vendredi 21 septembre 2018 19:44:50

Au troisième jour du Baccalauréat : Des épreuves jugées abordables par les candidats

Ain-defla : Un candidat se défenestre mais reprend son examen grâce au psychologue…

PUBLIE LE : 04-06-2014 | 0:00
D.R

Au troisième jour de l’examen du baccalauréat, session 2014, la philosophie était au programme pour les candidats relevant de la série lettres, et les sciences naturelles au menu pour les classes scientifiques et de maths.
Hier, au niveau des centres d’examen de la capitale, certains candidats continuaient à appréhender les sujets, par contre la plupart d’entre eux ont trouvé les sujets abordables. Ils n’ont pas manqué d’exprimer leur satisfaction quant au bon déroulement des épreuves.
Aux alentours du centre d’examen Arroudj et Kheireddine Barberousse (ex-Delacroix) à Alger, les candidats série « langues » étaient apparemment contents d’eux, au sortir de l’épreuve du matin. Ceux que nous avons rencontrés nous ont affirmé que le sujet de l’épreuve de philosophie était abordable, voire « très facile ».
Aussi, la plupart d’entre eux ont opté pour le deuxième sujet. « Le sujet portant sur la responsabilité était à la portée de tous. D’ailleurs, nous n’avons consommé que la moitié du temps réglementaire de l’examen », ont précisé un groupe de candidates à proximité du même centre d’examen.
Khouloud, l’une d’elles, a tenu à parler au nom de toutes : « J’ai très bien travaillé dans cette matière à coefficient élevé. Avec une bonne note multipliée par six, je suis à peu près certaine d’avoir mon Bac. Il faut dire que les sujets étaient à la portée de tout élève ayant ‘‘correctement’’ travaillé au cours de l’année », a-t-elle estimé. Et à sa copine Linda d’enchaîner : « Nous avons très bien négocié le sujet, mais toujours est-il que nous appréhendons la correction ». Un peu à l’écart, Mohamed Amine semble soulagé. « Honnêtement, je ne m’attendais pas à un sujet aussi accessible. Il était à la portée de tous, notamment ceux qui ont eu une scolarité normale et qui ont bien révisé le programme », a-t-il affirmé.
Un peu plus loin à proximité du centre d’examen Omar Racim les candidats scientifiques se plaignaient du sujet qui était « trop long ». Ils sont unanimes à dire que « quatre heures ne suffisaient pas à répondre à toutes les questions posées ». Déçu par le sujet des sciences naturelles, Safa a affirmé que le sujet était « long et compliqué ». Même remarque pour Mélina et Zohir. « Les questions étaient indirectes et présentaient des difficultés dans la compréhension ».
Formant un petit groupe un peu plus loin, Kenza, Neila et Khadidja estiment que le sujet était « abordable », mais le temps était « insuffisant. A vrai dire, nous n’avions pas eu de choix car les deux sujets étaient longs », expliquent-elles. Conscientes de l’importance des sciences naturelles dans leur filière, ces scientifiques avouent que, désormais, elles misent sur les maths et la physique.
En tout état de cause, les épreuves se poursuivront jusqu’à demain et les résultats sont connus le 6 juillet prochain.
La phase correction aura lieu la semaine prochaine au niveau des  57 centres de correction répartis à travers plusieurs wilayas du pays. Une lourde mission pour les 34.000 correcteurs et autres chefs de centre, secrétaires, présidents de commissions de correction… mobilisés pendant une quinzaine de jours.
La nouveauté pour le Bac 2014, dans cette importante opération réside dans le fait que l’Office national des examens et concours (Onec) a désigné dans chaque centre de correction un « enseignant-évaluateur » à qui il a été confié la mission de revoir le barème de notation. Il aura pour tâche de consulter les sujets par rapport au seuil des cours fixé par la commission d’évaluation des programmes, et le barème de notation sur le plan pédagogique.
Si l’enseignant observe une certaine anomalie, il procèdera à la révision du barème mis en place de sorte qu’il y ait un équilibre entre la question et la note qui lui convient. De par cette nouvelle mesure, le ministère de l’Éducation entend rattraper les erreurs commises auparavant.
S. Sofi

-----------------------------------

Ain-defla
Un candidat se défenestre mais reprend son examen grâce au psychologue…
Plus de peur que de mal pour un candidat qui s’est défenestré de la salle d’examen, hier matin, au centre d’examen Djillali Bounâama d’El-Attaf, 30 km à l’ouest du chef-lieu de la wilaya d’Ain-Defla avons-nous appris auprès de la direction de l’éducation.
C’est à la lecture du sujet de philosophie que le jeune candidat, particulièrement stressé, a agi inconsciemment de la sorte, relate-t-on. Une chute d’un étage heureusement sans gravité pour lui et surtout une prise en charge psychologique immédiate qui lui a permis de retrouver ses esprits, de se requinquer et de reprendre son examen. La présence d’un psychologue au centre d’examen aux côtés de l’équipe médicale et paramédicale et des agents de la protection civile, s’est avérée ainsi salutaire pour le jeune candidat.

Des absences record
Au troisième jour des épreuves, le nombre des candidats déclarés absents s’est particulièrement alourdi. Si pour les élèves scolarisés le nombre d’absents s’élève à 114, et ce pour diverses raisons, allant de l’abandon pur et simple à l’empêchement pour raison de santé. Pour les candidats libres, par contre, ce sont 1.052 candidats qui ont été portés absents. Rappelons que 14.073 candidats sont inscrits pour cette session.
A. M. A.

BEJAIA
Les candidats sereins
Au quatrième jour de l’examen du baccalauréat, les candidats déclarent que les sujets sont abordables dans l’ensemble et les leçons font partie du programme enseigné. C’est ce que nous avons constaté à travers les quelques centres d’examen visités dans la wilaya de Bejaia.
Au centre d’examen Bezetout de la cité Adrar, les élèves de classes terminales mathématiques, trouvent que les épreuves du baccalauréat de cette année sont à leur portée dans la mesure où les candidats auront suivi une scolarité normale et ayant consacré une révision parfaite de tous les cours enseignés. Toutes les conditions ont été mises en place pour le bon déroulement de l’examen avec les moyens de restauration et de transport pour faciliter la tâche aux candidats. Selon les services de l’éducation de la wilaya le taux d’absentéisme des candidats a  atteint  7,19%, soit un total de 1.333 candidats, dont 1.199 candidats libres et 134 candidats scolarisés répartis entre 825 garçons et 508 filles sur les 18.542 candidats inscrits à cet examen et aucune tentative de fraude n’a été signalée. Par ailleurs on remarquera que le nombre de filles candidates est de 10.699 alors que les garçons sont au nombre de 7.849 candidats, soit une augmentation de 1.898 candidats par rapport à l’année dernière. Jeudi à 18h30, les candidats achèveront les dernières épreuves de cet examen tout en gardant le plein espoir d’arracher le billet vers l’enseignement universitaire.
 M. Laouer
 

DONNEZ VOTRE AVIS

Il n'y a actuellement aucune réaction à cette information. Soyez le premier à réagir !

S'inscrire
Presedant
Suivent
 

Donnez votre avis

Aidez nous à améliorer votre site en nous envoyant vos commentaires et suggestions