samedi 21 octobre 2017 22:14:18

Matières Premières : Ballottées par les tensions autour de l’Ukraine

Les matières premières ont été ballottées la semaine dernière au gré de l’évolution de la situation géopolitique en Ukraine entre hausse pour le cacao et baisse pour les autres matières.

PUBLIE LE : 08-06-2014 | 0:00

Les matières premières ont été ballottées la semaine dernière au gré de l’évolution de la situation géopolitique en Ukraine entre  hausse pour le cacao et baisse pour les autres matières. Les cours du pétrole terminaient la semaine en baisse, à la suite de l’apaisement relatif des tensions autour de l’Ukraine et une offre abondante sur le marché. Le baril de Brent de la mer du Nord pour livraison en juillet valait 108,55 dollars sur l’Intercontinental Exchange (ICE) de Londres, contre 109,90 dollars une semaine plus tôt. Sur le New York Mercantile Exchange(Nymex), le baril de «light sweet crude» (WTI) pour la même échéance baissait à 102,41 dollars, contre 103,30 dollars le vendredi précédent.          Les prix des matières premières alimentaires ont divergé, le cacao montant jusqu’à de nouveaux plus hauts depuis 2011, tandis que le café et le sucre continuaient sur leur tendance baissière observée ces dernières semaines. Les cours du sucre ont poursuivi leur déclin en l’absence d’informations  nouvelles, tombant à un plus bas en sept semaines.
Le marché mondial du sucre affiche un excédent d’offre depuis maintenant  quatre saisons. La saison actuelle, qui se termine fin septembre, devrait ainsi enregistrer un surplus de production de 4,427 millions de tonnes, selon l’Organisation internationale du sucre (ISO). A Londres, la tonne de Sucre blanc pour livraison en août valait 460,50  dollars, contre 468,90 dollars le vendredi précédent. A New York, la livre de Sucre brut pour livraison en juillet valait 16,90 cents, contre 17,27 cents, sept jours auparavant.
Les cours du café ont poursuivi leur recul, tombant à leur plus bas  niveau depuis mi-février. Le Brésil, premier producteur mondial de café (principalement d’Arabica), a connu une période de sécheresse exceptionnelle en début d’année, ce qui a fait craindre l’apparition d’un déficit d’offre et porté mi-avril les cours de l’Arabica à des plus hauts en deux ans. Des pluies tardives ont ensuite quelque peu rassuré les investisseurs sur l’état de la récolte. A Londres, la tonne de Robusta pour livraison en juillet valait 1.899  dollars, contre 1.920 dollars le vendredi précédent. A New York, la livre d’Arabica pour livraison en juillet valait 170,10 cents, contre 177,85 cents, sept jours auparavant. Les cours du cacao ont encore grimpé, atteignant de nouveaux plus hauts depuis 2011. Cette hausse est principalement attribuable à l’intérêt des investisseurs spéculatifs et aux perspectives pour le futur qui sont inquiétantes, puisque la production mondiale de cacao en 2014/2015 pourrait être durement atteinte par le phénomène climatique El Nino. Sur le Liffe de Londres, la tonne de cacao pour livraison en juillet valait 1.959 livres sterling vendredi, contre 1.951 livres sterling le vendredi précédent. Sur le ICE Futures US de New York, la tonne pour livraison en juillet valait 3.097 dollars, contre 3.079 dollars sept jours plus tôt. Les cours du blé ont souffert de ventes médiocres et d’un repli technique. Les prix du maïs et du soja ont poursuivi leur recul, pénalisés par une bonne météo et l’anticipation d’une bonne qualité des cultures. Le boisseau de blé pour la même échéance a clôturé à 6,1825 dollars contre 6,2725 dollars vendredi dernier (-1,43%). Le boisseau de maïs (environ 25 kg) pour livraison en juillet, le plus vendu actuellement, a fini vendredi à 4,5900 dollars contre 4,6575 dollars à la précédente clôture (-1,45%). Le boisseau de soja également pour livraison en juillet a terminé à 14,5700 dollars contre 14,9325 dollars en fin de semaine dernière (-2,43%).         
 L’or a terminé la semaine presque stable par rapport à vendredi dernier, étant tombé dans un premier temps à son plus bas niveau en quatre mois, avant de se reprendre après l’annonce des nouvelles mesures de la Banque centrale européenne (BCE). Le métal jaune a tout d’abord continué sur sa tendance baissière de la semaine dernière, principalement causée par des mouvements de ventes. Par la suite, le métal précieux s’est stabilisé au dessus de ce niveau, avant de rebondir jeudi après l’annonce de nouvelles mesures d’assouplissement monétaire en zone euro. La BCE a annoncé jeudi une série de mesures (abaissement du principal taux directeur et du taux de prêt marginal, prêts ciblés à long terme aux banques, octroi illimité de liquidités à court terme, etc.) pour tenter d’enrayer le ralentissement de l’inflation et encourager une croissance économique qui peine  à vraiment décoller en zone euro. Sur le London Bullion Market, l’once d’or a terminé à 1.247,50 dollars vendredi, contre 1.250,50 dollars le vendredi précédent. L’once d’argent a clôturé à 19,03 dollars, contre 19,00 dollars il y a sept jours. Les métaux de base échangés sur le London Metal Exchange (LME) ont reculé, dans un marché s’inquiétant des conséquences d’un potentiel démantèlement d’opérations financières adossées à des stocks de métaux industriels en Chine.          
Sur le LME, la tonne de cuivre pour livraison dans trois mois s’échangeait  à 6.674 dollars, contre 6.867,75 dollars le vendredi précédent, l’aluminium valait 1.851 dollars la tonne, contre 1.851,25 dollars, le plomb valait 2.075 dollars la tonne, contre 2.103 dollars, l’étain valait 23.020 dollars la tonne,  contre 23.120 dollars, le nickel valait 18.624 dollars la tonne, contre 19.192 dollars et le zinc valait 2.075,50 dollars la tonne, contre 2.060 dollars.

DONNEZ VOTRE AVIS

Il n'y a actuellement aucune réaction à cette information. Soyez le premier à réagir !

S'inscrire
Presedant
Suivent
 

Donnez votre avis

Aidez nous à améliorer votre site en nous envoyant vos commentaires et suggestions