vendredi 15 dcembre 2017 14:57:06

Présentation du plan d’action du gouvernement devant le Conseil de la nation : Sellal : « L’objectif est d’atteindre une économie émergente »

Après son passage réussi devant les députés, le Premier ministre, Abdelmalek Sellal, a présenté hier devant les membres du Conseil de la nation le plan d’action de son gouvernement pour la période 2015-2019.

PUBLIE LE : 09-06-2014 | 0:00
D.R

Après son passage réussi devant les députés, le Premier ministre, Abdelmalek Sellal, a présenté hier devant les membres du Conseil de la nation le plan d’action de son gouvernement pour la période 2015-2019.

D’emblée, il tiendra à affirmer que le gouvernement ne ménagera aucun effort pour être à la hauteur des aspirations du peuple algérien et mettre l’Algérie sur les rails de la modernité. Dans son intervention, suivie par le président du Conseil de la nation, les membres du gouvernement et les sénateurs, le Premier ministre, M. Sellal, a rappelé que l'objectif suprême que son gouvernement s’attelle à concrétiser pour les cinq prochaines années est d'œuvrer à regagner la confiance des citoyens afin de garantir la participation de toutes les tranches de la société, notamment les jeunes et la société civile au projet du renouveau national. Pour le Premier ministre cet objectif est réalisable grâce à la poursuite du processus de réhabilitation du service public, de la lutte contre la bureaucratie et la poursuite de la réforme de la justice.

La réconciliation nationale s’inscrit dans la durée
Au sujet de la réconciliation nationale, M. Sellal affirmera que la prochaine loi fondamentale du pays consacrera le processus en tant que question socio-civilisationelle s'il fait l'objet d'un consensus parmi les participants aux consultations en cours sur la révision de la Constitution.  « Si un consensus est établi parmi les participant aux consultations sur la révision de la Constitution menées au niveau de la présidence de la République, le gouvernement, soutiendra le Premier ministre, parachèvera le processus de réconciliation nationale. Il rappellera que la réconciliation nationale s'inscrit dans la durée et qu’elle ne se limite pas au recouvrement ou à l'octroi de certains droits. Abordant le sujet des consultations sur la révision de la Constitution, il a souligné la nécessité de consacrer la consultation avec toutes les forces vives, en particulier avec la société civile et les assemblées élues, le Parlement à leur tête.

Energie, tourisme, agriculture et industrie, locomotive du développement
De même que le Premier ministre indiquera la nécessité d’améliorer les indicateurs économiques qui permettront d’atteindre les objectifs de croissance et d’emplois fixés. Il rappellera les grands progrès enregistrés ces dernières années ce qui permet désormais d’afficher des indicateurs économiques positifs. La progression de la croissance économique qui a réalisé sur la période 2010-2014 une progression moyenne de 4% devrait être augmentée à 7% en 2019. Idem pour la réduction du taux de chômage. Les objectifs assignés au plan d’action est d’arriver à cette même date à un taux de 8,4%. La réduction de l’inflation est également dans le viseur du gouvernement qui ambitionne au terme de la mise en œuvre du plan d’action de la réduire au maximum. Elle était au mois de mai 2013 de l’ordre de 2,88% a déclaré le Premier ministre. En fait, réitérera M. Sellal, l’objectif est d’atteindre une économie émergente. Il annoncera que la priorité lors du prochain quinquennat sera donnée au développement et à la création d’emplois. Pour ce faire des mesures incitatives seront prises notamment en faveur des quatre secteurs, que sont l’énergie, tourisme agriculture et industrie appelés à être la locomotive du développement en Algérie. Dans cette optique, il sera affirmé la poursuite des réformes bancaires.

