lundi 11 dcembre 2017 02:49:22

Conférence de presse conjointe de Ramtane Lamamra et de Laurent Fabius : «Préserver les acquis, baliser le futur»

Laurent Fabius : « Aucune intervention de la France en faveur de ses entreprises pour l’exploitation du gaz de schiste en Algérie » « Hommage à l’Algérie pour son rôle pacificateur en Afrique »

PUBLIE LE : 09-06-2014 | 0:00
D.R

Le ministre français des Affaires étrangères et du développement international, Laurent Fabius, a entamé hier une visite officielle de deux jours en Algérie à l’invitation de son homologue algérien, Ramtane Lamamra. M. Fabius a été accueilli, à son arrivée à l’aéroport international Houari-Boumediene, par M. Lamamra. Le chef de la diplomatie française est accompagné d’une forte délégation composée de parlementaires, de hauts responsables du ministère français des Affaires étrangères et du développement international et d’une vingtaine de chefs d’entreprises. Le ministre français des Affaires étrangères et du Développement international, Laurent Fabius, a fait part hier à Alger du «souhait» de son pays de développer «davantage» ses «excellentes» relations avec l’Algérie dans les différents domaines. «Nos relations sont excellentes, mais nous souhaitons les développer davantage tant au plans politique et économique qu’au niveau des échanges humains et de la sécurité», a déclaré M. Fabius à son arrivée à Alger dans le cadre d’une visite officielle de deux jours. «J’ai énormément d’intérêt et de plaisir de travailler avec les dirigeants algériens (...) et j’ai un message particulier de respect et d’amitié à transmettre au peuple algérien de la part du président français (François Hollande)», a-t-il souligné. M. Fabius a relevé également que cette visite «doit contribuer encore à un élan supplémentaire» dans les relations entre les deux pays «qui ont tellement de projets en commun pour travailler la main dans la main».
Lors de son séjour, M. Fabius sera notamment reçu par le président de la République, Abdelaziz Bouteflika, et par le Premier ministre, Abdelmalek Sellal.

-----------------------------------

Entretien entre Lamamra et Fabius élargi aux membres des deux délégations
Le ministre des Affaires étrangères, Ramtane Lamamra, s’est entretenu hier à Alger avec son homologue français, Laurent Fabius, en visite officielle en Algérie. L’entretien, qui s’est déroulé au siège du ministère des Affaires étrangères, s’est par la suite, élargi aux membres des délégations des deux pays. Les deux parties «feront le point de l’évolution de l’ensemble des dossiers inscrits sur leur agenda bilatéral et des questions régionales et internationales d’intérêt commun», indique le ministère des Affaires étrangères dans un communiqué. Le ministre français des Affaires étrangères et du développement international, accompagné d’une forte délégation composée de parlementaires, de hauts responsables de son ministère et d’une vingtaine de chefs d’entreprises, est arrivé hier matin pour une visite de deux jours à l’invitation de son homologue algérien. Cette visite s’inscrit dans le cadre de la convention bilatérale portant création du comité intergouvernemental de haut niveau, conclue entre les deux pays en décembre 2013 qui prévoit «l’instauration d’un dialogue politique régulier entre les deux pays au niveau des Premier ministres, des ministres des Affaires étrangères et des secrétaires généraux». «La France figure parmi les premiers partenaires de l’Algérie. Les deux pays ambitionnent d’approfondir le partenariat à travers la création de grandes écoles spécialisées dans le management, l’économie industrielle, la logistique et les métiers de l’industrie, et ce dans le souci de renforcer le transfert du savoir-faire français dans ces domaines», souligne-t-on de même source. A l’occasion de cette visite, les deux parties aborderont également «les voies et moyens permettant de renforcer la coopération éducative et universitaire à travers le lancement d’un nouveau programme refondé de formation universitaire financé par les deux pays».

