mercredi 21 novembre 2018 15:56:25

Conférence sur le langage politique et le langage poétique : De l’importance du verbe et de la rhétorique

Selon le président du Haut conseil de la langue arabe, Azzedine Mihoubi, «le bon politicien est celui qui délivre un message court, mais qui comporte beaucoup de sens, pour transmettre son discours aux destinataires».

PUBLIE LE : 03-06-2014 | 0:00
D.R

Selon le président du Haut conseil de la langue arabe, Azzedine Mihoubi, «le bon politicien est celui qui délivre un message court, mais qui comporte beaucoup de sens, pour transmettre son discours aux destinataires». En effet, selon lui, «le créateur ne trahit pas la souveraineté de son peuple», précisant que les politiciens qui maîtrisent la langue «ont une vision créative».
Dans une conférence animée conjointement à l’École nationale supérieure des sciences politiques (ENSSP) à Alger,  par le président du Haut conseil de la langue arabe et des professeurs d’université, et en présence de politologues et d’étudiants, M. Mihoubi a considéré qu’«il y a une différence entre le langage politique et le langage poétique», expliquant que «la langue des poètes est riche, alors que la langue utilisée par les politiciens est sèche est directe, et surtout pragmatique», soulignant l’importance de ce «mélange» entre le langage politique et le langage académique, pour prononcer les discours politiques.
L’orateur reconnaît toutefois qu’«il ya des poètes qui ont réussi à exprimer leurs positions politiques en utilisant le langage direct», estimant que la «distance» entre les deux expressions «n’est pas longue».
Dans ce contexte, le conférencier a cité les noms de politiciens algériens et étrangers qui sont reconnus pour leurs «maximes» qui resteront toujours «éternelles, d’actualité», et que tout un chacun utilise dans le langage usuel.
Dans ce cadre, le premier responsable du Haut conseil de la langue arabe a affirmé que le défunt Président de la République Houari Boumediene est connu, «aujourd’hui par ses rhétoriques» qui demeurent ancrées dans l’esprit de chaque Algérien, rappelant son expression «nous sommes avec la Palestine à tort ou à raison».
Le même conférencier a évoqué une autre expression du même Chef de l’État, décédé pourtant depuis plus de 35 ans, «la Palestine est le ciment qui nous regroupe, et la dynamite qui nous sépare».
Par ailleurs, M. Mihoubi a indiqué que le Chef de l’Etat est connu aussi pour ses discours politiques très distingués, expliquant que le Président Bouteflika «maîtrise l’art de la rhétorique  et le maniement du verbe».  «Deux caractéristiques qui distinguent les grands orateurs et qui façonnent le charisme des leaders».   
M. Mihoubi a cité quelques formules qui sont restées gravées dans les annales des discours politiques, comme celle de Staline qui a dit que «la mort d’une personne est une catastrophe, et la mort d’un groupe n’est qu’une statistique».
De leur part, les autres conférenciers ont, dans leurs interventions, mis en lumière, l’importance de la langue dans n’importe quel discours, indiquant que la manière dont cette langue est utilisée «motive» les auditeurs.
Hicham Hamza     

 

DONNEZ VOTRE AVIS

Il n'y a actuellement aucune réaction à cette information. Soyez le premier à réagir !

S'inscrire
Presedant
Suivent
 

Donnez votre avis

Aidez nous à améliorer votre site en nous envoyant vos commentaires et suggestions