lundi 11 dcembre 2017 01:28:12

Poursuite à l’APN de l’examen du plan d’action du gouvernement : Un plan Marshall pour les forêts

L’amélioration des conditions de vie du citoyen au cœur du débat

PUBLIE LE : 04-06-2014 | 0:00
D.R

Hier et pour le troisième jour consécutif, les débats autour du plan d’action du gouvernement se sont poursuivis à l’Assemblée populaire nationale.

La santé, l’éducation, l’enseignement supérieur, l’agriculture, l’industrie, le système bancaire et financier, le découpage territorial, énergie,  la justice, la révision de la constitution, tamazigh, la culture et la communauté nationale à l étranger ont été, dans le désordre, les volets sur lesquels les députés du FLN, du RND, du PT, du FFS et de l’Alliance de l’Algérie verte (AAV)  ont focalisé leurs interventions. Pour les députés du FLN, dont le soutien au plan d’action  est réitéré systématiquement, il est clair que ce plan  permettra de concrétiser les engagements du Président de la République .
Un député indépendant a estimé que les mesures contenues dans ce plan d’action répondent aux aspirations des citoyens alors que du côté du FLN,  on n’hésite pas à demander plus de mesures sociales pour gagner la confiance des Algériens. Pour ce qui de l’enseignement supérieur une députée issue du parti FLN a insisté sur la nécessité d’offrir aux étudiants une formation pratique et à la carte pour s’adapter aux besoins de l’économie nationale. La même intervenante a suggéré la révision de la loi 90-04 sur la protection du patrimoine national du fait que sa mise en œuvre est difficile  Pour ce qui est de l’agriculture d’autres députés de cette formation souhaitent à ce que ce secteur se voit accorder plus de soutien pour être en mesure d’assurer la sécurité alimentaire. Un député du même groupe parlementaire demandera la mise en place d’un plan Marshall pour le secteur des forêts. Le renforcement des investissements dans ce secteur sera proposé. De même qu’il sera demandé  à ce que le gouvernement accompagne davantage l’économie nationale d’autant sera-t-il souligné que le secteur de l’industrie n’a pas réussi à se hisser au niveau des investissements consentis par l’Etat. Pour ce qui du nouveau découpage territorial, un député du PT demandera au Premier ministre de préciser les mécanismes de sa mise en œuvre et les délais dans lesquels il doit être réalisé. Il posera la question de savoir si ce découpage concerne uniquement le Sud et les Hauts Plateaux. Pour ce qui de la lutte contre la corruption le FLN dira par la voix d’un de ses députés souscrire aux mesures annoncées dans le cadre de ce plan d’action et ce pour mettre fin aux abus et autres dépassements constatés. Dans le sillage de cette intervention il sera demandé ce qui est advenu des rapports élaborés par la Cour des comptes. Un député du FFS, qui estime que l’exploitation du gaz de schiste constitue une menace pour l’environnement, s’est demandé pourquoi l’Algérie veut rester dépendante des hydrocarbures, alors que le secteur qui peut lui assurer la sécurité alimentaire, en l’occurrence l’agriculture, est sous-exploité. Quant à un député issu de l’AAV, il demandera au Premier ministre d’expliquer les raisons derrière la suppression dans l’actuel gouvernement de certains départements ministériels. Pour ce qui de tamazigh un député du PT regrettera le fait que le plan d’action ne mentionne nullement l’officialisation de tamazigh ce qui dénote selon lui de l’absence d’une volonté politique de prendre en charge cette question. L’ANP n’aura pas été en reste lors des débats d’hier, puisque un hommage appuyé lui a été rendu pour son dévouement et l’accomplissement de ses missions dont celle de la surveillance des frontières. Selon un député du PT, la politique sécuritaire mise en œuvre au niveau des frontières sud est efficiente. Il demandera aussi la prise de mesures complémentaires, notamment aux volets social et économique au profit des jeunes de ces régions.
Nadia Kerraz

--------------------------------

L’amélioration des conditions de vie du citoyen au cœur du débat
L’amélioration des conditions de vie du citoyen a été au centre des interventions, hier, de nombreux députés à l’Assemblée populaire nationale lors du débat sur le plan d’action du gouvernement. Plaidant pour que soit donnée la priorité aux investisseurs nationaux,  la représentante du groupe parlementaire du Front de libération nationale (FLN),  Kheira Bounâadja, a mis l’accent sur la nécessité d’améliorer la prise en charge sanitaire des citoyens au niveau des établissements publics et à mettre fin aux «problèmes récurrents du matériel en panne».  
La révision de la politique de l’habitat rural, ainsi que l’augmentation  du montant d’aide octroyé par l’Etat dans le cadre du logement social ont  été également soulevées par le député-FLN Ali Bencheikh. Le même intervenant a relevé les «lacunes» dont souffre le secteur de la santé, en dépit, a-t-il dit, des «efforts» fournis par les pouvoirs publics. Il a suggéré, à ce propos, que soient hissées au rang d’établissements  de santé universitaires, les structures situées à proximité des pôles universitaires,  de même qu’il a insisté sur l’importance du facteur humain comme étant un «élément  essentiel» de toute politique de développement. De son côté, la députée Abla Boussaha, du même parti, a plaidé pour  l’indépendance de la justice et pour que soit mis fin à «toutes les formes  d’injustice et de corruption» afin, dit-elle, de «barrer la route aux mécontentements  sociaux». Intervenant sur le même thème, le député Mohamed-Amine Benâazza  a estimé que le gouvernement fait face à un «grand défi», celui de «mener une  guerre contre la corruption», à travers notamment «le contrôle des transactions  économiques publiques et la prise en charge des dossiers sensibles».  Le député du groupe parlementaire du Front des forces socialistes (FFS),  Noureddine Bourkaine, a dénoncé la dilapidation du foncier au profit de  «personnes proches de cercles dirigeants».
En revanche, Mourad Sennani, du Parti des travailleurs (PT), a mis  l’accent sur la nécessité de «sécuriser nos frontières», eu égard aux «menaces  existantes». Il a rendu hommage à l’abnégation des éléments de l’Armée nationale  populaire  pour faire face à ces menaces «à chaque fois que nécessaire». L’intervenant a salué les projections du plan d’action du gouvernement  concernant le développement des régions du Sud, considérant les mesures énoncées  comme étant «aussi cruciales que le rôle de l’ANP à nos frontières». Pour lui, la politique sécuritaire «ne saurait être efficace sans une  politique de développement des infrastructures de base, à même de répondre aux  aspirations des habitants de ces régions», appelant à lutter contre les fléaux  liés à la contrebande et au terrorisme et à promouvoir les activités touristiques de sorte à exploiter le potentiel existant.  
L’encouragement de la sédentarisation des habitants dans cette partie du pays passe également, selon le même député, par une révision à la hausse de l’aide de l’Etat au logement rural, estimant que le montant de 700.000 DA, octroyé à cet effet reste «insuffisant».
 

DONNEZ VOTRE AVIS

Il n'y a actuellement aucune réaction à cette information. Soyez le premier à réagir !

S'inscrire
Presedant
Suivent
 

Donnez votre avis

Aidez nous à améliorer votre site en nous envoyant vos commentaires et suggestions