-----------------------------------

Conférence de presse conjointe de Ramtane Lamamra et de Laurent Fabius
«Préserver les acquis, baliser le futur»
La réunion du Comité intergouvernemental de haut niveau aura lieu avant la fin de l’année en cours ou au plus tard en début 2015. «L’Algérie et la France œuvrent à la dynamisation de leurs relations et à la confortation de leurs positions communes.» Cette déclaration émane de Ramtane Lamamra, chef de la diplomatie algérienne, lors d’une conférence de presse conjointe animée hier, au siège du ministère des Affaires étrangères, avec son homologue français, Laurent Fabius, en visite de travail et d’amitié de deux jours en Algérie. Entre les deux pays, il y a une «volonté de contribuer à la paix et à la sécurité.»
Dans son allocution, M. Lamamra a souligné qu’en sus des dossiers bilatéraux, il est également question des projections et ce, avant la réunion du Comité intergouvernemental de haut niveau qui aura lieu, avant la fin de l’année en cours ou au plus tard début 2015.
Pour l’hôte de l’Algérie, les relations bilatérales sont «au beau fixe», soulignant qu’il y a «une volonté de travailler ensemble.» Alger et Paris, très attachées à la sécurité, ont «une vision convergente si ce n’est identique, en particulier sur la situation au niveau de la région.» dans la lutte contre le terrorisme, les deux pays «sont côte à côte.» Toutefois, le diplomate français estime qu’il y a deux règles à observer : «l’efficacité et la discrétion.»
 Dans le même registre, il rappelle que cette menace n’est pas exclusivement africaine. «Nous mêmes sommes menacés», explique-t-il. Prônant un partenariat d’«exception», le MAE français estime qu’il est grand temps de «baliser le futur» et «conjuguer les ambitions.»

L’Algérie déploie de gros efforts pour sécuriser ses frontières
En effet, l’Algérie, en plus d’être sur plusieurs fronts, a déployé de «gros efforts non pas pour sanctuariser le territoire algérien, mais pour être sûrs que nous sommes en mesure de contrôler ces vastes régions», précise M. Lamamra. Répondant aux questions des journalistes, il relève «les efforts colossaux, menés par l’Armée nationale populaire et les autres forces de sécurité, pour sécuriser les frontières. Interrogé sur la présence de groupes terroristes dans la région du Sahel, y compris en Algérie, le MAE algérien a indiqué qu’«en aucune façon, nous ne pourrions accepter l’idée que des djihadistes se cacheraient en Algérie sans que des mesures appropriées ne soient prises pour y mettre fin.»
Abordant la Libye, M. Fabius a, d’emblée, qualifié la situation de «complexe», et prévient contre une éventuelle «contagion» sur le reste des pays arabes.  A une question relative à l’existence d’une démarche commune pour résoudre ce conflit, il a répondu par l’affirmative, mettant en relief la « nécessité de trouver une solution politique et éviter tout débordement». M. Lamamra, a pour sa part, indiqué que l’Algérie et la France «envisagent de prolonger la convergence de leurs positions».
Dans ce contexte, le chef de la diplomatie française a lancé un appel aux pays africains pour «s’organiser et constituer une force de sécurité capable de prévenir les crises.» Lui emboîtant le pas, le chef de la diplomatie, algérienne rappelle que le continent africain s’est doté d’un outil, appelé «capacité africaine d’intervention rapide», auquel doivent être s’ajouter les moyens nécessaires. M. Lamamra a dans la foulée annoncé la tenue prochaine, à Alger, d’une réunion regroupant les ministres des Affaires étrangères des pays du Sahel dont l’objectif est de «transcender cette conjoncture difficile.»Sur le plan économique, et concernant la règle 51/49 % régissant l’investissement étranger en Algérie, le ministre français a indiqué encore une fois que son gouvernement se préserve de s’ingérer dans une mesure prise souverainement par l’Algérie. Toutefois, les chefs d’entreprises, a-t-il poursuivi, «souhaitent pour leur part, des formes plus souples pour booster les échanges économiques entre les deux pays qui sont loin de ce que nous souhaitons». «Il faut trouver des voies et moyens pour aider davantage les PME-PMI des deux pays à travailler en commun (...) c’est beaucoup plus facile de travailler avec l’Algérie qu’avec les autres pays», a-t-il confié. Selon M. Fabius, les chefs d’entreprises veulent la stabilité et la rapidité d’exécution. «Deux facteurs absolument essentiels», a-t-il jugé.    
Fouad Irnatène

