lundi 24 septembre 2018 03:41:26

Ramadhan 2014, UGCAA : 90.000 tonnes de viandes rouge et blanche seront consommées

L'Union générale des commerçants et artisans algériens (UGCAA) appelle les autorités concernées à surseoir à la décision de la fermeture de l’abattoir du Ruisseau à Alger, et cela tant que les abattoirs qui sont en cours de réalisation dans plusieurs wilayas du pays ne sont pas encore entrés en fonction.

PUBLIE LE : 08-06-2014 | 0:00
D.R

Lors d’une conférence de presse organisée par l’UGCAA en son siège à Alger, sur le marché des viandes, le porte-parole de l'UGCAA, Hadj Tahar Boulanouar, a expliqué que « la fermeture de l’abattoir de Ruisseau avant la réception des autres abattoirs va encourager la création des abattoirs anarchiques et clandestins menaçant la santé des citoyens. » M. Boulanouar a indiqué que « la quantité de viande qui sera consommée par les citoyens durant le mois sacré sera de 80 à 90.000 tonnes de viandes rouge et blanche.» Selon lui, les besoins de l’Algérie en viandes rouge et blanche est de 1 million de tonnes par an et la production nationale est de 350.000 tonnes en viande rouge et 250.000 tonnes en viande blanche durant les deux dernières années. Le porte-parole de l’UGCAA a tenu à rappeler toutefois, que le manque à consommer sera comblé par le recours à l’importation, puisque « l’Algérie va importer 30.000 tonnes de viande rouge du Brésil et d’Inde rien que pour le mois de ramadhan.» En effet, le PDG de l'entreprise d'Entrepôts frigorifiques de Méditerranée, Frigomedit, Djahid Abdelouahab Zefizef a déclaré que « l’Algérie importe près de 50.000 tonnes de viande congelée par an et les services vétérinaires retournent les produits non comestibles.» S'agissant de l'importation de la viande rouge congelée, M. Zefizef a précisé que les différentes entreprises publiques suivent un cahier des charges « très strict » qui définit les étapes de production et les normes d'admission des produits importés. « L'importation des viandes se fait suivant les mesures d’hygiène et de respect de la chaîne de froid nécessaires avant et après la production. » Les entreprises publiques dépêchent des experts et des vétérinaires pour la sélection des veaux à abattre, ces derniers veillent à assister aux opérations d'abattage et à s'assurer des conditions techniques, commerciales et surtout religieuses. Les services du ministère de l'Agriculture autorisent l'importation de viandes de deux provinces musulmanes d'Inde, à savoir Maharashtra et Uttar Pradesh, dans le cadre d'un certificat de santé autorisant l'importation des viandes de ces provinces. « Les autorités algériennes autorisent également l'importation de viandes congelées de France et du Brésil, à condition d'envoyer une équipe algérienne vers ces pays en vue de procéder à l'abattage des veaux selon les rites musulmans », a souligné M. Zefizef. Après l'abattage, les viandes sont soumises aux opérations de séchage et de contrôle du niveau de concentration de l'ion hydrogène (PH), qui doit être inférieur à 5,5% dans la viande avant son découpage, pour passer ensuite à la deuxième étape. Lors de cette deuxième étape, les viandes sont transférées vers un atelier chargé du découpage et du conditionnement, puis vers les chambres froides où elles sont congelées et elles seront ensuite distribuées aux différents opérateurs économiques et importateurs. Après la congélation des viandes, les vétérinaires prennent des échantillons pour procéder à des analyses physiologiques et bactériennes, outre les analyses d'intoxication, avant leur exportation vers les pays concernés.
Wassila Benhamed

 

DONNEZ VOTRE AVIS

Il n'y a actuellement aucune réaction à cette information. Soyez le premier à réagir !

S'inscrire
Presedant
Suivent
 

Donnez votre avis

Aidez nous à améliorer votre site en nous envoyant vos commentaires et suggestions