dimanche 22 octobre 2017 23:55:25

64 ans après, la Coupe du monde retourne au Brésil

Soixante-quatre ans après la dernière Coupe du monde organisée au Brésil, le pays s’apprête à accueillir la 20e édition (12 juin-13 juillet 2014), avec des enjeux sportifs et un immense défi à relever pour réussir cette fête mondiale du football.

PUBLIE LE : 10-06-2014 | 0:00
D.R

Soixante-quatre ans après la dernière Coupe du monde organisée au Brésil, le pays s’apprête à accueillir la 20e édition (12 juin-13  juillet 2014), avec des enjeux sportifs et un immense défi à relever pour réussir  cette fête mondiale du football. Le Brésil compte en effet effacer le "drame national" de 1950 lorsqu'il  a perdu la finale de la Coupe du monde à domicile alors qu'il était le grand  favori de l'épreuve face à l’Uruguay, premier champion du monde de l’histoire du football. La "Seleçao" est l’équipe la plus titrée de l’histoire puisqu’elle a remporté cinq fois la Coupe du monde (1958, 1962, 1970, 1994 et 2002) et aussi  le seul pays à avoir participé à toutes les phases finales du Mondial.  Bien aidée par un contexte économique favorable, la sixième puissance mondiale a donc décidé de se lancer un extraordinaire défi, mais le problème inhérent à tout pays voulant accueillir un grand événement sportif est l’état de ses infrastructures. A quatre jours du début du Mondial brésilien, sur les douze stades  devant être construits ou rénovés pour la compétition, cinq en sont encore aux  dernières retouches, dont celui de Sao Paulo où se tiendra le match d'ouverture  Brésil-Croatie le 12 juin. Dans ce contexte, difficile d'imaginer des dizaines de milliers de spectateurs  prenant place d'ici à quelques jours sous le regard du monde entier, d'autant que 2,5 millions de billets ont déjà trouvé preneurs et que l'ensemble des matchs devraient se jouer à guichets fermés. La semaine dernière, Jérôme Valcke, secrétaire général de la Fédération internationale de football (FIFA) tentait encore de rassurer tout le monde : "En ce qui concerne les stades, on aura ce qui est nécessaire pour assurer à  l'ensemble des journalistes, des équipes, des fans, des officiels, une Coupe  du monde qui restera un souvenir exceptionnel". Un évènement planétaire qui coûte cher. Le Brésil a ainsi été secoué cette dernière semaine par des manifestations  monstres où 200.000 personnes sont descendues dans les rues d’une douzaine de  villes du pays pour protester contre l’augmentation des prix des transports  en commun, mais aussi contre les dépenses colossales engagées par le gouvernement local pour organiser le Mondial. "Le Brésil nest pas seulement le pays du football et de la fête. Ici, nous avons d’autres préoccupations, comme le manque d’investissements dans des  domaines réellement importants comme la santé et l’éducation", expliquait une  manifestante brésilienne. Infrastructures sportives, hôtellerie, télécommunications, sécurité...  le pays a investi 9 milliards d’euros pour organiser l’évènement, mais les  retombées économiques espérées sont estimées à plus de 3 milliards d’euros,  en raison de la venue de 600.000 étrangers. Le gouvernement s’attend à un impact positif sur la croissance de 0,4%  par an jusqu’en 2019 et à la création d’environ 600.000 emplois (dont la moitié  temporaires) à l’occasion de la Coupe du monde. Côté sécurité, le gouvernement brésilien a prévu de déployer 157.000 policiers et militaires, pour un coût de 709 millions de réaux (environ 286 millions d’euros). Les forces de sécurité seront déployées dans les douze villes qui accueilleront  la compétition, mais également aux frontières, ainsi que sur les fleuves, le  long des côtes et dans l'espace aérien.  Football spectacle : le Brésil, l'Espagne et l'Allemagne favoris. Sur ses terres, le Brésil sera le favori numéro 1 de la compétition de par son palmarès dans le tournoi, mais aussi le soutien de son public qui entend pousser son équipe jusqu'au bout de l'épreuve. Les Brésiliens ont une armada offensive impressionnante avec les Neymar  (FC Barcelone), Hulk (Zenith), Oscar et Willian (Chelsea) sans parler d'une  solide assise défensive avec la présence "du meilleur défenseur du monde" et  capitaine charismatique du Paris SG, Thiago Silva. Du côté de l'Espagne, Casillas (Real Madrid), Xavi (Barcelone), Albiol  (Naples), Villa (ex-Atletico Madrid, transféré au New York City FC) et Xabi Alonso (Real Madrid) vivent peut-être la dernière phase finale d'une compétition  officielle avec leur sélection qui fut l'une des équipes nationales les plus  fortes de l'histoire du football avec ses titres de championne du monde et double championne d'Europe. Le sélectionneur espagnol, Del Bosque, pourra compter sur une relève tout aussi talentueuse. Il a intégré entres autres Alba (Barcelone),  Azpilicueta (Chelsea) en défense, Koke (Atletico) au milieu ou encore le naturalisé espagnol et brésilien d'origine, Diego Costa (Atletico). Tous ces jeunes joueurs seront toujours encadrés par les titulaires qui sont encore au summum de leur carrière comme Ramos (Real Madrid), Iniesta, Piqué, Busquets (Barcelone) ou encore David Silva (Manchester City).        
Pour sa part, l'Allemagne, avec les cadres Thomas Müller, Lahm, Schweinstenger et Neuer (tous évoluent au Bayern Munich) ou encore Klose (Lazio), meilleur buteur de la Mannschaft devant le "bombardier" Gerd Müller avec 69 réalisations, et la technique des Ozil (Arsenal) et Gotze (Bayern), mais sans Reus, "out"  pour blessure, fait office de sérieux candidat au sacre, au même titre que le  Brésil et l'Espagne. Quant à l'Argentine, elle pourra compter sur son génie et capitaine Léo Messi. Le Barcelonais sort d'une saison vierge de titre.
Il aura connu la blessure, mais aussi la critique des médias pour sa nonchalance et son inactivité criante sur le terrain. Néanmoins, en sélection, il veut montrer l'exemple et offrir à l'"Albiceleste" cette coupe que le peuple attend depuis plus de 20 ans.  La défense reste le souci majeur de cette équipe, mais avec les Di  Maria (Real Madrid), Agüero (Manchester City), Higuain (Naples), Palacio (Inter  Milan) ou encore Lavezzi (PSG), l'attaque la plus pléthorique de la Coupe du  monde pourrait sauver sa propre défense. Enfin l'Uruguay, les Pays-Bas, l'Italie, l'Angleterre et le Portugal  de Ronaldo constituent les outsiders du tournoi.

DONNEZ VOTRE AVIS

Il n'y a actuellement aucune réaction à cette information. Soyez le premier à réagir !

S'inscrire
Presedant
Suivent
 

Donnez votre avis

Aidez nous à améliorer votre site en nous envoyant vos commentaires et suggestions