jeudi 19 octobre 2017 21:05:16

Mustapha Mekideche, vice-president du CNES : « Le plan d’action du gouvernement comprend de grands enjeux économiques et sociaux »

Le vice-président du Conseil national économique et social (CNES) et expert économique, Mustapha Mekidèche, a estimé, hier, que le plan d’action du gouvernement soumis actuellement à débat à l’Assemblée populaire nationale comprend plusieurs grands enjeux dans les domaines économique et social

PUBLIE LE : 05-06-2014 | 0:00

Le vice-président du Conseil national économique et social (CNES) et expert économique, Mustapha Mekidèche, a estimé, hier, que le plan d’action du gouvernement soumis actuellement à débat à l’Assemblée populaire nationale comprend plusieurs grands enjeux dans les domaines économique et social, « mais le plus important enjeu de l'Algérie est actuellement la nécessité de se concentrer sur la production nationale et revoir sa politique d'industrialisation et fournir tous les moyens afin de mettre un terme à l'importation. »
S’exprimant sur les ondes de la Chaîne 1 de la Radio nationale, l’expert a souligné la nécessité d’œuvrer au développement de l’économie nationale, à travers le développement de la ressource humaine pour offrir la main-d’œuvre qualifiée et la création de pôle industriels. « Ces facteurs vont contribuer à la réduction de l'importation et lutter contre le marché parallèle », a-t-il précisé, tout en mettant l’accent sur « la nécessité de créer un front national qui inclut tous les partenaires sociaux, contre la politique d’importation selon une vision politique économique. » L’expert économique, a estimé également que « parmi les points positifs contenus dans le plan du gouvernement,  figure notamment la lutte contre le chômage, dont le taux est actuellement autour de 10%, à même de créer un tissu social équilibré. Il citera aussi, la réduction du taux d'inflation, actuellement estimé à 3,5%, afin d’atteindre le taux de croissance prévu à 7%, tout en accordant plus d'intérêt à l’agriculture. Dans le même contexte, M. Mekidèche, a souligné la nécessité de revoir certaines dispositions, notamment la pression exercée sur la balance des paiements algériennes, « car les exportations hors hydrocarbures sont suffisantes à nos jours et l'importation inacceptable est estimé à plus de 50%, en plus de la déficience enregistrée dans le secteur de l’industrie, qui contribue avec 5% seulement dans la balance des paiements.» Evoquant par ailleurs l'amélioration du climat des affaires et les mesures d’encouragement à l'investissement, l’invité de la Chaîne 1, a insisté sur la nécessité de mettre en place une politique visant à faciliter le processus d'investissement en levant toutes les entraves de la bureaucratie rencontrés par les investisseurs qui souhaitent créer une entreprise ou lancer un projet industriel, et l'élimination de la pénurie en matière de foncier industriel, tout en soulignant l'importance de la participation du secteur public et privé et le soutient de  l'Etat aux entreprises privées. Appelé à s’exprimer à propos des consultations initiées autour du projet de révision de la Constitution, M. Mekidèche a souligné le rôle du CNES, dans l’évaluation des politiques publiques, estimant que ce dernier constitue un acquis pour l’Algérie, ceci d’autant plus que « la continuité de ce conseil sera assurée à travers sa constitutionnalisation », a-t-il enfin affirmé.
Salima Ettouahria
 

DONNEZ VOTRE AVIS

Il n'y a actuellement aucune réaction à cette information. Soyez le premier à réagir !

S'inscrire
Presedant
Suivent
 

Donnez votre avis

Aidez nous à améliorer votre site en nous envoyant vos commentaires et suggestions