vendredi 16 novembre 2018 09:27:45

Elle a ete inhumee jeudi au cimetiere de Sidi-Yahia a Alger : Un dernier hommage à Noura, la diva de la chanson algérienne

La ministre de la Culture, Nadia Labidi, des artistes et de nombreux admirateurs ont rendu, jeudi dernier, au palais de la culture Moufdi-Zakaria à Alger et au cimetière de Sidi-Yahia, un dernier hommage à l'une des plus grandes cantatrices de la chanson algérienne, Noura, décédée dimanche à Paris à l’age de 72 ans suite à une longue maladie.

PUBLIE LE : 07-06-2014 | 0:00
Ph: T.Rouabah

La ministre de la Culture, Nadia Labidi, des artistes et de nombreux admirateurs ont rendu, jeudi dernier, au palais de la culture Moufdi-Zakaria à Alger et au cimetière de Sidi-Yahia, un dernier hommage à l'une des plus grandes cantatrices de la chanson algérienne, Noura, décédée dimanche à Paris à l’age de 72 ans suite à une longue maladie.

La famille artistique était en deuil, tels Zahira Yahi, Seloua, Mohamed Lamari, Akli Yahyatene, et bien d’autres étaient unanimes à louer les grandes valeurs de la dame, sa passion pour la musique et son grand dévouement pour l’Algérie. Elle a été enterrée, pour exaucer son dernier vœu, de reposer sur le sol algérien parmi les siens au  cimetière de Sidi Yahia, sur les hauteurs d'Alger. Les obsèques de la défunte ont attiré une foule nombreuse.
C’est une Aida Guechoud bouleversée, les larmes aux yeux, la mort dans l’âme que nous avons rencontrée au palais de la culture. Venue rendre un dernier hommage à la défunte, elle indique que Noura était une grande dame de la chanson algérienne qui produisait un art propre. « C’est ma moitié qui est partie avec Noura quand j’ai appris qu’elle nous a quittés pour un monde meilleur, c’est la chanson d’antan qui est en train de mourir, elle était une artiste si généreuse avec un charme et un look impressionnants ». L’interlocutrice a appelé la nouvelle génération a faire de Noura une icône musicale algérienne, et assurer cette relève : « Le passé ne peut jamais mourir surtout lorsqu’il s’agit des piliers de l’art algérien dont la jeunesse doit assurer la relève et honorer la mémoire des anciens », a-t-elle souhaité avant d’appeler pour une revisite du répertoire de Noura pour honorer sa mémoire et inscrire son nom en lettres d’or  : « C’est le rôle des médias d’immortaliser les œuvres de Noura, et de faire des émissions et des documentaires à son sujet », a-t-elle suggéré.
Le musicologue Abdelkader Bendaâmache a qualifié la défunte d « icône de la chanson algérienne » avec ses 500 titres, elle a représenté pour beaucoup d’Algériens toute l’identité et la culture de leur pays légués en héritage aux nouvelles générations. « Nous n’avons pas perdu Noura, c’est une décision divine que nous acceptons en tant que croyants », a-t-il déclaré avant de revenir sur les aspects qui ont fait de Noura une chanteuse hors pair, notamment son interprétation de plusieurs genres en plusieurs langues avec une grande aisance : « Elle a chanté du patriotique en reprenant Ali Maàchi et Amirouche, la musique du sport, la chanson française qu’elle interprétait avec brio et dans laquelle elle pouvait faire une grande carrière internationale, mais surtout, le fait qu’aujourd’hui elle reste considérée comme l’une des plus grandes chanteuses kabyles, quoique le kabyle n’était pas sa langue maternelle », a-t-il fait remarquer. Et, afin d’immortaliser les œuvres de la défunte, l’interlocuteur a rappelé le grand hommage qui lui a été consacré en 2012 et durant lequel elle a dit en voyant un coffret de ses 500 titres : « Je suis heureuse de voir mes œuvres sauvegardées, je peux mourir en paix à présent ». Née Fatima Zohra Badji, Noura est reconnue comme la première chanteuse  qui a bénéficié du statut de star par des thèmes proches à tous les Algériens et en exploitant différents  registres des folklores régionaux et exploré toutes les sonorités des arts populaires algériens et des pays voisins, comme indique Mohamed Lamari, qui a fait une dizaine de tournées avec elle à travers le monde. Elle est également la première chanteuse maghrébine à obtenir un disque d'or au début des années 1970. Repose en paix Nora, ta voix de cantatrice résonnera à jamais dans nos cœurs.
Kader Bentounès


 

DONNEZ VOTRE AVIS

Il n'y a actuellement aucune réaction à cette information. Soyez le premier à réagir !

S'inscrire
Presedant
Suivent
 

Donnez votre avis

Aidez nous à améliorer votre site en nous envoyant vos commentaires et suggestions