vendredi 20 octobre 2017 17:16:46

Poursuite à l’APN de l’examen du plan d’action du gouvernement : La croissance économique, une préoccupation des députés

Les députés de l’Assemblée populaire nationale ont souligné, hier à Alger, les mesures contenues dans le plan d’action du gouvernement, notamment celles touchant l’industrie, l’agriculture et des infrastructures de base et visant à booster la croissance économique de l’Algérie.

PUBLIE LE : 04-06-2014 | 0:00
D.R

Les députés de l’Assemblée populaire nationale ont souligné, hier  à Alger, les mesures contenues dans le plan d’action du gouvernement, notamment celles touchant l’industrie, l’agriculture et des infrastructures de base et visant à booster la croissance économique de l’Algérie.
Lors des débats autour du plan d’action du gouvernement, plusieurs intervenants ont noté que ce plan prévoit les moyens pour impulser le développement et la croissance à travers des «programmes concrets» dont le but et d’atteindre un taux de croissance de 7% à l’horizon 2019. Les députés ont été également nombreux à souligner que le plan accorde des incitations pour améliorer l’environnement des affaires et moderniser le système bancaire qui sont tous des moyens d’encourager l’investissement dans l’industrie et l’agriculture et les travaux publics. Mohamed Mediani, indépendant, a indiqué que le gouvernement doit adopter des mesures afin d’améliorer le rythme de réalisation des autoroutes en faveur  de toutes les wilayas. Les interventions des députés au troisième jour des débats ont porté,  par ailleurs, sur la nécessité de promouvoir des secteurs tels que l’agriculture  et l’industrie, qui sont à même de constituer une alternative à une économie basée sur les hydrocarbures. Ainsi, Messaouda Djeghoula, du Front de libération nationale (FLN) a estimé que le plan d’action est susceptible d’augmenter les investissements dans l’agriculture et l’industrie pour aboutir à la création de richesse et  d’emploi. L’économie algérienne souffre toujours d’une grande dépendance aux  hydrocarbures et il faut encourager d’autres sources de création de richesses, à savoir l’agriculture et l’industrie», a indiqué, de son côté, Lakhdar Nouri,  du Rassemblement national démocratique (RND). Noredine Bourkaïn, du Front des forces socialistes (FFS), a estimé  quant à lui, que «la politique économique du gouvernement telle que déclinée  par le plan d’action consacre la dépendance aux hydrocarbures alors que la poursuite  de cette tendance constitue un danger pour les générations futures». Pourquoi n’avons-nous pas développé l’agriculture qui doit être une priorité pour la sécurité alimentaire alors qu’il y a détérioration des terres  agricoles comme la Mitidja ?», s’est-il interrogé.

 

DONNEZ VOTRE AVIS

Il n'y a actuellement aucune réaction à cette information. Soyez le premier à réagir !

S'inscrire
Presedant
Suivent
 

Donnez votre avis

Aidez nous à améliorer votre site en nous envoyant vos commentaires et suggestions