidé. Mais les deux pays veulent aller de l’avant. C’est pourquoi lors de cette visite dira t il, «nous avons fait le point sur ce qui était possible de faire de nouveau» et ce d’autant, a t-il rappelé que «l’Algérie a décidé de mettre en œuvre un plan d’action quinquennal pour le années qui viennent». Pour le ministre français, il existe des «potentialités énormes», notamment dans les domaines du tourisme, où la France peut apporter son savoir-faire, l’agroalimentaire et l’énergie, secteur qui peut être selon lui «un grand champ de coopération». Un autre secteur, celui de l’aéronautique, est également susceptible selon lui de constituer un domaine de coopération. Pour ce faire, le ministre français des Affaires étrangères et du Développement international annoncera que les deux parties ont pris une série de décisions dont celle «d’accélérer les rendez-vous dans les prochains mois». A titre d’exemple, la rencontre entre les deux Premiers ministres qui doit avoir lieu tous les deux ans a été anticipée  d’une année. Ainsi, M. Sellal est attendu à Paris, fin décembre prochain ou début janvier. Pour sa part, M. Fabius a annoncé qu’il reviendrait probablement à Alger au mois de novembre. La deuxième décision prise concerne la tenue d’une réunion à Alger en novembre prochain durant laquelle seront débattus entre autres, les dossiers de l’économie, du tourisme, de l’industrie. «Cette réunion indiquera le ministre français permettra de «préparer utilement la réunion des deux Premiers ministres». De même qu’il a été décidé que les Secrétaires généraux des ministères algérien et français des Affaires étrangères auront «un dialogue stratégique» pour discuter de l’ensemble de la coopération. Mais il relèvera que «les entreprises françaises ne considèrent pas l’Algérie comme un marché mais aspirent à l’établissement d’un partenariat égal à égal. De même que la France veut se positionner sur le marché algérien dans la construction, haut de gamme.  Dans le domaine de l’énergie l’Algérie est invitée à participer à une grande conférence qui se tiendra à Paris sur le gaz à effet de serre, les échanges humains et culturels auront également été évoqués lors de cette visite  qui ouvre des «perspectives extrêmement prometteuses selon lui dans de nombreux domaines». Prenant la parole suite aux propos tenus par son homologue français, M. Lamamra interviendra pour déclarer que «la synthèse qui a été faite reflète les sentiments des deux côtés». Il estimera que cette visite qui s’est achevée hier a été «fructueuse et prometteuse». Il ajoutera que des réalisations ont été enregistrées et que des ambitions sont affichées pour le futur car «les champs du partenariat sont fort nombreux», affirmant qu’il existe «une volonté d’élargir ce champ et que les deux gouvernements ont beaucoup à faire ensemble», mais pas seulement,  puisque selon lui « la communauté d’affaires et toute personne de bonne volonté qui place la réalisation du partenariat entre les deux pays comme priorité» sont conviées à y contribuer.    
Nadia Kerraz

Médiation dans les conflits
M. Lamamra : « La transparence, une règle pour l'Algérie »
Le ministre des Affaires étrangères, Ramtane Lamamra, a affirmé dimanche dernier à Alger, que la transparence est une "règle" prônée par l'Algérie dans la médiation visant à aider à la résolution des conflits. Lors d'une conférence de presse qu'il a animée conjointement avec son homologue français, Laurent Fabius, M. Lamamra a indiqué que dans toute médiation internationale, la transparence est la règle vivement recommandée pour amener les parties en conflit à trouver un terrain d'entente et parvenir à un règlement définitif à leur divergence. Il a rappelé que la coordination de l'Algérie avec l'ensemble des parties concernées par les conflits en Afrique a toujours été "complète et parfaite", assurant qu'il "n'y a absolument pas" une rivalité entre les médiateurs, mais plutôt une "complémentarité" dans les efforts. Concernant la situation en Libye, le chef de la diplomatie algérienne a indiqué que les pays du voisinage se sont réunis à deux reprises "en consultation officieuse" pour les aider à "sortir de cette conjoncture difficile". Interrogé sur une opération militaire algéro-française dans le sud de la Libye, M. Lamamra a indiqué que le Premier ministre, Abdelmalek Sellal "a eu l'occasion de démentir cette information". Sur le volet bilatéral, M. Lamamra a fait remarquer que la coopération entre l'Algérie et la France "est dense, multidimensionnelle et prometteuse", soulignant que l'entretien qu'il a eu avec M. Fabius a permis de "passer en revue" le dossier de la coopération bilatérale. "Nous avons eu des projections sur ce qui devrait pouvoir être fait à l'occasion notamment de la tenue de la prochaine réunion du comité intergouvernemental de haut niveau qui regroupe les Premiers ministres des deux pays et les principaux ministres engagés dans le partenariat bilatéral".
 

DONNEZ VOTRE AVIS

Il n'y a actuellement aucune réaction à cette information. Soyez le premier à réagir !

S'inscrire
Presedant
Suivent
 

Donnez votre avis

Aidez nous à améliorer votre site en nous envoyant vos commentaires et suggestions