dimanche 22 octobre 2017 12:46:05

Le Premier ministre devant les membres de l’APN : « Le gouvernement ne ménagera aucun effort pour la concrétisation du plan d’action »

Le Premier ministre, Abdelkader Sellal, s’est présenté, hier, devant les députés pour présenter le plan d’action du gouvernement et souligner les principaux axes atours desquels il s’articule. Mais avant de relever les grandes lignes de son plan, il tiendra à rappeler que le projet soumis à l’examen de l’APN trouve sa matrice dans «les engagements du programme du Président de la République».

PUBLIE LE : 02-06-2014 | 0:00
Ph. : Tahar

Le Premier ministre, Abdelkader Sellal, s’est présenté, hier, devant les députés pour présenter le plan d’action du gouvernement et souligner  les principaux axes atours desquels il s’articule. Mais avant de relever les grandes lignes de son plan, il tiendra à rappeler que le projet soumis à l’examen de l’APN trouve sa matrice dans «les engagements du programme du Président de la République».  

Des engagements, dit le Premier ministre, devenus «désormais les missions du gouvernement». Pour M.  Sellal, les objectifs de ce plan d’action qui court jusqu’en 2019 sont fixés : le projet sur lequel les députés planchent depuis hier «doit concourir à l’œuvre de redressement national», et à «la dynamisation de la sphère économique afin d’opérer la mue de l’économie nationale». Et pour ce faire, «il intègre la consolidation des actions déjà entreprises, tout en veillant à introduire une amélioration de la gouvernance». Parmi les principales missions que le gouvernement est tenu de concrétiser, figurent ainsi le parachèvement du processus de réconciliation nationale. Plusieurs mesures sont envisagées dans cette optique.

« La levée de l’interdiction de sortie du territoire pour certaines personnes participe  de la réconciliation nationale »
Le Premier ministre annoncera, entre autres,  l’introduction de dispositions nouvelles en matière de protection et de réinsertion des victimes de la tragédie nationale, et de ceux ayant contribué au retour de la paix et de la stabilité.
Ainsi, il a affirmé que le Président de la République, Abdelaziz Bouteflika, avait décidé, la semaine dernière, dans le cadre du parachèvement du processus de réconciliation nationale, «de lever l’interdiction de sortie du territoire national au profit de certaines personnes». Selon lui,  «la seule partie habilitée à interdire à ces personnes de sortir du territoire national est le juge d’instruction». Le gouvernement est également appelé à poursuivre la politique de la main tendue, tout en continuant la lutte menée contre le terrorisme. Le gouvernement s’engage, par ailleurs, à s’atteler à la finalisation des textes d’application des lois promulguées dans le cadre des réformes politiques, à entreprendre la mise en œuvre graduelle du nouveau découpage territorial, à renforcer la concertation régulière avec la société civile et les Assemblées élues, à asseoir la séparation des pouvoirs et à poursuivre la réhabilitation du service public afin d’éradiquer toute forme d’abus ou de dépassement qui nourrissent la corruption. Il faut, dit-il, concrétiser «la démocratie participative». Ainsi, au niveau des Assemblées élues, il faut prendre en compte  l’avis des citoyens avant de prendre des décisions. Il faut, estime M. Sellal, renforcer le rôle du Parlement et celui de l’opposition dans le cadre de la nouvelle Constitution. Une attention particulière sera accordée au service public de la justice et au renforcement de son indépendance. La concrétisation de la liberté de la presse, d’expression, et le droit à une information objective et claire compte parmi les axes prioritaires que le  gouvernement s’est fixé  pour  le  quinquennat 2015-2019. Pour ce faire, il sera, annonce-t-on,  procédé à l’installation des autorités de régulation de la presse écrite et de l’audiovisuel, en plus du Conseil de l’éthique et de la déontologie. Au plan économique,  dit le Premier ministre, «la vision est claire». Il faut, au cours des 5 prochaines années, édifier une économie émergente. Pour concrétiser cet objectif, le Premier ministre annonce que des facilitations seront accordées. L’Algérie, dit M. Sellal, a les moyens pour atteindre ses objectifs. La baisse des recettes pétrolières, enregistrée en 2013, ne devrait pas se reproduire, grâce à l’exploitation de nouvelles découvertes de Sonatrach. Une remontée devrait être enregistrée. Ainsi, et outre la consolidation des progrès enregistrés, ces dernières années, il s’agira, pour le gouvernement, d’aller devant dans tous les domaines.  

