mercredi 19 septembre 2018 03:21:29

Colloque international "Média, communication langue et langage : où en est Tamazight ?" Entre les contraintes d’un usage moderne et néologisme

La langue tamazight a buté dès son entrée dans les médias sur la contrainte de mise en place d’un usage moderne qui prend en charge les différents aspects de l’information transmise, ont estimé, hier à Tizi-Ouzou, les participants au colloque international "Média, communication, langue et langage : ou en est Tamazight ?".

PUBLIE LE : 09-06-2014 | 0:00

La langue tamazight a buté dès son entrée dans les médias sur la contrainte de mise en place d’un usage moderne qui prend en charge les différents aspects de l’information transmise, ont estimé, hier à Tizi-Ouzou, les participants au colloque international "Média, communication, langue et langage : ou en est Tamazight ?".
Lors de cette rencontre, abritée depuis samedi par l’annexe de la maison de la culture MouloudMammeri d’Azazga et organisée par le Haut commissariat à l'amazighité, M. Ramdane Boukherouf, maître assistant à l’université de Tizi-Ouzou, a souligné que cette contrainte est liée au fait que la "langue tamazight a été longtemps réservée à l’usage quotidien". "Depuis sa reconnaissance institutionnelle et constitutionnelle, tamazight étant enseignée depuis 1995 et consacrée deuxième langue nationale en 2002, cette langue a été appelée à investir de nouveaux domaines, tel que la recherche scientifique, l’enseignement et la communication", a-t-il observé. Face à cette situation et en "l’absence d’une institution qui prend en charge l’aménagement de cette langue pour les différents domaines d’utilisation, les usagers des différentes institutions, rencontrent de nombreux problèmes et difficultés à mettre en place la langue dans l’usage moderne", a-t-il expliqué.
M. Boukherouf, qui a présenté une analyse linguistique des contenus des programmes diffusés par les médias, a indiqué que les journalistes se retrouvent à faire "un travail d’aménagement de la langue par la création de néologismes et de mise en place de nouvelles structures syntaxiques, au lieu de se consacrer entièrement à exploiter et à peaufiner leurs connaissances journalistiques".
 A ce propos, M. Abderrezak Dourari, directeur du Centre national pédagogique et linguistique pour l’enseignement de tamazight, a souligné que l’une des contraintes principales sur lesquelles bute cette langue, "est la non prise en charge de sa normalisation par des institutions spécialisées, ce qui a provoqué la création d’une hypertrophie néologique et qui, à son tour, engendre un rejet dans la société".

DONNEZ VOTRE AVIS

Il n'y a actuellement aucune réaction à cette information. Soyez le premier à réagir !

S'inscrire
Presedant
Suivent
 

Donnez votre avis

Aidez nous à améliorer votre site en nous envoyant vos commentaires et suggestions