mercredi 13 dcembre 2017 10:16:31

Protection de l’environnement : Une préoccupation de tous les instants pour l’entreprise

L’Agence nationale des changements climatiques a organisé, hier à l’auditorium de la SNVI à Rouiba (Alger), une journée de sensibilisation sur l’environnement sur le thème «Intégration de l’inventaire des gaz à effet de serre dans la démarche de management environnemental».

PUBLIE LE : 05-06-2014 | 0:00
Ph : Billal

L’Agence nationale des changements climatiques a organisé, hier à l’auditorium de la SNVI à Rouiba (Alger), une journée de sensibilisation sur l’environnement sur le thème «Intégration de l’inventaire des gaz à effet de serre dans la démarche de management environnemental».

S’exprimant en marge de cette rencontre, Mme Dahleb Fazia, directrice du Centre national des technologies de production propre (CNTPP), a souligné que cette rencontre entre dans le cadre de la semaine de sensibilisation initiée par le ministère de l’Environnement et qui a pour objectif, «la sensibilisation de tous les acteurs qui interviennent, que ce soit de près ou de loin dans l’environnement».
Elle ajoute également que «les entreprises industrielles sont un acteur majeur dans ce  processus». Dahleb Fazia a mis l’accent sur la création du CNTPP en soulignant que «celui-ci est créé sous tutelle du ministère de l’Aménagement du Territoire et de l’Environnement, et a pour mission principale d’assister techniquement  les entreprises du secteur industriel pour mettre à niveau les processus de production, et cela à travers les études environnementales».
La réglementation algérienne exige «des entreprises exerçant dans les nouvelles activités de réaliser une étude d’impact sur l’environnement. Ladite étude doit démontrer que cette activité n’aura pas d’impact sur l’environnement et sur le cadre de vie des citoyens», a-t-elle ajouté. Concernant les entreprises qui sont déjà en activité, elle indique que «nous avons également l’audit environnemental, lequel consiste en le recensement de toutes les pollutions générées et qui donne des recommandations aux entreprises». Il convient de noter que l’activité industrielle est classée en quatre catégories : la première catégorie concerne les activités nécessitant une autorisation du ministère de l’Environnement, la deuxième par le wali et la troisième par le président de l’APC». S’agissant de la quatrième catégorie, la directrice a souligné que «celle-ci est liée directement aux petites activités qui doivent être simplement déclarées à l’APC». Mettant l’accent sur la loi  de 1983 sur l’environnement, l’experte a rappelé que «cette loi a présenté beaucoup de vides juridiques qui n’étaient pas en effet applicable à certains domaines de l’environnement ; par contre, la nouvelle loi de 2003 a permis d’appliquer beaucoup de textes sur les déférents domaines». P
ar ailleurs, le délégué de l’environnement, Dahleb Fazia, fait savoir que «celui-ci est un conseiller de la direction générale et de ses responsables hiérarchiques directs»,  ajoutant qu’«une stratégie est mise en place pour aider ce délégué à l’exercice de son métier dans un climat favorable». Pour appuyer ses dires,  elle a relevé que «la CNTPP organise des cycles de formation à tous les délégués au niveau national, un manuel d’environnement est mis à leur disposition et sert à leur montrer comment appliquer sur le terrain, la démarche environnementale de l’entreprise, notamment la gestion des déchets». Il est à noter que le délégué pour l’environnement est enfin un meneur d’équipe, un animateur de réunions et un formateur du personnel. «Il est le garant de la prise en compte de la protection de l’environnement dans le fonctionnement quotidien de l’entreprise», a-t-elle expliqué.
Makhlouf Ait Ziane
 

DONNEZ VOTRE AVIS

Il n'y a actuellement aucune réaction à cette information. Soyez le premier à réagir !

S'inscrire
Presedant
Suivent
 

Donnez votre avis

Aidez nous à améliorer votre site en nous envoyant vos commentaires et suggestions