jeudi 15 novembre 2018 10:16:42

Dans la lucarne : L'heure de vérité

Après avoir communiqué officiellement sa liste des 23, Halilhodzic est complètement libéré de la pression induite justement par cette opération.

PUBLIE LE : 05-06-2014 | 0:00
D.R

Après avoir communiqué officiellement sa liste des 23, Halilhodzic est complètement libéré de la pression induite justement par cette opération.
Certes, le départ de Guedioura a provoqué quelque émotion et de l'amertume auprès de certains joueurs, mais aussi des observateurs. Néanmoins, on n'y peut rien du fait que les choix du sélectionneur national, Vahid Halilhodzic, sont quasi sacrés. En effet, il est le seul responsable du fait qu'en cas d'échec, c'est lui à qui on demandera des comptes. C'est une certitude, puisque Halilhodzic lui- même saisit mieux que personne cette situation. Il sait que si le résultat ne suit pas lors de ce Mondial, on ne lui fera pas de cadeau. C'est pour cette raison qu'il ne veut entendre que ses propres pulsions, ce que lui dicte sa conscience. Il est vrai que ces décisions de retirer d'abord Doukha, puis Guedioura de la liste des 23 n'allaient pas faire l'unanimité du fait que ces deux éléments avaient laissé un sentiment de désapprobation assez vaste, eu égard à la qualité de ces deux éléments, mais son choix est fait et personne n'y peut rien. Il a choisi, il faudra faire avec. Quelles que soient les réactions qu'une telle action suscite, il faudra penser à ce Mondial qui s'emmanchera dès ce 12 juin pour la fine fleur mondiale du football et notamment pour le match inaugural entre le Brésil et la  Croatie. En ce qui nous concerne, ce sera contre la Belgique le 17 juin à partir de 17h00. Donc, quels que  soient les joueurs qu'il aura cochés sur son calepin pour faire le voyage au pays de la samba, Halilhodzic aura ainsi les coudées franches pour mener son groupe comme il l'aura souhaité. Car, il n'a jamais manqué d’occasion pour dire que «je ne suis ni un mouton, ni un béni-oui-oui». Une façon de dire que personne ne s'immiscie dans ses affaires et que c'est lui seul qui prend les décisions qui concernent directement l'équipe nationale. Ce qui renforce ses certitudes demeure lié au fait que le Bosnien est en fin de contrat. Décodé, cela signifie qu'après le Mondial, il aura accompli sa mission avec l'EN en la qualifiant à la CAN 2013, mais aussi au Mondial 2014. Il peut donc partir avec la ferme conviction d'avoir accompli le travail pour lequel il a été recruté au mois de juillet 2011. Il est d'ailleurs l'un des rares entraîneurs à pouvoir faire du début jusqu'à la fin son contrat. S'il compte son poste à la tête de l'équipe nationale, on peut dire qu'il l'avait terminée en apothéose avec une participation à un Mondial. Même s'il part après ce rendez-vous mondial, on peut dire que c'est tout "bénef" pour lui, surtout que ce ne sont pas les contacts qui manquent. On souhaite seulement qu'il parte avec un résultat probant avec les Verts.
    H. G.

DONNEZ VOTRE AVIS

Il n'y a actuellement aucune réaction à cette information. Soyez le premier à réagir !

S'inscrire
Presedant
Suivent
 

Donnez votre avis

Aidez nous à améliorer votre site en nous envoyant vos commentaires et suggestions