dimanche 17 dcembre 2017 09:20:24

Mme Benghebrit a Djelfa et Medea : « Vers une révision du système des examens »

Les épreuves du baccalauréat se sont déroulées dans «des conditions normales»

PUBLIE LE : 05-06-2014 | 0:00
D.R

« Le secteur de l’éducation nationale va vers une révision du système des examens », a révélé, hier à Djelfa, sa première responsable, Mme Nouria Benghebrit.

Le dossier de révision du système des examens « est ouvert ». Une commission a été chargée de réfléchir à la question, a expliqué la ministre de l’Education nationale dans une déclaration à la presse, en marge d’une cérémonie d’ouverture des plis des épreuves d’histoire et géographie, à l’avant dernier jour du baccalauréat 2014, au lycée Tahiri-Abderrahmane de la ville.
« Des propositions en conséquence seront émises en juillet prochain », a-t-elle ajouté, estimant que le système actuel des examens est « lourd et nécessite trop de mobilisation ». Partant de là, a-t-elle souligné, « nous ne pouvons pas continuer à travailler de cette manière ».
Après avoir indiqué que cette révision se fera avec tous les partenaires concernés du système éducatif, Mme Benghebrit a fait cas de l’existence actuellement de plusieurs hypothèses envisagées, à l’instar des examens blancs, l’exploitation des fiches de synthèse, ou l’organisation d’une deuxième session, « qui n’est pas applicable cette année », a-t-elle précisé. S’exprimant sur les épreuves du baccalauréat de la session 2014, la ministre a assuré qu’elles se déroulent dans de « bonnes conditions », observant qu’au lieu de parler de prévisions de réussite, il est plus judicieux de « souhaiter le succès à tous les candidats à cet examen ».
Interrogée sur le manque accusé par la wilaya en matière d’encadrement dans les langues étrangères notamment, Mme Benghebrit s’est engagée à la mise au point d’un « plan pour la prise en charge de cette question ».
Elle a soutenu que la couverture de ce déficit, tant à Djelfa que dans les autres wilayas, nécessite de réfléchir au transfert du personnel qualifié dans les wilayas où il est en surplus aux wilayas où les besoins se font ressentir, en leur assurant les conditions nécessaires ».

Le dialogue doit s’instaurer au sein de la famille de l'éducation
La ministre de l'Education nationale, Mme Benghebrit, a exprimé, hier à Médéa, son souhait de voir « s'instaurer un dialogue permanent au sein de la famille de l'éducation nationale », en soulignant que le secteur « a besoin de stabilité et d'un répit sur le front social pour pouvoir jouer pleinement le rôle qui lui est dévolu ».
S'exprimant en marge de sa visite d'inspection d'un centre d'examen des épreuves du baccalauréat, au niveau de la commune de Médéa, Mme Bengherbit a indiqué que son département ministériel « va tout mettre en place pour parvenir, d'ici peu, à une sorte de pacte de paix avec les différents partenaires du secteur de l'éducation ». « Un tel pacte implique l'adhésion de tous les acteurs, notamment les syndicats, et l'engagement d'un dialogue permanent entre les différents administrations, syndicats, parents d'élèves et enseignants", dira-t-elle.
La ministre a fait part, aussi, de son intention de « mettre en place une charte d'éthique et de déontologie » qui va permettre à l'enseignant "d'être un acteur essentiel dans le processus de refonte pédagogique » que le ministère « s'emploie, d'ores et déjà, à mettre sur rails ».
 « L'objectif d'une telle démarche est de réaliser un saut qualitatif en matière d'éducation et d'enseignement », a-t-elle ajouté. Evoquant les résultats des réformes de l'éducation, Mme Benghebrit, a fait part de « certaines insuffisances dues au manque de cohésion entre les parties concernées par l'exécution de ces réformes, au manque de système d'évaluation et de suivi de l'opération, ainsi qu'à l'absence d'une instance chargée de les piloter ».
 « Le perfectionnement du système pédagogique actuel, le renforcement de la formation de l'encadrement et la gouvernance, vont constituer les trois principaux leviers de la refonte pédagogique que le ministère entend mettre en application, dès cette année, pour pallier aux insuffisances constatées et améliorer les compétences des élèves », dira encore la ministre de l'Education nationale.

----------------------------------

Les épreuves du baccalauréat se sont déroulées dans «des conditions normales»
En marge du débat sur le plan d’action du gouvernement à l’Assemblée Populaire Nationale, la ministre a précisé que les épreuves du baccalauréat qui sont à leur quatrième jour «se sont déroulées dans des conditions normales» dans plus de 2.000 centres d’examen, à travers le territoire national», relevant «certaines tentatives de fraude lors desquelles la loi a été appliquée par les surveillants» dans les wilayas d’El-Tarf et de Skikda, a-t-elle indiqué. «Des cas de violence verbale et physique du fait de candidats contre des surveillants ont été recensés, en raison de la pression et du stress, ce qui a contraint les surveillants à exclure certains d’entre eux» des centres d’examen.

DONNEZ VOTRE AVIS

Il n'y a actuellement aucune réaction à cette information. Soyez le premier à réagir !

S'inscrire
Presedant
Suivent
 

Donnez votre avis

Aidez nous à améliorer votre site en nous envoyant vos commentaires et suggestions