dimanche 17 dcembre 2017 01:33:58
D.R

« Sétif possède toutes les opportunités pour devenir un pôle médical par excellence et nous y œuvrons », a souligné, hier, Abdelmalek Boudiaf, ministre de la Santé, de la Population et de la Réforme hospitaliere, à l’issue de sa visite dans la wilaya de Sétif.

Une visite qui si elle a permis au premier responsable de ce secteur de mesurer les avancées enregistrées dans cette wilaya ces dernières années au titre des programmes initiés par le Président Abdelaziz Bouteflika, n’a pas été sans constituer également un moment opportun pour lancer de nouveaux projets et en visiter d’autres dont la dimension d’envergure est largement perceptible.
Autant d’ actions et des réalisations qui s’inscrivent dans une démarche de prise en charge médicale de qualité, notamment pour ce qui est de certaines pathologies lourdes comme le cancer et témoignent aussi de la volonté de l’Etat de mobiliser les moyens qu’il faut à l’effet d’alléger les souffrances des patients que compte cette vaste région du pays où se trouve implanté aujourd’hui un centre anti-cancer flambant neuf, doté de toutes les commodités, de même que des infrastructures dédiées à la mère et à l’enfant ainsi que d’autres réalisations tout aussi importantes que le ministre visitera, consacrant par là même une part importante à la proximité, au contact direct avec le citoyen, le patient, les cadres et praticiens de son secteur.  
Dès son arrivée, le ministre, accompagné du wali, Mohamed Bouderbali, et des autorités de wilaya, se rendra sur les hauteurs de Sétif où il visitera le centre anti-cancer, un « joyau » en la matière doté de technologies de dernière génération. En parcourant les différentes structures de cette grande réalisation qui aura nécessité une enveloppe globale de 682 milliards de centimes, Abdelmalek Boudiaf consacrera une large part de son temps au noyau central de cette structure réservée à l’installation avancée des 3 accélérateurs linéaires à particules destinés à la radiothérapie et installés par l’entreprise américaine Varian.

240 malades-jour à la fin de l’année
Visiblement satisfait du rythme impulsé à cette œuvre et déjà l’installation achevée du premier accélérateur et celle des deux autres qui sont en phase de montage avancée, le ministre annoncera que la radiothérapie sera fonctionnelle dès la fin du mois pour 42 malades-jour pour atteindre 240 malades-jour d’ici la fin de l’année avec la mise en service des deux autres accélérateurs.  Il mettra particulièrement l’accent sur le volet inhérent à la formation continue et ajoutera que son département œuvre pour que chaque Algérien puisse disposer de son dossier électronique qui comporterait l’ensemble des informations sur le malade.
 Toujours au niveau du centre anti-cancer le ministre soulignera qu’il n’y a pas de pénurie de médicaments et que si c’était le cas, cela ne relèverait que d’un problème de gestion locale. Au nouvel hôpital mère et enfant, le ministre a déclaré qu’avec 60 accouchements par jour, c’est une charge qu’il faudra alléger, faisant état des décision prise à ce niveau. Au service de chirurgie infantile, le ministre encouragera les spécialistes qui lui font savoir que la première transplantation rénale se fera avant la fin de l’année. Troisième étape de cette visite, la maison d’accueil des parents et des patients « Dar Essabr » réalisée par l’association En Nour avec 80 lits où le ministre répondra aux doléances des responsables, notamment l’affectation de personnel. Au CHU « Saadna Abdenour », le ministre visitera la nouvelle unité de neurologie vasculaire qui relève du service de neurologie et le service des urgences où il fera état de la nécessaire organisation et de l’impact de la proximité dans ce domaine.
A El Eulma, il posera la première pierre d’un hôpital de 240 lits et se rendra à Ras el Ma où il visitera l’hôpital régional de rééducation fonctionnelle, avant de tenir une rencontre au siège de la wilaya avec les cadres du secteur.
 F. Zoghbi

----------------------------

Une nouvelle impulsion à la santé de proximité
Abdelmalek Boudiaf a mis l'accent sur l'importance de donner une nouvelle impulsion à la santé de proximité et de la promouvoir. "La nouvelle carte sanitaire va donner une impulsion décisive à la santé de proximité, ce qui permettra d'alléger la pression sur les urgences des hôpitaux qui ne parviennent plus à répondre à la forte demande", a expliqué le ministre au cours d'une réunion avec les cadres locaux de son secteur, notamment les directeurs des établissements de santé. Le ministre a également réaffirmé la nécessité de mettre en place des permanences dans les structures de santé de proximité, de 8 à 14 h et de 14 à 20 h, soulignant que "des inspections seront opérées et que des sanctions seront prises en cas de manquement". M. Boudiaf a souligné que la santé dans le pays souffre beaucoup moins du manque de moyens — ces derniers étant largement disponibles — que de problèmes d'organisation et de gestion. Il a annoncé, à ce propos, qu'à partir du 22 juin prochain une université d'été de la santé, première du genre, sera organisée à l'intention des gestionnaires des établissements de santé, dans des villes côtières, "dans l'optique de contribuer à régler les problèmes de gestion actuellement posés". Des sessions de formation continue seront organisées afin de permettre aux gestionnaires de s'imprégner des techniques les plus récentes et les plus éprouvées en matière de gestion.
A propos des centres anti-cancer, ouverts ou qui doivent ouvrir bientôt, le ministre a indiqué que la politique du secteur accorde, sur instructions du Président de la République, Abdelaziz Bouteflika, "une importance primordiale au traitement des malades atteints de cancer, une maladie qui ne cesse d’évoluer dans notre pays". 18.400 lits sont en réalisation à travers le pays pour la prise en charge de ce mal, dira le ministre. Réaffirmant qu'il n'existe aucune pénurie de médicaments ou de vaccins, le ministre a indiqué que "grâce aux efforts de l'Etat et aux stratégies mises en œuvre avec, notamment une carte sanitaire modèle, le secteur de la santé aura rattrapé tous ses retards entre la fin de 2015 et le début de 2016".
 

DONNEZ VOTRE AVIS

Il n'y a actuellement aucune réaction à cette information. Soyez le premier à réagir !

S'inscrire
Presedant
Suivent
 

Donnez votre avis

Aidez nous à améliorer votre site en nous envoyant vos commentaires et suggestions