dimanche 22 octobre 2017 21:46:14

Journée mondiale de l’environnement : L’Algérie s’investit dans la préservation de son patrimoine naturel

L’Algérie s’est engagée, depuis plus de trois décennies, dans la préservation de l’environnement.

PUBLIE LE : 04-06-2014 | 0:00
D.R

L’Algérie s’est engagée, depuis plus de trois décennies, dans la préservation de l’environnement. En  effet, la question environnementale a toujours été au centre des préoccupations des pouvoirs publics qui   ont misé sur le renforcement de l’arsenal juridique et des actions soutenues pour protéger ses ressources naturelles, mais également améliorer la qualité de l’environnement et la lutte contre les facteurs  contribuant à la dégradation de Dame Nature et des écosystèmes.

La volonté affichée par les autorités  de  revaloriser l’approche environnementale s’est déclinée par plusieurs mécanismes et instruments réglementaires, soutenus par des textes d’application qui vont  de  l’obligation des industriels de se soumettre aux lois relatives à la protection de l’environnement, aux sanctions et même des peines d’emprisonnement, à l’instar de la loi portant sur  la gestion,  le contrôle et l’élimination des déchets,  ainsi  que  la  loi  qui a trait à  la valorisation du littoral, en sus de la création de fonds.
Des mécanismes de financement et d’incitation ont été, dans le cadre de la même démarche, mis en place, comme c’est le cas du Fonds national de l’environnement et de dépollution, ou encore le Fonds national de régulation et de développement agricoles qui allie, à la fois, l’aspect économique et l’approche écologique. Il faut dire que la lutte contre la désertification n’est pas en reste de la politique environnementale, soutenue par le Fonds de lutte contre la désertification et de développement du pastoralisme et de la steppe. Aujourd’hui, notre pays, conscient  des enjeux environnementaux, ne cesse de s’investir pleinement dans la protection du patrimoine naturel, de plus en plus exposé, en raison du boom démographique et de l’activité industrielle, à la dégradation, à même d’accélérer le phénomène de disparition de certaines espèces faunistiques et floristiques, l’avancée du désert  et l’amenuisement des ressources en eau. La protection de l’environnement est  devenue, désormais, une réalité en Algérie qui s’oriente doucement, mais sûrement, vers l’économie verte, qui demeure le moyen le mieux approprié pour réduire les effets des changements climatiques sur  les différents secteurs qui se font d’ores et déjà voir. C’est dire toute l’importance que requiert la question environnementale,  indissociable des aspects politique et économique.
Samia D. 

---------------------------

Valoriser le vert
L’Algérie,  à l’instar de la communauté internationale, commémore  la journée mondiale de l’Environnement,  un évènement qui, au-delà de son aspect festif, se veut une tribune pour plaider en faveur de la préservation de l’environnement et des ressources naturelles, pour leur plupart tarissables.  En effet,  le 5 juin de chaque année est une occasion propice pour faire de la question environnementale, un  acte de citoyenneté qui  revient au quotidien.   La valorisation de la biodiversité, de la qualité de l’air que nous respirons dépend, en grande partie, du degré de conscience du  citoyen quant à  l’importance de veiller à la  protection de l’environnement  qui est  loin d’être un luxe, et encore moins l’affaire d’un seul secteur. L’écocitoyenneté n’est pas un concept idéologique, mais plutôt  un comportement qui obéit à des enjeux impérieux.
Il est donc temps de tirer un enseignement approprié sur les causes et les conséquences de la dégradation de notre environnement, d’où le rôle de la sensibilisation et  l’élévation du niveau de la culture environnementale chez le citoyen, notamment l’enfant.    
L’information est même devenue vitale pour valoriser le  «vert». Aussi,  la démarche des pouvoirs publics mise aussi sur l’intégration de cet aspect dans les programmes pédagogiques, pour créer, chez l’enfant, l’attachement à son cadre de vie et l’environnement où il évolue. L’arbre, l’eau, la pollution de l’atmosphère, la faune et la flore, et autant de questions  qui sont abordées dans les classes, soutenues par une approche participative et des sorties sur le terrain qui permettent de se familiariser avec la nature. Il faut dire aussi  que de nombreux clubs verts ont été installés dans les établissements  scolaires d’outils didactiques pour l’éducation environnementale à 24.000 établissements scolaires, de la création de 8.000 clubs verts et de la construction de 49 Maisons de l’environnement, même s’il reste  encore beaucoup à faire pour que le citoyen s’intéresse de près à son environnement. La célébration de la journée mondiale de l’Environnement est aujourd’hui une occasion pour évaluer et même apporter des rectificatifs à toutes les actions engagées pour protéger notre patrimoine naturel.
S. D.

DONNEZ VOTRE AVIS

Il n'y a actuellement aucune réaction à cette information. Soyez le premier à réagir !

S'inscrire
Presedant
Suivent
 

Donnez votre avis

Aidez nous à améliorer votre site en nous envoyant vos commentaires et suggestions