Assurer la sécurité énergétique à long terme
Devant les membres du Conseil de la nation, le Premier ministre affirmera de nouveau que le gouvernement veillera à assurer la sécurité énergétique de l’Algérie à long terme. Il faut, déclarera M. Sellal, que les moyens dont dispose l’Algérie soient utilisés dans l’exploration pour maintenir l’Algérie dans sa position d’acteur actif sur le marché international des hydrocarbures.  Il indiquera la réalisation de 14 nouvelles canalisations de transports d’hydrocarbures dont les gazoducs d’approvisionnement des régions de Tamanrasset et Djanet.  Il annoncera également le lancement d’un programme de réalisation de 6 nouvelles raffineries et la réhabilitation du parc existant pour porter la capacité de raffinage et de stockage de carburants à 60 millions de tonnes par an à l’horizon 2018. Il annoncera la réalisation de 12 centrales électriques. il indiquera que 1,5 million d’abonnés nouveaux pour l’électricité et 2 millions pour le gaz naturel seront raccordés. Pour ce qui des activités agricoles, il affirmera que l’ambition de l’Algérie est d’arriver à exporter ses produits agricoles sur le marché international. Tout en rappelant que la production nationale couvre 70% des besoins nationaux, le Premier ministre indiquera que les objectifs assignés au gouvernement dans le cadre du plan d’action 2015-2019 sont d’étendre les superficies irriguées d’un million d’hectares, de réduire le déficit en mécanisation, de généraliser le recours aux semences à potentiel productif élevé.  Il annoncera, également, qu’un plan d’aménagement forestier sera mis en œuvre sur les 172.000 ha ainsi qu’un programme de reboisement de 340.000 ha. Il confirmera par ailleurs la mise en œuvre d’un nouveau découpage administratif dans les prochains mois pour les régions du Sud et des hauts plateaux. Pour ceux qui prétendent que le niveau d’enseignement supérieur est faible, il soutiendra que cette assertion est fausse et que le niveau s’est amélioré. Il affirmera toutefois qu’il faut poursuivre les efforts.

L’université doit s’ouvrir sur son environnement
Il estimera que « l’université algérienne doit s’ouvrir sur son environnement ». Il affirmera par ailleurs que « l’école algérienne doit s’améliorer par la participation de tous les acteurs » en relation directe. Il annoncera que « le gouvernement prendra toutes les mesures pour soutenir ces deux secteurs » que sont l’enseignement supérieur et l’éducation. Pour ce qui est du logement tout en annonçant la poursuite de la politique actuelle du secteur, il estimera qu’il faut plus de rigueur dans la réalisation des programmes et ce, pour réaliser 2 millions de logements lors du prochain quinquennat. « L’objectif de l’Etat, a-t-il affirmé, est d’en finir avec la crise du logement en Algérie. On connaît les besoins » et de poursuivre « On a les moyens », même s’il reconnaîtra au passage que « les moyens de réalisation manquent ». Pour ce qui du fichier national du logement, il annoncera que « le ministère de l’Habitat commence à le maîtriser ». Il annoncera la distribution avant le mois de ramadhan de 260.000 logements. S’agissant du Sud, le Premier ministre annoncera l’élargissement de la mesure prise en faveur des habitants de trois wilayas à 10. Pour ce qui est de l’action gouvernementale en matière de relation de travail, il annoncera que le gouvernement présentera au Parlement un réaménagement profond de l’article 87 bis et ce, dira-t-il, pour ne pas dire son abrogation. Pour le secteur de la jeunesse, le Premier ministre annoncera une large concertation nationale pour mettre en place la nouvelle stratégie de l’Etat en faveur des jeunes. Cette stratégie, qui sera pragmatique pour améliorer la situation de cette frange de la société sera, a-t-il indiqué, « présentée au Parlement pour être débattue ». D’autres volets du plan d’action seront également présentés par M. Sellal qui terminera son intervention en réitérant la disponibilité du gouvernement à travailler avec le Parlement.
Nadia Kerraz