« Il n’y a pas d’autre solution que l’exploitation du gaz de schiste »
En effet, les objectifs annoncés du plan quinquennal de croissance 2015-2019, qui sera élaboré dans la concertation, sont de réduire, à terme, le taux de  chômage à 8,4%, alors qu’il était, dans les années 1990, à 29,8%, d’améliorer les conditions de vie des citoyens avec un PIB de l’ordre de 7.200 dollars en 2019  (il est passé à 5.764 dollars en 2013, alors qu’il était à 1.801 dollars en 2000), de réduire l’inflation qui est aujourd’hui estimée à 2,85% (elle était, entre juin et juillet 2012, de l’ordre de 8,9% en raison des augmentations salariales), d’augmenter les crédits à l’investissement à 10% et d’atteindre un taux de croissance globale de 7% avec hydrocarbures, et de 9%  hors hydrocarbures, à la même date. Pour ce qui est de la sécurité énergétique, il sera indiqué que le gouvernement veillera à l’assurer à long terme, tout comme il veillera à maintenir la position d’acteur actif de l’Algérie sur le marché international des hydrocarbures. Cependant, estime le Premier ministre, «il n’y a pas d’autre solution à long terme que d’exploiter le gaz de schiste». Et de poursuivre en déclarant qu’en 2030, la production actuelle de pétrole et de gaz ne couvrira que les besoins nationaux. Une perspective qui le pousse à s’interroger sur «comment assurer l’énergie à nos enfants ?» Dans le sillage de cette interrogation,  il annonce que la création d’une grande école de formation pour le gaz de schiste est en voie de préparation. En évoquant les secteurs de la formation et de l’éducation, M. Selall estime qu’il est temps de changer de système de formation. Selon lui, il est inconcevable que les matheux ne constituent en Algérie que 3% des effectifs, alors que les mathématiques sont la clé qui ouvre la porte du développement. De même qu’il affirme qu’il est essentiel «d’ouvrir l’université algérienne à l’environnement international, par, entre autres, la formule du jumelage». Pour ce qui est du secteur de l’habitat, il annonce la poursuite de la réalisation des programmes sous diverses formules.  

« Distribution prochaine de 262.000 logements »
«Une instruction a été donnée aux walis de procéder à la distribution de 262.000 logements finis», dit-il. Cette opération devrait avoir lieu avant le mois de Ramadhan. Le Premier ministre s’est voulu rassurant en déclarant qu’«il n’y aura pas de recul sur le logement social», tout en affirmant que «le problème du logement sera réglé à terme».  Rien que pour l’année en cours, 300.000 logements seront réceptionnés et 600.000 lancés en travaux.  
Dans le cadre de ce plan d’action et en vue de gérer, préserver et étendre les infrastructures pour renforcer leur rôle de soutien au programme économique et social, il est retenu de mettre en œuvre, un nouveau cadre législatif réglementaire et organisationnel pour assurer une meilleure préservation des investissements consentis et une gestion moderne des infrastructures. Ainsi, il est prévu l’extension du réseau routier, le dédoublement des voies ferrées, le renforcement des capacités des compagnies nationales d’aviation civile, l’accroissement des capacités de production de stockage et de distribution des eaux conventionnelles et non conventionnelles, la modernisation des télécommunications et assurer une meilleure prise en charge sanitaire en veillant à une plus grande humanisation des hopitaux. Pour ce qui est de la jeunesse, une nouvelle stratégie de l’État  sera élaborée après une large concertation. «Elle sera, dit M. Sellal , soumise au Parlement pour débat.»
La communauté nationale établie à l’étranger n’a pas été oubliée, puisque des mesures ont été prises pour ce qui est du problème des billets de transport.                   
Nadia kerraz
 

DONNEZ VOTRE AVIS

Il n'y a actuellement aucune réaction à cette information. Soyez le premier à réagir !

S'inscrire
Presedant
Suivent
 

Donnez votre avis

Aidez nous à améliorer votre site en nous envoyant vos commentaires et suggestions