lundi 19 novembre 2018 17:36:08

Affaire Khalifa : ouverture de procès de l’ancien homme d’affaires Abdelmoumène Khelifa

Le procès de l’ancien homme d’affaires algérien Abdelmoumène Rafik Khelifa, poursuivi, ainsi que dix autres prévenus, pour notamment «banqueroute» et «détournement de fonds», s’est ouvert, hier, au tribunal correctionnel de Nanterre (Hauts-de-Seine), a-t-on constaté.

PUBLIE LE : 03-06-2014 | 0:00

Le procès de l’ancien homme d’affaires algérien Abdelmoumène Rafik Khelifa, poursuivi, ainsi que dix autres prévenus, pour notamment «banqueroute» et «détournement de fonds», s’est ouvert, hier, au tribunal correctionnel de Nanterre (Hauts-de-Seine), a-t-on constaté. Sur les douze prévenus dans cette affaire, neuf étaient présents à l’ouverture du procès qui s’étalera jusqu’au 21 juin, le principal accusé, Rafik Khelifa, étant déjà incarcéré depuis décembre 2013 en Algérie pour affaire similaire, suite à son extradition par les autorités britanniques. Un cas d’empêchement pour maladie d’un des prévenus et le décès d’une autre ont en réduit le nombre des accusés présents à neuf, dont un notaire, des anciens représentants du groupe Khalifa en France, ainsi qu’un constructeur et équipementier aéronautique. Certains parmi les accusés ont été déjà condamnés, en mars 2007, par le tribunal criminel de Blida à des peines de prison. Dans son réquisitoire, la présidente du tribunal, Me Fabienne Siredey-Garnier, a fait un rappel des faits, affirmant que trois parquets français en étaient saisis au départ, avant d’en confier la compétence au tribunal de Grande instance de Nanterre, ville où les principales activités du groupe Khalifa en France étaient domiciliées. Tout en évoquant une «fulgurante» et «surprenante» montée de «l’empire économico-financier» de l’ancien milliardaire algérien en quelques années en France, elle a indiqué que deux instructions judiciaires ont été ouvertes dans cette affaire suite à de «sérieux signalements» de dysfonctionnements dans les différentes sociétés du groupe Khalifa. La présidente du tribunal a cité, notamment des «soupçons de blanchiment» d’argent par le groupe, surtout à travers les activités de Khalifa Airways et d’Antinéa Airlines (filiale) en France, ainsi que le signalement anonyme du «non-paiement» des salariés de Rent Car, l’autre filiale de location de voitures du groupe Khalifa. Elle a signalé, à cette occasion, qu’excepté Krg Pharma — dont la principale animatrice n’est autre que l’ex-épouse de Rafik Khelifa (Nadia Amirouchen), présente à l’audience —, toutes les autres entités ayant appartenu au groupe mis en cause ont été «mises en liquidation». Dans l’après-midi, le tribunal devait commencer à auditionner les accusés dans cette affaire. Les plaidoiries des parties civiles interviendront le 16 juin. Rafik Khelifa, qui sera jugé par défaut lors de ce procès, a déjà été condamné, en 2007, en Algérie par contumace à la réclusion criminelle à perpétuité pour association de malfaiteurs et faillite frauduleuse. Mais la Cour suprême algérienne a cassé, en 2012, cette condamnation, et il doit être de nouveau jugé dans son pays. Le procès de Nanterre a été renvoyé une première fois en septembre 2013, car la défense avait soulevé une question prioritaire de constitutionnalité.

DONNEZ VOTRE AVIS

Il n'y a actuellement aucune réaction à cette information. Soyez le premier à réagir !

S'inscrire
Presedant
Suivent
 

Donnez votre avis

Aidez nous à améliorer votre site en nous envoyant vos commentaires et suggestions