-----------------------------------

Exploration du gaz de schiste en Algérie
M. Fabius dément toute intervention de la France en faveur de ses entreprises
Le ministre français des Affaires étrangères et du Développement international, Laurent Fabius a indiqué hier à Alger, que la France n’est jamais intervenue en faveur de ses entreprises sur le marché de l’exploration du gaz de schiste en Algérie. «Le gouvernement algérien décide de ce qu’il a à faire, la France n’a pas à s’ingérer dans ces débats», a-t-il affirmé. Le Chef de la diplomatie française a également démenti une information selon laquelle des entreprises françaises du secteur de l’énergie auraient demandé à la France de dissuader l’Algérie d’explorer le gaz de schiste. «J’ai lu qu’il y aurait eu une demande d’intervention de la France ou de telle ou telle entreprise pour dissuader l’Algérie d’explorer le gaz de schiste, il n’en est absolument rien», a-t-il.

Fabius rend hommage à l’Algérie pour son «rôle pacificateur» en Afrique
Le ministre français des Affaires étrangères et du Développement international, Laurent Fabius, a rendu hommage, à l’Algérie pour son «rôle pacificateur» dans la région, notamment au Mali. «Je rends hommage à l’Algérie pour son rôle pacificateur au Mali et dans la région» a-t-il indiqué. Affirmant que l’Algérie et la France ont une «vision commune sur des sujets qui préoccupent les deux pays comme le Mali», le ministre français a souligné à cet égard que les deux pays sont «très attachés à la sécurité». M. Fabius. a fait observer qu’»il n’y a pas de développement sans sécurité», réaffirmant la nécessité pour la France et l’Algérie de «travailler côte-à-côte dans la lutte contre le terrorisme».

-----------------------------------

Entretiens entre les présidents des groupes parlementaires d’amitié
Le président du groupe parlementaire d’amitié «Algérie-France», Belkacem Bellabes, s’est entretenu hier à Alger, avec son homologue français, Patrice Menochet, de plusieurs questions «intéressant les deux pays», a indiqué un communiqué de l’Assemblée populaire nationale (APN). M. Bellabes a déclaré que le groupe parlementaire d’amitié «Algérie-France» «n’a ménagé aucun effort ces dernières années pour poursuivre le travail dans le cadre de ce qui a été conclu au sein de la grande commission parlementaire Algérie France», précise le communiqué. Il a affirmé que les relations entre les deux pays «ont dépassé le stade des bonnes intentions et sont désormais en voie de concrétiser la volonté politique des deux pays». La rencontre a permis «un échange de vues autour de plusieurs questions liées à l’encouragement de l’investissement français en Algérie et la facilitation du transfert technologique notamment dans les domaines de l’enseignement, de la formation, du bâtiment et des transports outre la situation de la communauté algérienne en France», poursuit la même source. L’entrevue a permis également d’«évoquer les retombées de la situation dans le Sahel et en Libye sur les deux pays et des moyens de tarissement des sources de financement des groupes armés notamment à travers la criminalisation du paiement de la rançon et la lutte contre le trafic de stupéfiants, conclut le communiqué.
 

DONNEZ VOTRE AVIS

Il n'y a actuellement aucune réaction à cette information. Soyez le premier à réagir !

S'inscrire
Presedant
Suivent
 

Donnez votre avis

Aidez nous à améliorer votre site en nous envoyant vos commentaires et suggestions