« Assurer la sécurité alimentaire »
Les membres du Conseil de la nation ont insisté également sur la réalisation de la sécurité alimentaire en Algérie à travers la relance du secteur agricole et l'encouragement des investissements industriels, notamment dans les régions du Sud, pour concrétiser le développement escompté par le gouvernement. Mohamed Zoubiri, du parti du Front de libération nationale (FLN), s'est interrogé sur l'existence d'un programme précis qui définit les étapes de réalisation de la sécurité alimentaire dans le pays et les mécanismes que devra adopter l'exécutif en matière de développement agricole durable, soulignant que malgré les efforts consentis, beaucoup comptent encore sur le gouvernement pour atteindre cet objectif.
De son côté Tahar Kellil, du Rassemblement national démocratique (RND), a appelé à l'encouragement de la création de micro-unités de transformation du produit agricole et la pêche à travers l'octroi de crédits, insistant sur le respect des normes internationales dans le domaine de l'agroalimentaire et la maîtrise de la qualité. Il a indiqué qu'en dépit de la disponibilité de certains produits agricoles, les normes internationales de qualité restent en deçà des attentes ce qui, a-t-il dit, entrave leur exportation.  Il a appelé également à la promotion du produit agricole à travers l'utilisation des moyens scientifiques et techniques modernes. M. Kellil a exhorté le gouvernement à inclure le bilan des programmes quinquennaux précédents dans le nouveau programme pour pouvoir cerner les difficultés l'ayant entravé, déplorant l'absence de chiffres précis dans l'actuel programme sur les enveloppes financières à allouer à chaque secteur.  Il a demandé en outre, la mise au point d'un programme Spécial Hauts Plateaux, Sud et Régions frontalières qui comptera des investissements incitatifs visant la réalisation d'un développement équilibré et l'absorption de la densité démographique dans les wilayas du Nord outre la génération d'emplois et la réduction du chômage. Abdelkader Bensalem, du tiers présidentiel, a appelé à la mise en valeur de plus de terres et l'encouragement des jeunes à y investir. D'autres membres du Conseil de la nation ont souligné la nécessité d'étendre les surfaces irriguées, le développement de l'industrie et l'encouragement de l'investissement pour réaliser le développement économique auquel aspire le gouvernement en 2019, estimé à 7%. A travers son plan d'action, le gouvernement table sur les secteurs de l'agriculture, de l'industrie, des mines et du tourisme.

--------------------------------------

M. Bensalah : « Un débat fructueux »
Le président du Conseil de la nation, Abdelkader Bensalah, a affirmé, hier à Alger, que le débat sur le plan d'action du gouvernement au Conseil de la nation sera "positif et fructueux". "Nous examinerons parfois les propositions de votre plan d'un point de vue différent sur la base des convictions politiques de chacun de nous", a indiqué M. Bensalah dans son allocution.
Le débat "s'inscrit dans le cadre de la quête permanente du meilleur", a-t-il estimé, ajoutant qu'il "est l'essence même de la pratique démocratique et de la libre expression, même si les avis divergent, pour aboutir à terme à une vision globale", a-t-il souligné.
Le plan d'action du gouvernement englobe les différents domaines qui concernent le citoyen et son bien être, le développement économique, le développement des structures des institutions de l'état et la promotion de leurs relations avec les citoyens", soulignant que ces éléments "occupent le centre d'intérêt du gouvernement". "Une lecture réfléchie des huit chapitres du plan dévoile une cohérence entre les objectifs assignés et les instruments et moyens assurés à leur réalisation", a-t-il rappelé.
"Le Conseil de la nation participera avec sa composante à l'enrichissement de ce débat et pourrait même l'étendre à d'autres domaines n'ayant pas bénéficié du même degré d'intérêt ou n'ayant pas été suffisamment traité", a-t-il dit.
"La présentation du plan devant le Parlement a crée une dynamique notamment au niveau des deux chambres, à travers les débats qui ont reflété les différentes visions, la divergence des vues et la diversité des approches visant la recherche des meilleurs moyens pour la concrétisation de ce plan, qui traduit le programme présidentiel sur le terrain".
Après avoir évoqué les relations entre les deux autorités législative et exécutive, M. Bensalah a affirmé que ce débat intervenait après la présidentielle d'avril dernier lors de laquelle "les Algériens ont opté pour la stabilité en plébiscitant, à la majorité écrasante, le Président Abdelaziz Bouteflika pour un nouveau mandat".
 

DONNEZ VOTRE AVIS

Il n'y a actuellement aucune réaction à cette information. Soyez le premier à réagir !

S'inscrire
Presedant
Suivent
 

Donnez votre avis

Aidez nous à améliorer votre site en nous envoyant vos commentaires et suggestions